Catégories
Articles récents
18/06/2019
AccueilCoranMustafa Akyol : réconcilier foi et modernité durant le Ramadan

Mustafa Akyol : réconcilier foi et modernité durant le Ramadan

réforme

Mustafa Akyol est un écrivain turc, auteur de l’ouvrage « Islam without Extremes: A Muslim Case for Liberty » et chroniqueur au New York Times. Dans sa dernière chronique, Mustafa Akyol nous livre ses réflexions sur la question de la réforme de la compréhension et de l’application du Coran dans une voie contemporaine qui lui soit fidèle.  

Pour certains des musulmans les plus éloignés du monde, le Ramadan est une pratique plus difficile. Ce sont ceux qui vivent dans les hautes latitudes, où « l’aube jusqu’à la tombée de la nuit » peut égaler presque toute la journée de 24 heures. À Reykjavik, en Islande, par exemple, qui abrite aujourd’hui près de 1 000 musulmans, le soleil se couchera à minuit, pour revenir dans deux heures environ. Cela signifie que le jeûne durera jusqu’à 22 heures, ne permettant qu’un seul repas par jour.

Il n’est pas étonnant que ce défi soit devenu un sujet majeur de discussion parmi les érudits musulmans au cours des dernières décennies, en particulier du fait qu’un nombre croissant de musulmans ont émigré vers des pays nordiques comme la Norvège et la Suède. Les croyants parmi ces migrants étaient-ils supposés suivre le calendrier traditionnel islamique ? Ou pourrait-il y avoir un ajustement gracieux ?

Les savants saoudiens, qui représentent généralement l’interprétation la plus stricte de l’islam sunnite, ont statué qu’aucun ajustement ne devrait être fait. Dans une fatwa, ou une décision religieuse, ils ont déclaré que la loi islamique est « universelle et s’applique à tous les peuples de tous les pays ». Peut-être ne pouvaient-ils pas suffisamment s’identifier à leurs coreligionnaires du nord. Dans la péninsule arabique, où les jours sont assez standard tout au long de l’année, le jeûne ne dépasse jamais 15 heures. En conséquence, les musulmans plus proches du pôle Nord n’auraient qu’à faire face à leur malchance.

Une voie équilibrée est possible

Heureusement, d’autres juristes sunnites, comme ceux de l’université Al-Azhar en Égypte, se sont montrés un peu plus ouverts. Deux compromis ont été proposés : les musulmans situés dans des latitudes extrêmement élevées pourraient ignorer la journée naturelle à leur emplacement et suivre les horaires de La Mecque ou du pays à majorité musulmane le plus proche. Cela a permis à certains musulmans islandais, par exemple, de suivre l’heure en Turquie et de jeûner pendant 18 heures au lieu de 22, permettant un petit-déjeuner et un dîner pendant les heures de pointe du jour.

Il y a de nouvelles réalités dans le monde, et nous devrions comprendre notre tradition religieuse à leur lumière. Il est facile de dire que Dieu nous a déjà donné toutes les réponses. Mais il peut être plus prudent de dire qu’il nous a aussi donné la raison de penser, de repenser et de réinterpréter le sens de ses paroles

Cette solution pratique à un problème de jurisprudence doit être la bienvenue dans les hautes latitudes. Mais cela soulève aussi une question théorique plus complexe, souvent ignorée par les juristes de l’Islam, mais qui mérite d’être examinée parce qu’elle est à la pointe d’un iceberg théologique : comment faut-il interpréter historiquement le Coran ?

C’est une question soulevée par des théologiens musulmans modernes comme Fazlur Rahman Malik, décédé en 1988. Ses idées réformistes l’ont conduit à s’exiler de son pays d’origine, le Pakistan, et de trouver refuge à l’Université de Chicago. Comme tous les musulmans dignes de ce nom, le Dr Rahman croyait que le Coran était la parole de Dieu révélée au Prophète Muhammad.

Pourtant, selon l’opinion du Dr. Rahman, Dieu n’avait pas parlé dans le vide. Il avait plutôt parlé à une communauté spécifique, les Arabes, et à un moment précis, au début du septième siècle. Ce contexte, selon le Dr. Rahman, a joué un rôle dans la composition du texte du Coran. Et lorsque de nouveaux contextes surgissent, les injonctions du Coran doivent être réinterprétées à la lumière des intentions morales qui président au texte.

Réflexions sur les châtiments corporels

réforme

Mustafa Akyol.

La discussion sur le jeûne est, en fait, un cas mineur de la nécessité de telles réinterprétations. Certains problèmes plus importants comprennent les châtiments corporels, qui créent certaines des perceptions les plus controversées de l’islam dans le monde moderne. Le Coran, en fait, est exempt de certains des châtiments corporels sévères communément associés à la loi islamique – comme la lapidation des adultères – mais il en inclut d’autres. « Quant aux voleurs », décrète-t-il, « amputez leurs mains en récompense de ce qu’ils ont commis ».

Les Saoudiens prennent littéralement cette injonction coranique et la réalisent sans aucun doute. C’est ce que font également les Iraniens et les Soudanais. Ils voient là un commandement de Dieu auquel il faut obéir tel quel.

Cependant, il existe aussi une manière contextuelle de comprendre les commandements de Dieu. Comme l’explique un autre partisan de la réforme au sein de l’Islam, le savant marocain Mohammed Abed al-Jabri, décédé en 2010, il n’y avait tout simplement pas de prisons dans l’Arabie du début du VIIe siècle, où le Coran a été révélé. Il n’y avait pas de bureaucratie d’État pour administrer des prisons dans une société qui vivait dans des tentes et des huttes. Dès lors, détenir et nourrir quelqu’un dans des murs solides n’était ni possible ni faisable. En conséquence, toutes les punitions devaient être immédiates, et corporelles.

Il n’est pas étonnant que les Arabes pré-islamiques aient également puni le vol avec l’amputation des mains, comme nous l’apprend la littérature islamique elle-même; le Coran a simplement prolongé cette tradition. Par conséquent, selon le Dr Jabri, le verdict du Coran sur le vol était que c’était un crime qui devait être puni par les moyens disponibles.

Aujourd’hui, ces moyens peuvent être des amendes ou des peines de prison – un pas en avant que l’Empire ottoman, siège même du califat, avait déjà pris dans son Code pénal de 1858, influencé par les normes juridiques françaises.

Le droit de penser et de repenser l’islam

Les musulmans conservateurs peuvent trouver que cette interprétation du Coran est trop permissive. Mais même eux ne prennent pas littéralement l’appel du Coran à se défendre des agressions armées en utilisant des « chevaux de guerre ». Au lieu de cela, l’appel est interprété comme signifiant que les montures sont une référence aux véhicules.

Et alors que les ecclésiastiques saoudiens insistent pour prendre le Coran à la lettre pour le jeûne, de l’aube au crépuscule, une future population musulmane au pôle Nord, qui ne recevrait que l’obscurité au solstice d’hiver et seulement le jour à l’arrivée de l’été, ou plus radicalement, sur Mars – les obligerait même à changer d’avis.

Le cœur du problème est que l’Islam est confronté à un défi auquel les Juifs et les Chrétiens ont également fait face au cours des derniers siècles : il y a de nouvelles réalités dans le monde, et nous devrions comprendre notre tradition religieuse à leur lumière. Il est facile de dire que Dieu nous a déjà donné toutes les réponses. Mais il peut être plus prudent de dire qu’il nous a aussi donné la raison de penser, de repenser et de réinterpréter le sens de ses paroles.

Mustafa Akyol

A lire également : 

réforme