Edit Template
vendredi 23 février 2024

Khalil Gibran : La vérité sur l’amour

Khalil Gibran : La vérité sur l'amour Mizane.info

Poète libanais, auteur du célèbre livre « Le Prophète », Khalil Gibran nous expose, en une pluie de mots, quelques vérités profondes sur le sens de l’amour et sur le prix qu’il nous faut lui concéder pour l’atteindre. Une sélection de Mizane.info.

« Si l’amour vous couronne, il vous crucifie aussi. Et s’il est pour votre croissance, il est aussi pour votre élagage. De même qu’il s’élève à votre hauteur pour caresser vos plus tendres branches frémissant dans le soleil. Il descend jusqu’à vos racines et les secoue de leur adhérence à la terre.

Telles des gerbes de blé, il vous ramasse et vous serre contre lui. Il vous vanne pour vous dénuder. Il vous tamise pour vous libérer de votre enveloppe. Il vous pile jusqu’à la blancheur. Il vous pétrit jusqu’à vous rendre malléables ; Puis il vous assigne à son feu sacré afin que vous deveniez pain sacré au festin sacré de Dieu.

Tout cela, l’amour vous le fait subir afin que vous connaissiez les secrets de votre cœur et, au travers de cette connaissance, deveniez fragment du cœur de la Vie (…) L’amour ne donne que de lui-même et ne prend que de lui-même. L’amour ne possède pas et ne saurait être possédé. Car l’amour suffit à l’amour.

Lorsque vous aimez, vous ne devriez pas dire : « Dieu est dans mon cœur », mais plutôt : « Je suis dans le cœur de Dieu. » Et ne croyez pas qu’il vous appartienne de diriger le cours de l’amour, car c’est l’amour, s’il vous en juge dignes, qui dirigera le vôtre. L’amour n’a d’autre désir que de s’accomplir.

Aimez-vous, l’un l’autre, mais ne faites pas de l’amour un carcan : Qu’il soit plutôt mer mouvante entre les rives de vos âmes. Remplissez, chacun, la coupe de l’autre, mais ne buvez pas à la même. Donnez-vous l’un à l’autre de votre pain, mais ne partagez pas le même morceau.

Donnez vos cœurs, mais pas à la garde de l’autre. Car vos cœurs, seule la main de Dieu peut les contenir.

Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles du désir de la Vie pour elle-même. Ils passent par vous mais ne viennent pas de vous, Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas. Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées. Car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez loger leurs corps, mais pas leurs âmes. Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même en rêve.

Vous pouvez vous efforcer d’être semblables à eux, mais ne cherchez pas à les rendre semblables à vous, car la vie ne revient pas en arrière et ne s’attarde pas avec le passé. Vous êtes les arcs à partir desquels vos enfants, telles des flèches vivantes, sont lancés.

L’Archer vise la cible sur la trajectoire de l’infini, et II vous courbe de toutes ses forces afin que les flèches soient rapides et leur portée lointaine. Puisse votre courbure dans la main de l’Archer être pour l’allégresse. Car de même qu’il chérit la flèche en son envol. Il aime l’arc aussi en sa stabilité. »

Khalil Gibran

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

4 min de lecture

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777