Edit Template
lundi 20 mai 2024

L’Exécutif des musulmans de Belgique dénonce une ingérence de l’Etat

le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne

L’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) accuse, ce lundi, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, d’avoir unilatéralement crée une association sans but lucratif, “le Conseil musulman de Belgique”, possédant les mêmes attributions statutaires que l’EMB. Ce dernier dénonce, un “nouveau coup de force”. Zoom.

Dans le viseur du ministre de la Justice, depuis octobre 2020, l’EMB (l’exécutif des musulmans de Belgique) a vu sa reconnaissance nationale, en tant que représentant du culte musulman, retiré par un arrêté royal du 29 septembre 2022.

En signe de protestation, L’EMB s’était dit, dans un long communiqué, « consterné par les actions et les déclarations du ministre ». Un nouvel arrêté royal vient de paraitre annonçant la création d’une ASBL comme nouvel organe temporaire du culte musulman. « Le ministre poursuit sa croisade », dénonce l’EMB.

Des décisions « unilatérale(s) »

Reconnu depuis 1999, l’Exécutif des musulmans de Belgique exerce diverses compétences liées à la reconnaissance des mosquées, l’organisation de l’enseignement religieux, la désignation et la formation d’imams et l’établissement d’emplacements islamiques dans les cimetières publics.

Après un long bras de fer et deux mises en demeure, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, pointant du doigt des ingérences étrangères et un « manque de transparence » dans la gestion du culte, avait retiré, par un arrêté royal en septembre 2022, la reconnaissance de l’EMB.

L’Exécutif des musulmans de Belgique avait jugé les déclarations du ministre « d’incorrectes, insultantes et diffamatoires. ». Malgré l’arrêté, le bureau de l’EMB continuait à organiser la gestion des affaires courantes. « Même si cet arrêté a été initié et rédigé unilatéralement par le ministre, ce dernier ne l’a jamais respecté », indique son président Mehmet Üstün.

Ce lundi matin, L’EMB a donc eu la mauvaise surprise de constater l’édiction d’un nouvel arrêté royal, émanant du ministre M. Van Quickenborne, reconnaissant de fait une ASBL comme nouvel organe dirigeant temporaire du culte musulman.

« Aujourd’hui, le ministre poursuit sa « croisade«  contre les représentants du culte musulman. En effet, une nouvelle ASBL a été créée précipitamment, à savoir le Conseil musulman de Belgique, qui possède les mêmes attributions statutaires que l’EMB. »

Une ingérence « intolérable » pour l’EMB

« Seules les communautés religieuses sont en mesure de créer un organe représentatif » avait stipulé le ministre dans un précédent communiqué. Une promesse qui s’effrite inexorablement avec cette annonce de création d’un nouvel organe représentatif du culte musulmane : « le Conseil musulman de Belgique ».

« Un nouvel arrêté royal reconnaissant l’ASBL comme nouvel organe dirigeant temporaire du culte musulman serait en préparation, voire déjà signé, au mépris du principe de séparation de l’Église (la Mosquée en l’occurrence) et de l’État, de la liberté de culte et de son autonomie […] Cette attitude incompréhensible du ministre de la Justice envers le culte musulman est inacceptable et constitue une ingérence intolérable dans la liberté de culte, telle que reconnue par la Constitution belge. »

Le président de l’EMB, Mehmet Üstün, s’insurge dans un long communiqué et dénonce une « attitude incompréhensible du ministre de la Justice envers le culte musulman qui constitue une ingérence intolérable dans la liberté de culte, telle que reconnue par la Constitution belge. »

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777