Catégories
Articles récents
AccueilActualitesLes raisons du soutien inconditionnel des États-Unis à Israël

Les raisons du soutien inconditionnel des États-Unis à Israël

Kamal Znidar est un écrivain marocain, auteur de l’ouvrage « Islamisme, terrorisme et autoritarisme… des liens réels ou fictifs » paru en 2017. Dans une tribune que publie Mizane Info, il nous explique les causes sous-jacentes du soutien inconditionnel des Etats-Uniens aux Israéliens.

Pour comprendre la nature des liens entre les États-Unis et l’Etat d’Israël et ce soutien inconditionnel que la Maison-Blanche offre à la politique israélienne, il faut avoir une idée sur la société américaine et sa composition démographique. Les Américains sont un peuple très religieux. 73,7 % d’entre eux sont chrétiens dont la majorité (46,5 %) est protestante. Ceux-là sont majoritairement des fidèles des églises évangéliques. La majorité de ces évangélistes est sioniste. Ils sont le parti le plus fort de ce que nous appelons « le sionisme chrétien ». Ils ont été parmi les principaux soutiens de la création de l’Etat hébreu en 1948. Depuis lors, ils n’ont jamais cessé d’afficher ouvertement et publiquement leur amour pour Israël et leur détermination à défendre son existence par tous les moyens et de toutes leurs forces.

Kamal Znidar.

Leur soutien à Israël était au départ purement spirituel et limité à la prière. Au fil du temps, ce soutien s’est développé et matérialisé pour accélérer le retour des juifs aux terres de leurs ancêtres. Dans ce sens, de nombreuses organisations et associations ont été créées pour fournir un soutien financier et logistique aux israéliens et aux juifs du monde entier. Toujours dans le même sens, des églises évangéliques ont commencé à organiser des événements annuels pour honorer Israël et célébrer la nation israélienne et les liens entre juifs et chrétiens. Et aussi en vue de collecter des fonds pour les associations qui s’activent dans les terres juives. Puis ce soutien est devenu un soutien politique après la croissance du nombre des évangélistes sionistes, le renforcement de leurs groupes d’entreprises et l’augmentation de leur influence économique.

Les racines testamentaires du soutien à Israël

Pour assurer un soutien éternel à Israël, ces chrétiens ont créé des organisations et des associations dont le but est de surveiller ceux qui critiquent Israël, recueillir des informations à leur sujet et lancer des campagnes médiatiques pour les diaboliser et les démolir dans l’opinion publique, et autres qui surveillent les médias et font tout pour allumer la société américaine -surtout les entrepreneurs- contre les plateformes médiatiques qui ont des lignes éditoriales qui vont à l’encontre de la pensée sioniste. Ces derniers temps, ils ont également donné naissance à de nouvelles institutions qui supervisent le travail des universités dont les dirigeants sont soupçonnés de sympathiser avec la cause palestinienne et être antisionistes et de présenter des rapports sur eux. Pourquoi font-ils tout cela ? Tout simplement parce qu’ils considèrent la protection et le soutien des intérêts d’Israël comme un « culte sacré », une pratique qui leur permet de se rapprocher encore plus de Dieu. Ces évangélistes donnent une grande importance à l’Ancien Testament (Torah) et en font une lecture littéraliste. Les racines de leur sionisme, on les trouve dans de nombreuses parties de la Bible, en particulier dans les visions apocalyptiques des livres de Daniel et d’Ézéchiel, ainsi que dans les scénarios de la fin du monde qu’on trouve dans le Nouveau Testament (Évangile). Ils offrent à ces visions des interprétations géopolitiques. Pour eux, les événements historiques de ces sources religieuses doivent être lus selon un scénario qui conduit nécessairement au retour du Christ et à la fin du monde dans sa version actuelle. De la sorte, ils commencent à concevoir la judaïsation du Grand Israël (l’actuel Israël et les territoires palestiniens) et le retour des douze tribus des israélites en Terre Sainte comme un « devoir religieux » et un « engagement envers le Seigneur » qui ramènera Jésus sur terre et fera triompher le christianisme. Le retour des juifs à Jérusalem et en terre d’Israël est aussi, pour eux, un « don de Dieu » qui a apporté « la bénédiction » aux États-Unis et en a fait l’Etat le plus puissant et le plus développé dans le monde. Ils croient que plus ils aident et soutiennent Israël, plus ils seront bénis et aimés par Dieu. Cela les amène à considérer les palestiniens comme des adversaires de la volonté divine, des ennemis du seigneur, et un obstacle au retour du Christ sur terre qui doit être éloigné et éliminé par tous les moyens possibles.

