Edit Template
vendredi 01 mars 2024

Reporters Sans Frontières : « Israël mène une guerre contre l’information indépendante »

Journaliste Palestine

Depuis le début de la guerre en Palestine, débuté le 7 octobre 2023, les journalistes sont particulièrement visés par les frappes israéliennes. Le bureau des Médias, à Gaza, et Reporters Sans Frontières dénombrent, à ce jour, plus de 60 journalistes tués. Ce lundi, deux reporters de la chaîne libanaise Al Mayadeen sont décédés des suites d’une énième attaque israélienne dans le Sud Liban. Focus.

Quelques heures après l’annonce par les autorités libanaises de la mort de deux reporters de la chaîne Al Mayadeen dans des frappes israéliennes dans le sud du Liban, le bureau des médias à Gaza a annoncé mardi que le nombre de journalistes tués, dans la guerre menée par Israël, était passé à 62.

« Chaque jour qui passe, des journalistes sont tirés comme des lapins, à Gaza comme en Cisjordanie où 14 journalistes ont été tués ou faits prisonniers. » dénonce Reporters Sans Frontières qui a notamment déposé une plainte pour crimes de guerre auprès du bureau du procureur de la CPI le 31 octobre 2023.

Une guerre contre l’information indépendante

Depuis le 7 octobre 2023, les journalistes, couvrant le massacre commis par Israël dans la bande de Gaza, sont particulièrement visés par les tirs et les frappes de l’armée israélienne.

Reporters Sans Frontières dénonce « une guerre à l’information indépendante » et dénombre, à ce jour, plus de 60 journalistes tués. Il a déposé plainte devant la Cour pénale internationale pour crimes de guerre commis contre les journalistes en Palestine :

« L’État d’Israël devra assumer devant l’Histoire la responsabilité de la mort de journalistes à une échelle inconnue au XXIe siècle. Plus de journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions en deux semaines au Proche-Orient que depuis février 2022 en Ukraine du fait de l’invasion russe. Voilà la triste réalité d’un sinistre record. »

L’organisation mentionne également, dans sa plainte, la destruction intentionnelle, totale ou partielle, des locaux de plus de 50 médias à Gaza. « Sur un début de conflit, on n’avait jamais vu une telle violence contre les journalistes depuis 2000 » constate Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

Des risques particulièrement élevées pour les journalistes à Gaza

RSF dénonce également une répression accrue caractérisée par la multiplication des arrestations abusives de la part des forces israéliennes d’occupation en Cisjordanie des journalistes couvrant le débordement de la guerre à Gaza.

« Nous demandons leur libération immédiate et inconditionnelle, ainsi que l’arrêt des pressions et des menaces qui entravent le travail des reporters palestiniens. » explique Jonathan Dagher, Responsable du bureau Moyen-Orient de RSF. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) indiquait ce mardi que :

« Les journalistes à Gaza sont exposés à des risques particulièrement élevés en tentant de couvrir l’assaut israélien. Des frappes aériennes israéliennes dévastatrices, des communications perturbées, des pénuries d’approvisionnement et des pannes de courant massives »

Hier encore, le bureau des Médias, à Gaza, déclarait dans un communiqué que « les journalistes Alaa Al-Hasanat et Ayat Khadura ont été tués dans une attaque israélienne lundi ce qui porte le nombre de journalistes tués à 62 depuis le début de l’agression israélienne contre Gaza ». Le bureau a notamment publié les photos et les noms des journalistes tués dont 6 femmes.

A lire également :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777