Catégories
Articles récents
17/07/2019
AccueilPolitiqueLes leçons de Luther King pour une lutte efficace contre l’islamophobie

Les leçons de Luther King pour une lutte efficace contre l’islamophobie

Nihad Awad est le Directeur national du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR), une puissante organisation musulmane aux Etats-Unis. Dans une tribune publiée dans les colonnes du Time, il rappelle les grandes leçons que les musulmans américains, et plus largement ceux vivant dans des pays occidentaux, peuvent tirer et appliquer de l’engagement du docteur Martin Luther King pour une lutte efficace et coordonnée contre l’islamophobie.  

Parmi les plus grandes leçons que le docteur. Martin Luther King nous a enseignées et que les musulmans américains peuvent appliquer aujourd’hui, il y a l’importance de stratégies bien coordonnées – menées par de larges coalitions – pour changer les règles écrites et non écrites sur la manière dont une communauté entière d’Américains devrait et ne devrait pas être traitée. Avec les boycotts d’autobus de Montgomery, le Dr King nous a enseigné l’importance de l’engagement direct auprès des décideurs et de la mobilisation communautaire. Quand rencontrer des décideurs pour leur demander de faire la bonne chose n’aboutit pas au changement souhaité, nous exerçons alors des pressions communautaires en coordination avec d’autres organisations et alliés musulmans américains. La coordination est la clé. Si un groupe travaille en privé avec les décideurs, il est important de coordonner avec lui tout ceux qui travaillent publiquement.

Planification, médias et image de soi

Le Dr King nous a enseigné le pouvoir des médias et sa capacité à atteindre les Américains du quotidien avec des récits personnels, des tranches de vie, des contributions, des défis, des espoirs et tous les rêves qui émergent de nos communautés. Les médias peuvent informer et inciter les Américains à prendre de bonnes décisions après avoir vu des histoires authentiques et humaines. Les scènes du ‘Bloody Sunday’ (Le Bloody Sunday s’est produit le 7 mars 1965 lors d’une marche pour l’égalité civique menée par Hosea Williams et John Lewis, en l’absence de Martin Luther King. 600 manifestants pour les droits civiques ont été attaqués par la police locale avec des matraques et du gaz lacrymogène, près de 70 blessés ont été dénombrés, ndlr) ont été diffusées en direct à la télévision à travers le pays grâce à la mobilisation efficace des médias, avant l’événement, par l’équipe du Dr King.

Le docteur Martin Luther King.

Une telle planification a aidé à mobiliser des milliers de personnes à travers le pays pour se lever et soutenir le mouvement. Une autre leçon que le Dr King nous a enseignée est l’importance de l’utilisation intentionnelle des mots et de ne pas utiliser les mots de code diffamatoires que nos opposants utilisent pour changer l’opinion publique contre nous. King a toujours utilisé des mots et des expressions stratégiques qui évoquaient des images positives et ambitieuses liées aux valeurs des gens pour les inspirer et faire avancer le rêve que lui-même avait su dessiné à travers ses propres mots. Lorsque les lois sur le racisme et la ségrégation ont été perçues comme un problème qui touchait uniquement le Sud, le Dr King a su définir la lutte pour l’égalité et l’équité comme définissant notre nation et notre identité en tant qu’Américains adhérant aux principes fondateurs de notre nation.

Les jeunes capables de raconter leurs histoires et de mobiliser leurs pairs peuvent être un puissant catalyseur du changement et méritent d’être encadrés très tôt comme leaders et intégrés dans les décisions de nos mouvements. C’était clair dans les sit-ins, dont la plupart étaient dirigés par des jeunes et dans des marches

Former et intégrer les jeunes dans les institutions communautaires

Le Dr King nous a enseigné l’importance de stratégies bien pensées en réponse aux soi-disant « moments de crises ». Plutôt que d’agir hâtivement en réponse à une situation, son équipe a élaboré des plans d’urgence pour mobiliser l’énergie et la passion du moment afin de réaliser des changements plus durables dans le système. Aujourd’hui, nous pouvons pareillement choisir de voir les manifestations de haine antimusulmanes les plus violentes, qui ont augmenté au cours des dernières années pour atteindre un niveau record, comme des occasions de mobiliser les citoyens concernés pour aller au-delà de la frustration et prendre des mesures spécifiques pour obtenir notamment des changements dans les représentations diffamatoires des musulmans par les médias, représentations qui, selon les études, alimentent les préjugés entraînant la discrimination et les crimes de haine.

Nihad Awad (au centre) au cours d’une conférence de presse de CAIR.

Le Dr King nous a appris que les jeunes capables de raconter leurs histoires et de mobiliser leurs pairs peuvent être un puissant catalyseur du changement et méritent d’être encadrés très tôt comme leaders et intégrés dans les décisions de nos mouvements. C’était clair dans les sit-ins, dont la plupart étaient dirigés par des jeunes et dans des marches qui mettaient en vedette des jeunes et des enfants. Aujourd’hui, les musulmans américains peuvent bénéficier énormément de la responsabilisation des jeunes dans notre travail, en mettant en évidence dans nos efforts publics nos jeunes et nos enfants, qui sont ceux pour lesquels nous luttons, et dont la présence rappelle au public notre humanité et notre désir d’un avenir meilleur. Le Dr King nous a également enseigné le rôle important des alliés. Il a veillé à ce que des alliés non-noirs soient vus et entendus par des compatriotes américains, qui pourraient ainsi soutenir une action en voyant simplement la diversité des personnes qui soutenaient la liberté.

Coran : « Dieu ne changera pas la condition d’un peuple jusqu’à ce qu’ils changent ce qui est en eux-mêmes »

Le Dr King disait que « Le changement ne roule pas sur les rouages ​​de l’inévitabilité, mais passe par une lutte continue. Et ainsi nous devons nous retrousser les manches et travailler pour notre liberté. » Le Coran déclare pour sa part que « Dieu ne changera pas la condition d’un peuple jusqu’à ce qu’ils changent ce qui est en eux-mêmes » (13 :11). Alors que la nouvelle année commence, et que nous nous souvenons des leçons du Dr King, en tant qu’organisation, nous, CAIR, nous engageons à mettre ces leçons à profit. Nous sommes déterminés à bâtir des coalitions plus vastes et plus fortes que jamais auparavant. Nous nous engageons à être réfléchis et disciplinés dans notre travail pour changer les représentations médiatiques de nos communautés, et ainsi changer la façon dont nos familles et nos enfants sont traités par la société. Nous nous engageons à faire ce travail – non pas seulement par nous-mêmes mais avec d’autres organisations et alliés musulmans américains – pour que des millions d’enfants musulmans américains, de Seattle à Savannah, allumant la télé ou regardant leur téléphone, sachent qu’ils ont le droit de vivre, d’espérer et de rêver comme n’importe quel autre Américain.

Nihad Awad

A lire également sur le thème de la justice : 

« Le Mahdi », Mohamed Baqir As-Sadr

« L´homme et la justice de Dieu sur terre », Saïd Ramadan Al-Bouti