Une géopolitique millénariste au Moyen-Orient

Leurs croyances ont inspiré et continuent d’inspirer de nombreuses positions diplomatiques et militaires américaines. Pour eux, la guerre en Irak et les batailles politiques que mène la Maison Blanche contre l’Iran, la Syrie et le reste des ennemis d’Israël sont un « engagement religieux », un « culte saint » qui accélérera le retour du Christ sur terre. Aussi ils voient l’assassinat de dirigeants antisionistes tels que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi et la souffrance des peuples musulmans et le meurtre d’un grand nombre d’entre eux à cause des guerres comme « châtiment divin » affligé aux ennemis d’Israël. Ils voient également ces attaques cérébrales qui ont frappé le Premier ministre israélien Ariel Sharon en 2006 et causé sa mort en 2014 après huit ans de coma comme une « vengeance divine », une « réponse du Seigneur » à sa politique qui a rendu aux palestiniens des terres que Dieu a promis aux juifs et sa décision à l’été 2005 de retirer les forces israéliennes et tous les quartiers juifs de la bande de Gaza et quatre autres colonies juives dans le nord de la Cisjordanie.

Sur les 100 membres du Sénat, au moins 70 sont toujours soumis d’une manière ou d’une autre au pouvoir des lobbys sionistes américains. Tous sont prêts à défendre l’Etat hébreu et voter automatiquement contre toute décision ou proposition de la Maison Blanche allant à l’encontre des intérêts suprêmes d’Israël

Ces chrétiens sionistes rejettent toutes les décisions et politiques visant à abandonner des parties de ce qu’ils appellent « la terre promise par Dieu au peuple juif » et les considèrent comme « obstacle » au retour du Christ et « anéantissement » de tous leurs efforts et leur plan en vue d’accélérer ce retour. C’est pourquoi ils poussent leurs gouvernements à bloquer toute tentative de conciliation dans les négociations entre Palestiniens et Israéliens, empêcher la médiation des européens et des dirigeants arabes modérés et détruire tout ce qu’ils font pour ramener la paix dans la région. Sans parler des pressions qu’ils exercent sur la Maison Blanche pour imposer son veto et bloquer toute résolution de l’ONU ayant pour but de punir les crimes contre l’humanité et les politiques coloniales d’Israël. Au niveau national, ces évangélistes font également barrière à tout candidat américain connu pour être hostile à la politique israélienne qui souhaite devenir président des États-Unis. Et c’est fort probable qu’ils soient ceux qui se cachent derrière le meurtre de John Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas à cause de son refus de permettre à Israël d’avoir la bombe nucléaire.

Le lobbying des sionistes américains

Le grand nombre de leurs effectifs aux États-Unis et leur possession des plus grandes sociétés et des médias les plus forts font d’eux le groupe de pression le plus influent sur les politiques de la Maison Blanche. Leurs votes affectent grandement les résultats des batailles électorales, puis les positions et le travail du candidat élu. Même si les candidats aux élections américaines se retrouvent par miracle au-dessus du besoin de leurs voix, ils ne peuvent pas se passer de leur soutien financier et médiatique pour assurer le succès de leurs campagnes électorales. Et ce soutien, ils ne l’offrent pas gratuitement. En contrepartie, le candidat s’engage à défendre leurs intérêts et leurs politiques, y compris la protection et le soutien d’Israël au sein des institutions de la République.

Le président américain Donald Trump à un congrès du lobby pro-israélien AIPAC.

Même si nous supposons qu’un jour un président américain échappe à leur emprise, il se retrouvera piégé par leurs représentants et leurs marionnettes dans le Congrès américain. Sur les 100 membres du Sénat, au moins 70 sont toujours soumis d’une manière ou d’une autre au pouvoir des lobbys sionistes américains. Tous sont prêts à défendre l’Etat hébreu et voter automatiquement contre toute décision ou proposition de la Maison Blanche allant à l’encontre des intérêts suprêmes d’Israël. A titre d’exemple, le président américain Gérald Ford se préparait en 1976 à demander publiquement à Israël de respecter les conventions internationales et se conformer aux frontières de 1967. Une lettre des sénateurs l’a forcé à annuler sa décision et ne jamais prononcer le discours officiel qu’il avait l’intention de faire. Il y a eu également d’un temps à l’autre des tentatives de la présidence pour réduire la valeur du soutien financier accordé à Israël… toutes ces tentatives ont eu l’échec comme sort. Depuis 1985 jusqu’à aujourd’hui, les États-Unis ont accordé à Israël des aides publiques de sommes gigantesques qui dépassent les 100 milliards de dollars américains. Ces subventions et aides ne s’arrêtent jamais et leur valeur ne connait jamais la baisse même lorsque les fonds et les comptes des USA connaissent la perte ou leur économie se trouvent dans une situation de crise ou en déficit grave. Car pour les représentants des lobbys du sionisme chrétien au sein du Congrès américain, le soutien de l’Etat d’Israël et sa protection sont deux lignes rouges et deux missions sacrées qui doivent être accomplies dans toutes sortes de circonstances, bonnes soient-elles ou mauvaises.

A lire sur le même sujet :