Catégories
Articles récents
28/03/2020
AccueilActualitesQuébec : « La droite identitaire est plus préoccupante pour les services de sécurité que la menace terroriste » selon un ancien agent du renseignement

Québec : « La droite identitaire est plus préoccupante pour les services de sécurité que la menace terroriste » selon un ancien agent du renseignement

Michel Juneau-Katsuya, un ex-cadre et agent de renseignement senior du Service canadien de renseignement et de sécurité, a mis en garde ses compatriotes canadiens contre le danger de l’extrême droite qu’il juge supérieur au terrorisme des groupes extrémistes religieux, dans une tribune publiée par Le Devoir, un quotidien en ligne indépendant du Québec.

L’affirmation interpelle, c’est peu de le dire : dans une tribune publiée par le quotidien québécois Le Devoir, un ancien agent estime que la montée de la droite identitaire au Québec est plus inquiétante que la menace terroriste. « En ce qui a trait au Québec, d’un point de vue de la sécurité nationale et sur le plan du maintien de l’ordre social, la montée de la droite identitaire est plus pernicieuse et plus préoccupante pour les services de sécurité que la menace terroriste des islamistes radicaux, et ce, pour deux raisons importantes : son emprise sur la population générale et le temps que la société prendra pour s’en défaire ».

Pour ce connaisseur des enjeux de sécurité au Québec, les mouvements islamistes extrémistes sont en cours de disparition et ne représenterait plus à moyen et long terme de menace. « Tous les experts s’entendent pour dire que le phénomène de l’idéologie de l’islam radical va tôt ou tard, dans un avenir somme toute rapproché, finir par s’estomper. Si on compare leur discours à l’idéologie perverse de l’islam radical, force est de constater que cette dernière ne gagnera jamais une grande partie de la population, car elle demeure trop loin de nos valeurs et de nos fondements moraux. Même si le nombre de jeunes ayant rejoint les rangs du groupe État islamique demeure important (entre 20 000 et 30 000 à l’échelle mondiale), cela n’a rien à voir avec les estimations policières qui, juste au Québec, chiffrent entre 50 000 et 55 000 le nombre de sympathisants de la droite identitaire dans 15 groupes différents ».

 C’est une forme de contamination de l’esprit qui entraînera des troubles sociaux allant des crimes haineux à des agressions contre la personne, voire jusqu’au terrorisme. L’histoire regorge de ce type de situations et le contexte politique mondial est des plus propices pour cette montée

Les groupes extrémistes de droite “profitent de l’insécurité pour gagner émotionnellement l’appui de la population” 

La menace plus pernicieuse de la droite identitaire pourrait mener la société québécoise, du fait de son emprise, à « un recul de plusieurs décennies » et de la violence sociale qu’elle génère comme l’illustre l’attaque d’une mosquée il y a quelques mois. « Une fois qu’elle (la droite identitaire, ndlr) a gagné une certaine acceptation au sein de la population générale, elle nécessite des générations de travail constant et à divers niveaux de la société pour qu’on déracine son emprise (…) C’est une forme de contamination de l’esprit qui entraînera des troubles sociaux allant des crimes haineux à des agressions contre la personne, voire jusqu’au terrorisme. L’histoire regorge de ce type de situations et le contexte politique mondial est des plus propices pour cette montée ».

Michel Juneau-Katsuya rappelle également l’effet pervers du terrorisme et de l’insécurité sur les logiques de radicalisations populistes dans les sociétés occidentales. « Quand le peuple se sent menacé à cause de l’insécurité économique, des dangers à sa sécurité physique avec des attaques terroristes en son sol, de l’incertitude provoquée par des vagues d’immigration qui arrivent rapidement et qui semblent mal contrôlées (à tort ou à raison), alors il montre un besoin impératif d’entendre des paroles fortes et de voir des actions concrètes de nos leaders gouvernementaux. Quand cela n’est pas fait, le vide est comblé par des éléments plus conservateurs et plus radicaux qui profitent de l’insécurité pour gagner émotionnellement l’appui de la population ».