Catégories
Articles récents
09/12/2019
AccueilActualitesLa Belgique lance son institut de formation des imams

La Belgique lance son institut de formation des imams

L’Institut de promotion des formations sur l’islam a été lancé lundi 16 octobre par Bruxelles. Si cette officialisation met fin à plusieurs mois de blocages de ce projet attendu, elle ne met pas fin aux critiques sur le manque de séparation entre Etat et religions.

En Belgique, comme en France, les instituts de formations des imams ne courent pas les rues. C’est pour suppléer à ce manque que le gouvernement a soutenu via le ministère de l’Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la création de L’Institut de promotion des formations sur l’islam. L’objectif de cet institut, selon la Libre.be, sera « de proposer des formations théologiques aux imams, aumôniers islamiques ou encore aux professeurs de religion islamique ». Il s’agira également de prévenir la formation d’imams à l’étranger, en Egypte ou en Arabie saoudite, et de privilégier l’enseignement d’un islam compatible avec la culture et les valeurs européennes. « Une formation linguistique à destination des imams ne parlant pas le français sera proposée. Elle ne sera pas organisée par l’Institut mais ce dernier entrera en contact avec des opérateurs », précise Andrea Rea, coprésident de l’Institut, professeur à l’ULB et directeur du Groupe de recherche sur les relations ethniques, les migrations et l’égalité (GERME), citée par la Libre.be.

Au cœur du désaccord subsiste la question centrale de la séparation des pouvoirs entre Etat et religions soulevé par Salah Echallaoui, président de l’EMB, dans un pays où l’Etat est neutre mais où des cours de religions sont proposés en option dans les écoles publiques

Garantir la séparation entre Etat belge et islam

Prévu pour la rentrée 2017, l’ouverture a été différée du fait de l’opposition de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), la principale instance de représentation musulmane de Belgique. L’institution musulmane critique le principe de la non proportionnalité du vote au sein du comité de direction de l’institut, elle-même ne comptant que trois votants sur onze.

Ce blocage a été suivi de négociations et un accord a été trouvé pour que les décisions soient prises sur le principe du consensus. Des représentants du monde académique et du monde politique siègeront au sein de l’Institut de promotion des formations sur l’islam. Au cœur du désaccord subsiste la question centrale de la séparation des pouvoirs entre Etat et religions soulevé par Salah Echallaoui, président de l’EMB, dans un pays où l’Etat est neutre mais où des cours de religions sont proposés en option dans les écoles publiques. Une question dont la réponse pourrait déterminer le statut précis de l’Institut de promotion des formations sur l’islam, son orientation et son développement, ou a contrario, la paralysie de l’institution.

A lire sur le même thème :

“Ceci n’est pas une valise : Récits arabes sous un ciel belge”