Catégories
Articles récents
AccueilActualitesLa Chine dévoile son projet de « sinisation » de l’islam

La Chine dévoile son projet de « sinisation » de l’islam

Chine

La Chine s’est engagée à « siniser » l’islam au cours des quatre prochaines années, alors que la répression sécuritaire qui aurait conduit à l’internement de millions de musulmans du pays pourrait se propager. A Beijing, un reportage de Lucy Hornby pour le Financial Times que Mizane.info rend disponible en français.

Au cours des deux dernières années, la Chine a intensifié sa répression contre les Ouïghours, un groupe ethnique musulman turcophone originaire de la région nord-ouest du Xinjiang, qui parle une langue proche du turc.

Ceux qui ont été libérés des camps décrivent avoir subi un endoctrinement à base de langue chinoise et de slogans du Parti communiste, ainsi que des travaux forcés, des passages à tabac et une alimentation minimale.

Ma Jin, un responsable du United Front Work Department, une organisation entretenant des relations avec des individus et des organisations extérieures au Parti communiste, a déclaré à la réunion de l’Association islamique de Chine, une organisation islamique soutenue par l’État, que des efforts avaient été réalisés pour rendre les religions plus compatibles avec le socialisme chinois, conformément à l’appel lancé l’an dernier par le président Xi Jinping.

« L’objectif n’est pas de respecter la pratique religieuse, mais de la faire disparaître »

« La sinisation de la religion en Chine est un élément important du discours du secrétaire général du parti, Xi Jinping », a déclaré M. Ma lors de la réunion, qui comprenait des responsables hui, un groupe ethnique musulman parlant chinois.

M. Ma n’a pas donné de détails sur les actions que les fonctionnaires entreprendraient, mais l’année dernière, l’association islamique a promu la levée du drapeau et l’étude de la politique nationale dans les mosquées.

Parler la langue ouïghoure ou prier peuvent constituer un motif d’internement.

Pékin a été plus tolérant envers les pratiques religieuses des Hui que des Ouïghours. Des responsables du parti de Ningxia, une région peuplée de nombreux Hui, ont visité des prisons du Xinjiang en novembre et ont signé un accord de « coopération en matière de lutte contre le terrorisme » avec les autorités de la région.

Chine

Camp d’internement en Chine.

La Chine a entravé le développement de l’alimentation halal et laissé les commentaires hostiles contre le Hui se propager sur son réseau Internet pourtant fortement censuré.

Dilxat Raxit, du Congrès mondial ouïghour, une organisation qui vit en exil, a déclaré que la Chine utilisait la sinisation pour isoler l’islam chinois de l’islam mondial. « L’objectif de la Chine n’est pas de respecter la pratique religieuse, mais de la faire disparaître. Ce qui est inquiétant, c’est que le Ningxia pourrait également être soumis à cette méthode brutale », a-t-il déclaré.

Un programme national de surveillance

Le recours à la détention extrajudiciaire contre les Ouïghours a été condamné par des gouvernements étrangers, des organisations internationales, y compris les Nations Unies, et des groupes de défense des droits de l’homme.

Pékin a défendu sa politique en décrivant les camps comme des « centres d’enseignement professionnel » destinés à éradiquer les tendances extrémistes.

Chine

La Mosquée Idkah à Kashgar, dans le Xinjiang.

Le programme s’est étendu au-delà des camps, avec plus d’un million de représentants du gouvernement du Xinjiang qui ont passé la nuit dans des foyers ouïghours pour surveiller les résidents, selon le Xinjiang Daily, un journal dirigé par l’État.

Parler la langue ouïghoure ou prier peuvent constituer un motif d’internement.

Même la maîtrise du mandarin n’a pas offert de protection aux érudits et aux fonctionnaires. Parmi les personnes disparues figure Gheyret Abdurahman, qui a traduit Red Sorghum, l’un des romans contemporains les plus connus de Chine.

Sa détention a suscité une lettre de protestation adressée à M. Xi par une organisation internationale à but non lucratif regroupant des scientifiques.

Le parti communiste chercherait depuis à promouvoir les internements de masse dans le Xinjiang comme étant une réussite dans la mesure où aucune attaque violente n’aurait été signalée dans cette région agitée depuis près de deux ans.

Lucy Hornby

A lire également :

Chine

Partager