Edit Template
vendredi 24 mai 2024

Le président de la Colombie rompt ses relations diplomatiques avec Israël

Le président colombien, Gustavo Petro, a annoncé ce mercredi rompre tout lien diplomatique avec Israël, qualifiant le Premier ministre Benjamin Netanyahu de « génocidaire ». « Si la Palestine meurt, l’humanité meurt. Nous n’allons pas la laisser mourir », a t-il déclaré dans un discours à Bogota. Zoom.

Le président colombien Gustavo Petro a déclaré hier son intention de rompre les liens diplomatiques avec Israël, qualifiant le Premier ministre Benjamin Netanyahu de « génocidaire » dans sa conduite de la guerre à Gaza.

En réponse, le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz a qualifié Gustavo Petro d’« antisémite ». Avec cette décision la Colombie s’aligne avec la Bolivie et Belize qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec Israël fin 2023.

« Si la Palestine meurt, l’humanité meurt »

« Demain, les relations diplomatiques avec l’État d’Israël seront rompues » a déclaré le président de Colombie Gustavo Petro, dans son discours du 1er mai à Bogota, en ajoutant que « si la Palestine meurt, l’humanité meurt » sous les acclamations de la foule.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a rapidement réagi, via son compte X, en accusant Gustavo Petro de « récompenser » l’organisation palestinien du Hamas. L’organisation militaire qui a d’ailleurs salué la décision de la Colombie :

« Nous apprécions grandement la position du président colombien Gustavo Petro (…) que nous considérons comme une victoire pour les sacrifices de notre peuple et sa cause qui est juste »

La Bolivie et le Belize, un petit État d’Amérique centrale, avaient déjà mis fin à leurs relations diplomatiques avec Israël dès le début de son offensive à Gaza.

Un génocide en cours qui « rappelle l’Holocauste »

Le président colombien Gustavo Petro avait déjà accusé Israël, dès le 20 février, de commettre un génocide des Palestiniens dans la bande de Gaza : « On ne peut pas revenir aux époques de génocide, d’extermination d’un peuple entier ».

Il avait également annoncé la suspension de l’achat d’armements fabriqués par Israël, l’un des principaux fournisseurs des forces de sécurité colombiennes, réitérant ses affirmations concernant « un génocide » en cours qui « rappelle l’Holocauste même si les puissances mondiales n’aiment pas le reconnaître ».

Le Brésil et la Colombie soutiennent notamment la procédure intentée par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de Justice pour « violation présumée de la Convention sur le génocide de 1948 ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777