Catégories
Articles récents
07/04/2020
AccueilActualitesLe CFCM dénonce une ingérence de l’industrie alimentaire sur le halal

Le CFCM dénonce une ingérence de l’industrie alimentaire sur le halal

Le Conseil français du culte musulman a publié un communiqué pour se désolidariser de l’annonce d’une norme agroalimentaire de l’Association française de normalisation (Afnor) sur le halal. « Le CFCM ne peut être associé, ni de près ni de loin, à toute manœuvre d’ingérence par l’Afnor dans la définition du halal, qui est du ressort exclusif des instances religieuses musulmanes », a déclaré Ahmet Ögras, actuel président du CFCM.

Estimé en France à 5,5 milliards d’euros selon l’étude du cabinet Solis, le marché du halal est-il en train de sombrer définitivement dans les mains des géants de l’agroalimentaire ? La publication d’une norme expérimentale définissant le halal, rédigée par l’Association française de normalisation (Afnor), semble le confirmer. « Elaborée à la demande d’industriels français de l’agroalimentaire en vue de faciliter l’exportation de certains produits » selon Le Monde, la norme de l’AFNOR porte en réalité bien mal son nom puisqu’elle « ne couvre pas l’abattage des animaux », « ne concerne que la partie aval de la filière » et qu’elle ne vise pas des standards de conformité religieuse mais ceux profane, de l’exportation commerciale. Néanmoins, l’Afnor s’est appuyée dans sa publication sur « l’autorité » religieuse du Conseil français du culte musulman ainsi que les organismes de certification des mosquées de Paris, Lyon et Evry, pour légitimer une norme halal d’origine laïque.

Une manœuvre « surprenante » de l’Afnor

Ahmet Ögras.

De quoi faire bondir les intéressés qui dénoncent une « manœuvre ». Le CFCM « tient à rappeler qu’il a annoncé publiquement en avril 2015 son retrait des travaux menés par l’Afnor » et que souligne Ahmet Ögras, le président du CFCM, « de ce fait, le CFCM ne peut être associé, ni de près ni de loin, à toute manœuvre d’ingérence par l’Afnor dans la définition du halal, qui est du ressort exclusif des instances religieuses musulmanes ». Le recteur de la Grande mosquée de Paris lui a emboîté le pas, dénonçant de son côté, la « prétention » d’un « organisme laïc et civil, non religieux », à « se parer des attributs de délivrance de licéité cultuelle ». Faut-il alors interpréter cette publication de l’Afnor comme un passage en force après la rédaction par le CFCM d’une charte définissant le halal, en 2016, charte trop contraignante et qui ne ferait pas l’affaire des industriels de l’agroalimentaire ? Du côté de l’institution, on exprime sa surprise. « La manière cavalière avec laquelle se comporte l’Afnor est assez surprenante » a réagi Aslam Timol, président de la commission halal du CFCM à l’AFP.

 

A lire sur le même sujet : 

“Le Hâlal”, Mostafa Brahami