Catégories
Articles récents
AccueilCroyanceLes athées plus intolérants que les croyants, d’après une étude

Les athées plus intolérants que les croyants, d’après une étude

athées
De gauche à droite, Diderot, Marx, Freud et Nietzsche sont quelques-uns des représentants passés de l’athéisme. 

L’université catholique de Louvain en Belgique a réalisé une étude menée par le docteur Uzarevic. Un échantillon de 788 individus croyants et athées a permis de montrer que ces derniers étaient moins tolérants aux arguments opposés aux leurs, que ne l’étaient les croyants. Retour sur une étude qui bouscule les idées reçues.

athées

Le docteur Filip Uzarevic.

Le docteur Filip Uzarevic est chercheur à l’université catholique de Louvain. Il a dirigé une étude pour le moins intéressante qui a consisté à comparer les réactions de différents croyants et athées sur des questions qui les confrontaient à des opinions divergentes ou contradictoires des leurs. Le résultat est pour le moins surprenant.

Les chercheurs en psychologie ont interrogé 445 athées et agnostiques, 255 chrétiens, et un groupe de 37 bouddhistes, musulmans et juifs. D’après les conclusions de cette étude, révélée par The Independent, les athées et les agnostiques qui se considèrent eux-mêmes plus ouverts d’esprit que les croyants, se sont avérés être en réalité plus intolérants dans leurs réponses aux opinions et idées qui divergeaint des leurs.

« Les croyants ont montré plus d’ouverture »

Les croyants « semblent mieux percevoir et intégrer des points de vue divergents des leurs », démontre cette étude qui a conjointement été menée en France, en Espagne et en Grande-Bretagne.

L’étude a fait clairement ressortir le fait que les non-croyants étaient moins enclins que les croyants à « auto-détecter leur propre dogmatisme »

« L’étroitesse d’esprit n’est pas nécessairement le fait des gens religieux » commente pour sa part le docteur Filip Uzarevic. « Lorsqu’il s’agit de mesurer de façon nuancée les tendances à intégrer des points de vue contraires aux leurs, les croyants ont montré plus d’ouverture. »

Pour le chercheur qui a dirigé l’étude, le dogmatisme des athées peut, peut-être, être expliqué par le fait que « la non-religion est devenue la norme dans certains pays occidentaux ».

Le dogmatisme des athées

L’étude a fait clairement ressortir le fait que les non-croyants étaient moins enclins que les croyants à « auto-détecter leur propre dogmatisme » et qu’ils étaient plus nombreux à exprimer « une légère tendance à l’intolérance. »

athées

L’université catholique de Louvain.

Cette étude est partie de l’idée reçue ou dominante que les athées et les agnostiques étaient plus tolérants et ouverts que les croyants qui, eux, seraient dogmatiques. Une idée reçue que les chercheurs de l’université catholique Louvain ont voulu vérifié. Ses résultats bousculent ainsi bon nombre de préjugés et démontrent que toute idée ou croyance génère son propre dogmatisme.

Sur ce dernier point, les chrétiens se sont révélés être plus dogmatiques que les autres groupes, en manifestant clairement leur opposition à l’assertion suivante : « Il y a tellement de choses que nous n’avons pas découvertes, personne ne devrait être absolument certain que ses croyances sont justes. »

Le régime de la croyance athée

Mais d’autres test dressent un regard d’ensemble plus nuancé sur le rapport à la contradiction. « Les athées ont tendance à montrer une plus grande intolérance à la contradiction.

L’étude révèle de manière caractéristique la manière dont toutes les sociétés vivent toujours sous un régime de la croyance, religieuse ou athée.

Lorsqu’on leur présente deux propositions contradictoires, ils ont tendance à noter l’une comme totalement fausse, et l’autre comme totalement vraie, alors que les croyants sont plus nuancés dans leur classement.

Ils montrent également moins de propension que les croyants à imaginer les arguments contraires à leurs propres positions, et ils ont plus de difficulté à voir ce qu’il peut y avoir de convaincant dans ces arguments opposés », établit l’étude de l’université catholique de Louvain.

Si le docteur Uzarevic reconnaît que cette étude n’est qu’un premier pas dans cette direction et qu’elle nécessite d’être élargie quantitativement, il n’en demeure pas moins qu’elle révèle de manière caractéristique la manière dont toutes les sociétés vivent toujours sous un régime de la croyance, religieuse ou athée, et que la croyance peut générer autant d’intolérance que l’incroyance.

A lire également :
athées