Catégories
Articles récents
17/09/2019
AccueilActualitesAttentat de Brest : émotion et consternation dans la communauté musulmane

Attentat de Brest : émotion et consternation dans la communauté musulmane

attentat
De droite à gauche : Mohamed Bajrafil, Hassan Iquioussen, Marwan Muhammad, Ismail Mounir et Abdelmounaïm Boussena.

Les réactions à la tentative de meurtre contre l’imam Rachid Eljay et un autre fidèle de la mosquée Sunna de Brest se sont multipliées dans la communauté musulmane française. A l’émotion légitime a succédé l’indignation et la condamnation du sous traitement médiatique et du silence de la classe politique. Mizane.info revient sur ces réactions.

attentat

Rachid Eljay (à droite) avec Abdelmounaïm Boussena.

Pas de doute. L’attaque violente dont a été victime Rachid Eljay à l’extérieur de la mosquée Sunna de Brest, alors qu’il discutait avec un autre fidèle, marquera durablement la conscience et la mémoire des musulmans français. Imams, prédicateurs, leaders d’opinions, président d’institutions musulmanes : les réactions se sont multipliées.

« Certains médias et politiques produisent un discours anxiogène sur l’islam »

Le prédicateur Hassan Iquioussen a déploré « cette violence aveugle qui vise un imam dont les discours invitent à la contribution comme ils promeuvent le vivre-ensemble. Depuis des années maintenant certains médias et certains politiques produisent un discours anxiogène sur l’islam et les musulmans, ils se livrent malheureusement à une surenchère dangereuse, c’est évidemment un vecteur et un catalyseur de cette islamophobie qui ne se cache plus et qui passe même à l’acte ! Blesser un fidèle et un imam devant une mosquée est une abomination incroyable et il s’agit évidemment un crime islamophobe. »

A lire aussi : Mosquée de Brest : Rachid Eljay blessé par balles après un attentat le visant

Pour Ismail Mounir, fondateur de l’institut Amine, « Le temps est à la prière et au recueillement ». « Une pensée pour mon frère bien aimé Rachid Eljay et l’autre frère blessé qui était avec lui ainsi que pour leurs familles respectives. Qu’Allah leur accorde la patience et la guérison. Dans ce genre de situations, grande est la tentation de réagir à chaud mais pourtant il faut garder son calme. »

Imam de Roubaix, proche de Rachid Eljay, Abdelmounaïm Boussena n’a pas encore longuement communiqué mettant en garde contre la diffusion de fake news. « Notre bien-aimé, Si Rachid Eljay va bien. Il est blessé aux jambes et à la main. Le pronostic vital n’est pas engagé. Pour l’autre frère également. Évitons de propager de fausses informations. Je publierai des infos précises en temps utiles inchaAllah ».

Prendre « les mesures nécessaires pour protéger les lieux de culte »

Mohamed Bajrafil, théologien et docteur en linguistique, estime pour sa part que « l’attaque dont vient de faire l’objet l’imam de Brest témoigne d’un climat de tension dans notre pays qui doit cesser, puisqu’il n’est dans l’intérêt de personne. On doit pouvoir échanger, partager car ce qui nous rassemble est infiniment plus grand que ce qui nous différencie. En ce jour de prière, où les invocations sont exaucées, je prie Dieu d’accorder un prompt rétablissement à l’imam R Eljay et à son ami, car en dépit de tous les désaccords qui peuvent exister entre les hommes, nous sommes et restons des humains, et de pacifier notre pays. »

Islam au XXIe siècle

Mohamed Bajrafil.

De son côté, la Plate-forme Les Musulmans dont Rachid Eljay est l’un des co-fondateurs, a dénoncé dans un communiqué une violence d’« un niveau de gravité sans précédent ».

« Cette tentative de meurtre visant explicitement un imam dans un lieu de culte (…) s’inscrit en outre dans une série d’attaques constantes de personnalités politiques et médiatiques contre l’imam Rachid Eljay, devenu en quelques années la cible privilégiée de leur haine et de leur islamophobie ». La Plt LM a exigé des pouvoirs publics « qu’ils prennent de toute urgence toutes les mesures nécessaires pour protéger les lieux de cultes musulmans et assurer la sécurité des imams et des personnalités musulmanes visés par des discours racistes et des menaces. »

consultation

Marwan Muhammad, qui représente cette Plateforme, a été plus loin sur son compte Twitter personnel. L’ancien porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France évoque une incontestable contagion idéologique des thèses de l’extrême droite au sein des élites françaises.

« Un attentat islamophobe devant une mosquée visant spécifiquement un imam. Pas de condamnation politique, pas d’éditions spéciales, pas de déplacement auprès des victimes… Au bout d’un moment, les deux poids deux mesures deviennent tellement grotesques que l’hypocrisie d’une grande partie des élites jaillit au grand jour. Ne reprochez plus à l’extrême droite de dire/faire ce que vous pensez sans même l’assumer. Les mêmes cibles, les mêmes logiques. »

Le Conseil Français du Culte Musulman a quant à lui exprimé son « effroi » et son « inquiétude », évoquant un attentat « terroriste » et appelant « tous les musulmans à affronter ces épreuves avec beaucoup de sagesse et de clairvoyance. ».

Christophe Castaner : « Solidarité avec la communauté musulmane de notre pays »

L’instance de représentation du culte musulman a par ailleurs réaffirmé sa confiance dans les autorités françaises pour mener à bien cette enquête.

« Nous comptons sur les autorités de notre nation et nos forces de l’ordre en qui nous avons une totale confiance afin de combattre et de traduire en justice avec la plus grande fermeté les auteurs de cet acte lâche qui ne vise, à nouveau, qu’à diviser et à semer la haine entre les citoyens. »

attentat

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Le président de la Fondation de l’islam de France, Ghaleib Bencheikh, s’est exprimé brièvement sur son compte twitter, condamnant fermement l’attaque. « Brest : rien ne justifie le meurtre d’un homme, la tentative d’assassinat d’un imam est un fait d’une extrême gravité. Nous la condamnons avec force. »

Certaines mosquées ont également relayé leur vive émotion et leur colère. Citons la Mosquée Mantes Sud qui a évoqué son inquiétude quant au contexte politique local.

« Une pensée pour nos frères et sœurs de Brest après l’attentat lâche et ignoble contre la Mosquée cette après-midi (…) Ces actes terroristes impensables il y a quelques années tendent à se généraliser vu le climat d’islamophobie qui règne dans les milieux d’extrême droite notamment. À Mantes la Ville, nous sommes doublement sensibles à cet acte terroriste. En effet depuis l’arrivée du Maire FN, notre Mosquée a subi plusieurs attaques et l’approche des échéances municipales nous inquiètent vivement, car ces milieux cherchent à faire parler d’eux ! Vigilance et solidarité ! »

A l’exception du ministre de l’Intérieur, la classe politique n’a pas réagi. Christophe Castaner, qui n’a pas fait le déplacement, a néanmoins exprimé sa solidarité avec les musulmans.

« Brest : l’auteur présumé a été retrouvé mort. Merci aux forces de sécurité et secours et aux services du Préfet. Je me suis entretenu avec le président du CFCM. Solidarité avec la communauté musulmane de notre pays dont je sais l’émotion ce soir. »