Catégories
Articles récents
AccueilActualitesAffaire Ramadan : « Si on n’avait pas fait de bruit, ils l’auraient laissé croupir »

Affaire Ramadan : « Si on n’avait pas fait de bruit, ils l’auraient laissé croupir »

Ramadan

Libéré de sa détention « provisoire » qui aura duré 10 mois, Tariq Ramadan a vu sa dernière demande de libération sous caution être acceptée moyennant la somme de 300 000 euros. Une libération jugée logique par la défense, dans l’attente du jugement final d’une affaire où le Suisse, accusé de viols, clame son innocence. Une première victoire pour le comité de soutien interrogé par Mizane.info.

Le comité de soutien de Tariq Ramadan pouvait souffler un soupir de soulagement. « Cela a été presque surprenant. Face aux refus successifs, on attendait autre chose. Tariq Ramadan va pouvoir se remettre et se défendre. Le dossier était vide. Il n’y avait pas de preuves avérés de viols ».

Tête de file de ce comité, Khadra du Collectif la loi de Thémis est une femme qui n’a pas ménagé ses efforts avec d’autres militants pour exiger la libération de Tariq Ramadan, accusé de viols et emprisonné au motif de garantir à ses accusatrices l’absence de pressions.

« Il n’y avait plus d’obstacles à ce qu’il soit libéré »

« Il a dit durant l’audience : « Oui j’ai menti, je le reconnais. Mais les plaignantes, combien de fois ont elles menti ? » Mais ce n’est pas fini. Il va devoir recouvrer son honneur, sa dignité. Sa santé aussi. Il va avoir besoin d’un temps pour se reposer et préparer sa défense dans des conditions normales. Il est sorti en ambulance ».

Pour son avocat, Maître Marsigny, la libération de son client est on ne peut plus logique au regard du dossier.

On s’est dit que si on ne se mobilisait pas sur cette affaire, cela aurait été un très mauvais signal envoyé aux islamophobes pour qu’ils passent à l’étape supérieure. Si on n’avait pas fait de bruit, ils l’auraient laissé croupir.

« La remise en liberté de Tariq Ramadan est logique au regard des derniers développements du dossier qui démontrent que les accusations de viols s’effondrent. Il n’y avait plus d’obstacles à ce qu’il soit libéré (…)

Les derniers développements du dossier ont permis de démontrer par des SMS envoyés par les plaignantes à monsieur Ramadan que ce qu’elles disent aujourd’hui est totalement faux, mensonger, en totale contradiction avec ce qu’elles avaient pu écrire à l’époque ».

Les raisons d’une mobilisation

L’avocat s’est montré lui aussi soucieux de l’état de santé de son client.

« Il est, depuis 9 mois, détenu, mais dans un cadre hospitalier. Sa détention avait été jugée compatible avec son état de santé, à la seule et unique condition qu’il puisse avoir accès à des soins pluridisciplinaires, ce qui n’était pas réalisé et effectué dans une manière satisfaisante.

Ce sera donc sa première priorité, comme vous pouvez l’imaginer, sachant qu’il est maintenant handicapé et que la question se pose de savoir si cet handicap est ou non réversible. »

Assorti d’une obligation de pointage au commissariat et de résidence sur le territoire français, la libération de Tariq Ramadan se sera déroulée dans des conditions jugées sévères, au regard du montant astronomique de la caution (300 000 euros).

Mais, malgré cette première victoire, rien n’est encore fini. « On n’a pas fait ça pour qu’on nous soit redevables, explique Khadra. On sera toujours en arrière-plan. On a retrouvé en partie la justice française sur cette affaire. Mais il y a beaucoup de Tariq Ramadan privés de leur présomption d’innocence dans les prisons. Je ne connaissais pas Tariq Ramadan, je n’ai jamais été dans ses conférences, je n’ai jamais lu aucun de ses livres. On s’est dit que si on ne se mobilisait pas sur cette affaire, cela aurait été un très mauvais signal envoyé aux islamophobes pour qu’ils passent à l’étape supérieure. Si on n’avait pas fait de bruit, ils l’auraient laissé croupir. »

A lire également :

Ramadan

Partager