Edit Template
dimanche 19 mai 2024

Paris : des milliers de manifestants défilent « contre les racismes »

Plusieurs milliers de personnes se sont mobilisées ce dimanche à Paris pour une marche « contre les racismes et l’islamophobie » en présence de plusieurs élus, artistes et personnalités associatives. Interdite jeudi par la préfecture, le tribunal administratif avait finalement autorisé le rassemblement. Focus.

Initialement interdite par le préfet de police jeudi dernier puis autorisée le lendemain par la justice, la marche « contre les racismes et l’islamophobie » a bien eu lieu ce dimanche à Paris.

Derrière une longue banderole « Nos enfants sont en danger », des milliers de manifestants se sont élancés de Barbès en début d’après-midi à l’appel d’une cinquantaine d’organisations dont La France insoumise, le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), Attac et Solidaires.

Une mobilisation nécessaire « hors marche blanche »

La manifestation avait été interdite jeudi dernier par la préfecture de police au risque de « troubles à l’ordre public ». Saisi en référé, le tribunal administratif de Paris avait suspendu le lendemain cette interdiction, jugeant qu’elle portait « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifestation ».

La marche « contre le racisme et l’islamophobie » s’est déroulée sans heurts ce dimanche 21 avril à Paris. Des milliers de personnes se sont mobilisés avec la présence des députés LFI Mathilde Panot, Eric Coquerel et Danièle Obono ainsi que de nombreux artistes et personnalités associatives.

Pour Yassa Belkhodja, co-organisatrice « il fallait penser une mobilisation hors marche blanche et événements dramatiques » :

« Les violences policières, ce sont les violences les plus graves qui touchent nos enfants, ceux des quartiers, les enfants pauvres, noirs ou arabes (…) Mais ces violences ne sont qu’une partie des violences, il y a des violences quotidiennes »

Solidarité avec Gaza

Plusieurs citations « chocs » étaient visibles sur des pancartes durant la marche notamment « Nos enfants ne sont pas des gibiers de flics » ou encore « le racisme est une plaie de l’humanité » corroborant une phrase du militant martiniquais Frantz Fanon.

De nombreux manifestants portaient également le keffieh palestinien en solidarité avec Gaza détruit par les bombardements israéliens. Mathilde Panot, chef de file des députés LFI, a d’ailleurs souligné l’importance de rappeler la dignité humaine palestinienne :

« Si nous sommes ici dans un moment où on déshumanise largement les Palestiniens. C’est pour dire que toutes les vies se valent. (…) Le fil rouge que nous portons aujourd’hui, c’est l’égale dignité des êtres humain »

La manifestation s’est achevé place de la République avec un concert musical avec la participation, entre autres, des rappeurs Médine et Kery James.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777