Edit Template
lundi 22 avril 2024

Sénégal : une plateforme politique centralise l’opposition

Sénégal : une plateforme politique centralise l'opposition Mizane.info

Un collectif citoyen a annoncé le 29 février la formation d’un front commun avec l’opposition politique au Sénégal en vue d’organiser l’élection présidentielle avant le 2 avril, date officielle de la fin du mandat du président Macky Sall.

La plate-forme de la société civile, Aar Sunu Election, a souligné que cette unité d’action vise à coordonner des actions collectives et à éviter la dispersion des forces s’opposant au coup d’État en cours.

Aar Sunu Election a également informé de son alliance avec le Front des candidats à l’élection présidentielle du 25 février, qui compte 16 des 19 candidats, ainsi que la coalition d’opposition F24 et le Front pour la défense de la démocratie.

Dans une déclaration antérieure, le président Macky Sall a réaffirmé son départ prévu le 2 avril, apparemment en désaccord avec certaines recommandations d’un forum qu’il a initié, largement boycotté par l’opposition.

Macky Sall : « Je suis pressé d’en finir et de partir »

« Le dialogue national a proposé le 2 juin 2024 comme nouvelle date des élections présidentielles au Sénégal. Je remercie les forces vives pour ces assises. Toutefois, je tiens à préciser que je quitterai mes fonctions au terme de mon mandat le 2 avril, comme je l’ai déjà indiqué », a-t-il écrit en déclarant néanmoins être prêt « à rester encore même si ce n’est pas mon choix (…) parce que je suis pressé d’en finir et de partir ».

Les conclusions de ce dialogue se sont prononcé en faveur d’un maintien du président actuel jusqu’à l’installation de son successeur. Le président Macky Sall, qui ne se représente pas en 2024, a déclaré qu’il consulterait le Conseil constitutionnel sur ces recommandations.

Malgré cela, il a réaffirmé sa ferme intention de quitter ses fonctions le 2 avril. L’opposition craint que le président cherche à se maintenir au pouvoir, provoquant ainsi l’une des plus graves crises politiques du pays depuis son indépendance.

«  La plateforme a décidé d’intensifier la lutte »

Un report du scrutin au 2 juin avec un départ du président le 2 avril créerait une situation sans précédent et un vide juridique selon la Constitution, qui ne prévoit pas une telle éventualité.

« Face à cette situation qui risque de plonger notre pays dans une instabilité sociale indescriptible, la plateforme a décidé d’intensifier la lutte », a déclaré Aar Sunu Election.

En février, peu avant le début de la campagne électorale, le président sénégalais a annoncé un report indéfini de l’élection présidentielle prévue pour le 25 février. Cette décision a engendré une période d’instabilité marquée par des manifestations violemment réprimées par les forces de sécurité, entraînant la perte de quatre vies.

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777