Edit Template
mercredi 28 février 2024

Faouzia Zebdi-Ghorab : l’aube n’est-elle pas imminente ?

Faouzia Zebdi-Ghorab : L’aube n’est-elle pas imminente ? Mizane.info

Dans sa dernière chronique à lire sur Mizane.info, Faouzia Zebdi-Ghorab nous appelle à fermer les yeux d’abord pour voir l’idéal, à les ouvrir ensuite pour voir la laideur des Hommes et de leurs fols agissements, avant de nous proposer une conversion du regard vers la finalité victorieuse inéluctable des oeuvres authentiquement ancrées dans la Vérité du monde.

Ferme les yeux une minute ….

Imagine une terre riche et généreuse… un climat doux et favorable… Des pâturages gras et abondants… des fruits généreux et onctueux… une brise légèrement chaude qui caressa ta peau sans la brûler…

Tu vois l’or jaune qui surgit en gerbes de blé et qui penche savamment ses épis afin de signifier leur maturation. Paysans et éleveurs et autres sages laborieux vivent au rythme des saisons et se couchent au rythme de l’astre rouge flamboyant…

Abondance matérielle, et richesse spirituelle se côtoient sans se gêner… Des textes fleurissent sous les doigts des écrivains, et se gravent à jamais sur des matériaux soigneusement sélectionnés…

Maintenant, ouvre les yeux…

Partout, tout n’est plus que désolation, encore et toujours et partout. Mais on nous dit qu’il s’agit des démocraties qui sont à pied d’œuvre. Et que forcément, on n’a rien sans rien.

A lire aussi : Faouzia Zebdi-Ghorab : «La Transcendance replace l’homme frappé du syndrome de l’autosuffisance dans sa véritable dimension»

Je ne dis pas que c’était mieux avant. Je dis juste que ce n’est pas mieux maintenant, malgré le chant enchanteur des sirènes d’une liberté dévoyée, et qui, même dévoyée, ne vaut pas pour tous les hommes à égalité. Désormais, l’art de la table côtoie subtilement l’art de la guerre. Quelques bombes au phosphore agrémentées de quelques bombes à fragmentations. Le raffinement dans toute sa splendide laideur.

Ces dernières décennies n’ont jamais été aussi sauvagement modernes, aussi atrocement raisonnables et aussi monstrueusement clairvoyantes. Des terres calcinées, des édifices pulvérisés, des corps frêles mutilés, et éparpillés… Les corps de la plus belle, de la plus noble, de la plus sacrée des créatures de Dieu, engloutis sous un sol transformé en cratères, et qui n’en finit pas de tenter d’offrir généreusement une dernière demeure à tous ces corps expatriés de la terre mère.

Il s’agit de la terrible épopée des Lumières qui a chassé Dieu pour faire mieux ! On en souhaiterait presque un retour à l’âge des modestes bougies, car il est évident que la hauteur de nos buildings est loin d’avoir fait la grandeur de nos âmes. Voudriez-vous revenir à un âge de pierre où nous mangions assis par terre avec des spatules en bois ? Burk!!! De vrais animaux vous dis-je !

Et ainsi partout où la docte modernité passe les « sauvages » trépassent. Dans des costumes ou tailleurs bien coupés ; des cheveux bien laqués et des chaussures impeccablement cirées, des élites bien civilisées disent laïquement la messe avant le bénédicité.

Les nations les moins ancrées historiquement ont choisi de sortir de terre et de grandir avec pour marche pied les civilisations les plus anciennes et les plus enracinées. Nouvelles cultures du discours rhétorique, de la complainte, et de l’indignation contrôlée, qui écrivent l’histoire au quotidien, selon les critères obtus de cette fureur qui n’est, quant à elle, ni contrôlée, ni même « tempérée » au moins timidement, par les instances internationales.

Des peuples entiers meurent sous d’atroces souffrances, mais pour de bonnes raisons : celles du plus fort. Morale grossière et caricaturale qui trace inlassablement le sillon de son indélébile présence là où elle frappe.

Il faut un sacré effort d’imagination pour croire que ces nouvelles figures mondiales qui se sont intronisées nouvelles idoles puissent représenter la voix, et le porte-drapeau du progrès des peuples ; une idole gargantuesque, une bête immonde qui se nourrissent de génocides et de sacrifices humains depuis des siècles maintenant.

Ces idoles n’ont pas besoin d’excuses pour déclarer la guerre, un alibi suffit. Un alibi fantoche suffit à attaquer un pays souverain, à destituer son président, et à dépouiller le peuple de ses biens, et à l’éliminer si par malheur il lui prenait l’envie de résister.

A lire également : Faouzia Zebdi-Ghorab : « Le community organizing communautarise les luttes »

Leur supériorité militaire, médiatique, et diplomatique, n’est pas à prouver. Mais une chose est tout aussi sûre, c’est que les peuples opprimés disposent d’une supériorité d’abord numérique, mais surtout une motivation et une volonté qui ont fait la démonstration au cours de l’histoire, qu’un rapport de force pouvait s’inverser de façon absolument inexplicable.

L’histoire aurait-elle des raisons que la raison ignore ? Une logique et une grammaire qui défrayeraient tous les virtuoses de la prose officielle ?

Comment pourrait-il en être autrement quand les uns sont uniquement motivés par un sentiment de supériorité, et par un esprit vengeur et revanchard. Alors que les peuples opprimés sont animés par le désir non pas de faire souffrir, mais de mettre fin aux souffrances des hommes, en repoussant la souffrance exercée par l’oppresseur. L’amour n’a-t-il pas toujours été aux côtés des faibles, et des opprimés ? N’est-ce pas à eux que le Royaume des cieux est promis ?

« Heureux ceux qui se savent pauvres en eux-mêmes, car le Royaume des cieux est à eux ! Heureux ceux qui pleurent, car Dieu les consolera ! Heureux ceux qui sont doux, car ils recevront la terre que Dieu a promise ! Heureux ceux qui ont faim et soif de vivre comme Dieu le demande, car Dieu exaucera leur désir ! Heureux ceux qui ont de la compassion pour autrui, car Dieu aura de la compassion pour eux ! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! (…) Heureux ceux qu’on persécute parce qu’ils agissent comme Dieu le demande, car le Royaume des cieux est à eux ! (…) Réjouissez-vous, soyez heureux, car une grande récompense vous attend dans les cieux. C’est ainsi, en effet, qu’on a persécuté les prophètes qui ont vécu avant vous. » Matthieu 5:3-12

Le soleil se lève sur tous les matins de tous les mondes. A-t-on pu un seul jour l’empêcher de se lever ? Imaginez une seconde que demain le soleil ne se lève pas… Et bien plus que jamais, la vérité telle un corps céleste, brillera de tout son éclat.

إِنَّ مَوْعِدَهُمُ الصُّبْحُ ۚ أَلَيْسَ الصُّبْحُ بِقَرِيبٍ1

« Vraiment le moment fixé pour eux est l’aube. L’aube n’est-elle pas imminente » (Coran, sourate Hud, verset 81).

Faouzia Zebdi-Ghorab

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777