Catégories
Articles récents
AccueilActualitesAhmet Ogras : le manifeste des 300 « peut contribuer à la fracture de la société française »

Ahmet Ogras : le manifeste des 300 « peut contribuer à la fracture de la société française »

Ahmet Ögras

Ahmet Ogras est le président du Conseil français du culte musulman. 

Ahmet Ogras est le président du Conseil français du culte musulman. Dans un entretien accordé à Mizane.info, il nous livre sa réaction après la publication du Manifeste des 300 personnalités dénonçant un antisémitisme musulman. Ahmet Ogras appelle notamment le Consistoire israélite et le grand rabbin de France à clarifier leur position.

Mizane.info : Quelle a été votre réaction à la lecture du Manifeste des 300 contre l’antisémitisme « musulman » ?

Ahmet Ogras : Le texte de ce manifeste est d’une maladresse déconcertante. A mon sens, il ne sert absolument pas la cause de l’antisémitisme ni celle de l’antiracisme en général. Je suis par ailleurs surpris que des personnalités de très grande qualité, telles que Bernard Cazeneuve, aient pu signer un texte parlant d’ « épuration ethnique ».

Vous pensez que tous les signataires n’ont pas signé la version finale de ce manifeste ?

J’attends des précisions des uns et des autres à ce sujet.

Vous parliez des personnalités ?

L’autre personnalité est Haïm Korsia (Grand rabbin de France, ndlr) qui est également conseiller politique du président sur l’islam de France. J’étais habitué aux discours constructifs et responsables du Grand rabbin. Sa signature me déçoit.

Ahmet Ögras

Ahmet Ogras reçu à l’Elysée par le président Macron avec les autres représentants des cultes.

Cette prise de position du grand rabbinat incriminant le Coran et la communauté musulmane d’antisémitisme va-t-elle avoir des conséquences sur vos relations avec les institutions juives de France ?

Le CFCM ne participe pas au gala du CRIF, ni ne le boycotte. Les institutions religieuses (CFCM, Consistoire et grand rabbinat, ndlr) devront quant à elles s’expliquer. On ne peut pas continuer à parler de vivre-ensemble pour ensuite agir par derrière en accusant le Coran. Nous lançons au Consistoire et au grand rabbin un appel à clarifier leur position sur ce sujet.

Les musulmans d’Afrique du nord et de l’Empire ottoman ont sauvé les enfants de la communauté juive du temps de l’Inquisition en Europe (…) et ils l’ont fait au nom du Coran

Selon vous, ce manifeste vous semble-t-il traduire une offensive idéologique contre l’islam, plusieurs de ces signataires étant notoirement connus pour leur hostilité affichée aux musulmans et/ou à l’islam, ou reflète-t-il une partie de ce que pense l’opinion publique française ? 

Ce qu’il faut combattre ce sont les interprétations dévoyées des textes sacrés. Rappelons que les textes incriminés que l’on perçoit comme des « pousse aux crimes » étaient bien présents quand les musulmans d’Afrique du nord et de l’Empire ottoman ont sauvé les enfants de la communauté juive du temps de l’Inquisition en Europe. Ce sont les Ottomans et les Maghrébins qui ont sauvé cette communauté et ils l’ont fait au nom du Coran. Et on voudrait nous faire croire que le même Livre serait responsable de violences contre les juifs ? Les signataires de ce manifeste, en cautionnant une lecture littéraliste des textes, partagent curieusement le même type de lecture que certains djihadistes de Daesh, mais cette lecture n’est certainement pas celle de l’écrasante majorité des musulmans. Le seul point positif de cette polémique est d’avoir permis à chacun de s’exprimer. Je félicite d’ailleurs à titre individuel toutes les personnes qui ont répondu à ce manifeste et qui s’expriment. Ce n’est pas l’apanage du CFCM. La communauté musulmane à travers ses nombreuses voix doit s’exprimer et la majorité silencieuse se réveiller. Toutes les tribunes sont les bienvenues. Il existe aujourd’hui une dictature intellectuelle de certains politiques, intellectuels et académiciens imposée à la population française.

A quelles fins ? 

Je ne comprends pas la finalité. Cela dit, ce texte peut contribuer à la fracture de la société française, voire à une guerre civile de basse intensité. Ce que finalement recherche Daesh.

A lire également :

« Marianne  et Allah », Vincent Geisser

Partager