Edit Template
jeudi 23 mai 2024

La Turquie suspend tous ses échanges commerciaux avec Israël

Ankara a annoncé jeudi avoir cessé ses échanges commerciaux avec Israël, invoquant la « tragédie » qui sévit actuellement en Palestine. « La cessation du commerce entre Israël et la Turquie pourrait causer d’importants dommages au commerce israélien » note un média israélien. Focus.

Ankara a décidé de cesser tous ses échanges commerciaux avec Israël en raison de ce qu’elle qualifie de « tragédie humaine » qui s’aggrave en Palestine.

Cette décision, annoncée ce jeudi par le ministère du Commerce turc, « pourrait causer des dommages importants à l’industrie et au commerce en Israël » selon plusieurs médias. La Turquie est l’un des principaux partenaires commerciaux du gouvernement israélien.

Une solidarité tardive avec Gaza

D’après des quotidiens économistes israéliens, la Turquie a suspendu ses exportations de matériaux de construction, de minerais, de machines, de voitures, de produits énergétiques, de caoutchouc, de plastique, et de produits sanitaires et agricoles. Ankara précise :

« La Turquie appliquera ces nouvelles mesures de manière stricte jusqu’à ce que le gouvernement israélien autorise un flux ininterrompu d’aide humanitaire vers Gaza »

« La cessation du commerce entre Israël et la Turquie pourrait causer d’importants dommages à l’industrie et au commerce en Israël » note le média israélien Yediot Aharonot. Cette même source indique que « les importations de matières premières et de biens en provenance de Turquie s’élèvent à environ 5 milliards de dollars par an ».

Pression populaire sur le président Erdogan

Les ports turcs auraient déjà commencé à suivre « une consigne interdisant les exportations de marchandises vers les ports de Haïfa et d’Ashdod ».

Les critiques envers le président turque Erdogan se sont intensifiées ces dernières semaines concernant la poursuite des échanges commerciaux avec Israël. Cette colère populaire a notamment contribué à la défaite historique de son parti lors des élections municipales de mars.

Pour le Financial Times, Erdogan serait désormais « confronté à d’importantes pressions internes pour intensifier les mesures contre Israël ». Avant les attaques du 7 octobre, Ankara avait mené une politique de rapprochement avec Israël « dans le cadre d’un effort visant à améliorer les relations dans la région et à stimuler l’économie turque ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777