Edit Template
vendredi 01 mars 2024

Le Danemark adopte une loi contre l’autodafé des textes sacrés

Parlement Danemark

Le Parlement danois a adopté, ce jeudi, une loi interdisant l’autodafé des principaux textes sacrés notamment le Coran. L’interdiction « de traiter de manière inappropriée les écritures sacrées » est donc inscrite au chapitre 12 du Code pénal du Danemark. Un vote qui n’a pas fait l’unanimité dans le pays. Explications.

À 94 voix pour et 77 voix contre, la loi contre l’autodafé des textes sacrés a été adoptée par le Parlement danois ce jeudi. Le vote n’a pas fait l’unanimité dans l’hémicycle où les partis minoritaires optaient plutôt pour un référendum.

De nombreux députés ont d’ailleurs admis qu’ils avaient voté non pas par conviction mais pour respecter les consignes de leur parti. Les Danois restent ainsi divisés sur cette nouvelle législation, qualifiée de « honteuse » par certains et « nécessair» pour d’autres.

Une amende et deux ans de prison

L’interdiction « de traiter de manière inappropriée les écritures sacrées », désormais inscrite au chapitre 12 du Code pénal danois, s’accompagne d’une annexe d’une trentaine de pages très détaillées stipulant les consignes suivantes :

« Il est désormais interdit de salir, piétiner, donner des coups de pied ou endommager d’une quelqu’on manière le Coran, la Bible, la Torah, les Védas et le Tripitaka (l’ensemble des textes canoniques du Bouddhisme) »

Ces écritures religieuses correspondent aux grands textes sacrés des religions reconnues par l’État danois. Toute personne qui s’adonne à ce genre d’actes dans l’espace public, dans une manifestation, ou diffuse depuis son domicile son action sur les réseaux sociaux ou à une large audience, risque une amende et deux ans de prison.

Quelques exceptions non concernées par la loi

Des exceptions sont toutefois prévues sous certaines conditions. Les médias, dans le cadre exclusif de leur devoir d’information, sont ainsi exemptés de la publication de photos ou de vidéos d’autodafés de textes religieux. 

Quelques objets religieux ne sont pas également concernés par cette loi comme les crucifix, les mezouzah ou les tapis de prière. Les autorités estiment qu’une interdiction aussi large aurait été trop complexe à mettre en œuvre. Ainsi seules les écritures sacrées « et tout ce qui en a l’apparence tels que la couverture d’un Coran qui ne contiendrait que des pages blanches » tombent sous le coup de la loi. 

Les Danois divisés sur cette nouvelle législation

Alors que certaines personnalités danoises du monde artistique dénoncent « un coup de massue à la liberté d’expression », le ministre de la Justice, Peter Hummelgaard, justifie cette loi comme une étape importante afin « de prendre des mesures contre ceux qui menacent la sécurité des Danois en provoquant des situations hors de contrôle ».

Cette loi est qualifiée de « honteuse » par l’opposition qui y voit le signe d’une soumission aux diktats de pays étrangers avec qui le Danemark a des intérêts économiques.

Pour certains députés, elle s’inscrit plutôt dans la continuité des législations contre l’incitation à la haine. Ils rappellent notamment que l’autodafé des livres religieux fut généralement pratiquée dans les régimes totalitaires.

A lire aussi :

Islam au XXIe siècle

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777