Edit Template
dimanche 14 juillet 2024

Gabriel Attal nommé Premier ministre : une nomination contestée

Gabriel ATTAL

Après une attente inhabituelle, Gabriel Attal – 34 ans – a été nommé ce mardi Premier ministre, le plus jeune de l’histoire de la Ve République. Une nomination très loin de faire l’unanimité même au sein de la majorité gouvernementale. L’ancienne Première ministre, Elisabeth Borne, avait présenté hier sa démission à Emmanuel Macron. Le focus de la rédaction.

Le communiqué de l’Élysée aurait dû être publiée lundi soir mais elle a finalement été retardée jusqu’à ce mardi 9 janvier à la mi-journée : Gabriel Attal, 34 ans, a été choisi par Emmanuel Macron pour succéder à Elisabeth Borne qui avait remis sa démission lundi.

L’ancien ministre « éclair » de l’Education nationale sera resté à peine cinq mois et vingt jours, soit le deuxième séjour le plus court à ce poste sous la Ve république, après celui de Benoît Hamon en 2014. Gabriel Attal devient notamment le Premier ministre le plus jeune de l’histoire de la Ve République.

Une nomination contestée au sein du gouvernement

Ce mardi 9 janvier, L’Elysée a, enfin, confirmé dans un communiqué qu’Emmanuel a chargé le ministre de l’éducation Gabriel Attal « de former un gouvernement » à la place d’Elisabeth Borne. Une nomination après un long suspense spécifiquement dû à des contestations internes en coulisse.

Malgré les démentis, cinq hommes auraient fait part de leur désaccord : Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Edouard Philippe, François Bayrou et Alexis Kohler. Les deux premiers auraient exigé de ne pas être sous les ordres de Gabriel Attal qui devient ce mardi le plus jeune Premier ministre de la Ve République.

« Bruno Le Maire n’a pas envie de bosser pour un gamin de 34 ans » a confié un membre de la majorité proche du ministre de l’Économie. Quant à Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, il a estimé que cette nomination était « un mauvais choix ».

Un « M. Macron Junior » pour la LFI

Peu après sa nomination officielle, l’enthousiasme était également loin d’être partagé du côté de l’opposition. Sur X (ex-Twitter), Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, estimait que l’éphémère ministre de l’Éducation « retrouve son poste de porte-parole » et que « la fonction de Premier ministre disparaît ».

La député LFI, Mathilde Panot, a, de son côté, qualifié Gabriel Attal de « M. Macron junior, qui s’est spécialisé dans l’arrogance et le mépris ». Elle rappelait que l’ex ministre de l’Éducation est le principal artisan de l’interdiction de l’abaya à l’école :

« Il est celui qui a commencé une rentrée scolaire en préférant se focaliser sur l’habit de jeunes femmes et sur l’interdiction de l’abaya »

Macroniste de la première heure, Gabriel Attal avait été également le plus jeune membre du gouvernement sous la Ve République en 2018 en endossant la fonction de secrétaire d’Etat à la Jeunesse auprès du ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Jean-Michel Blanquer.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777