Edit Template
dimanche 14 juillet 2024

Marseille : La mosquée Arrahma profanée par un tag raciste

mosquée Marseille

Un tag raciste a été découvert, hier matin, sur un mur de la mosquée Arrahma dans le quartier de la Busserine à Marseille. Le président de la mosquée, Abdel Malek Benlahssani, a déposé plainte et l’inscription haineuse a depuis été effacée par les services municipaux. « Le racisme n’a pas sa place dans notre ville » a rappelé le maire de Marseille Benoît Payan. Focus.

Une inscription en lettre capitale « Enculé sales arabes » a été taguée le long d’un mur de la mosquée Arrahma, dans les quartiers nord de Marseille. Découverte ce lundi par le président le mosquée, Abdel Malek Benlahssania, l’inscription a depuis été recouverte de peinture blanche par les services de la ville.

Une plainte contre X a été déposée. Inaugurée en mai 2023, la mosquée, dans le 14e arrondissement de la cité phocéenne, accueille chaque jour une quarantaine de fidèles et près d’un millier durant la grande prière du vendredi.

La mosquée Arrahma dans « la longue liste des mosquées taguées »

C’est le président du lieu de culte, Abdel Malek Benlahssania, qui découvert hier matin, le tag injurieux et raciste sur le mur de la mosquée. Des mots violents peints en lettre capitale qui ont rapidement été effacé par les services municipaux :

« Ces tags, ils sont dans les poubelles de l’Histoire, là où ils doivent être. C’est malheureux puisqu’on s’inscrit nous-même dans la longue liste des mosquées taguées, injuriées »

Une plainte est actuellement en cours. La mosquée, ouverte il y a deux ans, n’avait jusqu’à présent jamais été la cible de message xénophobe ou islamophobe.

Un besoin d’unité dans une société fracturée

Le maire de Marseille Benoît Payan a rapidement réagi sur X (Twitter) en dénonçant des « tags xénophobes », il a souligné que « le racisme n’a pas sa place dans notre ville » et avoir rapidement informé les services de la ville pour effacer les injures.

Même condamnation pour la présidente de la métropole, Martine Vassal qui a dénoncé, sur X, « des actes de toute nature qui divisent n’ont pas leur place à Marseille ». La présidente a notamment rappelé le « besoin d’unité à l’heure où la société française se fracture ».

A lire également :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777