Edit Template
dimanche 14 juillet 2024

L’écrivain Michel Houellebecq demande pardon aux musulmans

Michel Houellebecq en conférence à Buenos Aires en 2016

Dans son dernier livre « Quelques mois dans ma vie », paru ce mercredi 24 mai, l’écrivain français Michel Houellebecq présente ses « excuses » aux musulmans suite à ses propos virulents contre l’islam dans la revue Front populaire en compagnie du polémiste Michel Onfray. L’auteur affirme avoir été pris dans « une bêtise collective ». Zoom

Michel Houellebecq refait parler de lui mais d’une manière peu habituelle. A l’occasion de la sortie de son nouvel essai autobiographique « Quelques mois dans ma vie, octobre 2022 – mars 2023« , l’écrivain français fait son mea culpa sur des récentes affaires qui ont ponctués ces six derniers mois.

Il revient, plus particulièrement, sur ses propos islamophobes tenus dans la revue Front populaire de Michel Onfray où il déclarait, entre autre, que « le souhait de la population française de souche ce n’est pas que les musulmans s’assimilent mais qu’ils cessent de les voler et de les agresser. Ou bien, qu’ils s’en aillent ».

Des propos incendiaires qui avaient incité la Grande mosquée de Paris à porter plainte pour provocation à la haine avant de finalement accepter un dialogue avec l’auteur.

« J’avais atteint la quasi-perfection de la connerie »

Victime de « sa propre bêtise et de sa naïveté« , c’est ainsi que dans son dernier ouvrage, d’une centaine de pages, Houellebecq fait amende honorable quant à ses propos outranciers à l’égard de la communauté musulmane.

« Je présente mes excuses à tous les musulmans que ce texte a pu offenser – c’est-à-dire, j’en ai bien peur, à peu près tous les musulmans »

« J’avais atteint, à titre personnel, la quasi-perfection de la connerie » précise t-il tout en affirmant ne pas avoir pas compris, en relisant l’entretien, qu’il avait franchi une ligne rouge en liant les musulmans de France avec une supposée incivilité agressant « la population française de souche ».

L’écrivain admet volontiers qu’il aurais dû présenter « une attention particulière » à ces passages. Il soutient notamment avoir voulu faire retirer de la vente, sans y être parvenu, le numéro de Front populaire en question.

Le dernier livre de Michel Houellebecq

« Le voile ne m’a jamais dérangé »

Houellebecq précise dans un long entretien accordé au magazine Le Point qu’il pense désormais que « le problème n’est pas l’islam, c’est la délinquance » et que « développer un lien entre islam et délinquance est simplement faux« .

Le romancier s’épanche, dans le même entretien, sur la question du voile en déclarant que finalement « le voile ne [l’a] jamais vraiment dérangé » :

« Je parle du voile ordinaire, pas de la burqa. Mais, avec le burkini, c’est devenu vraiment ridicule. On devinera sans peine que ce n’est pas mon maillot de bain favori. Mais en quoi est-ce que ça me dérange de voir des femmes en burkini à la plage ? En quoi est-ce que ça m’agresse ? »

Il affirmera plus loin avoir été pris dans « une bêtise collective » et admettra, en précisant ses propos sur la délinquance, que « la pratique assidue d’une religion, quelle qu’elle soit, ne conduit pas à la délinquance, ce sont deux chemins de vie radicalement divergents ».

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777