Catégories
Articles récents
28/10/2021
AccueilActualitesQuand Eric Zemmour invente un verset du Coran

Quand Eric Zemmour invente un verset du Coran

Le débat qui a réuni le polémiste Éric Zemmour au philosophe Michel Onfray a été l’occasion d’une sortie où le probable candidat à l’élection présidentielle a tout simplement inventé un verset du Coran. Explications.

La séquence a lieu durant un débat organisé par le Front populaire de Michel Onfray entre lui et Eric Zemmour. Elle concerne la traditionnelle question de l’islam et débute à 1h20 min 45 secondes. Voici ce que dit Zemmour : « Oui mais la suite de ce verset, Michel, qu’on cite tout le temps « qui sauve un Homme sauve tous les Hommes… s’il n’a pas contrevenu à la loi d’Allah, s’il n’a pas offensé Allah », allez à la fin Michel. »

Dans cette séquence, Michel Onfray explique à Zemmour qu’on trouve tout et son contraire dans le Coran. Après avoir cité des exemples de positions condamnés par les deux débatteurs, il citre ce célèbre passage du Coran qui est une reformulation d’un principe déjà existant dans le judaïsme, que le Coran confirme et reprend à son compte. Voici ce que dit le verset 32 de la sourate 5 :

« C´est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d´Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d´un meurtre ou d´une corruption sur la terre, c´est comme s´il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c´est comme s´il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu´en dépit de cela, beaucoup d´entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre. »

Aucune référence dans ce verset à la loi d’Allah ou à l’offense envers Allah. Il s’agit donc d’une contre-vérité lancée dans un débat suivi par des milliers de personnes et qui n’a fait l’objet d’aucune révision.

D’autres erreurs ont été prononcées par Eric Zemmour à l’instar de la citation « Pour être colonisé, il faut être colonisable » attribuée faussement à Léopold Sedar Senghor et qui a été en réalité formulée par le penseur algérien Malek Bennabi.

A lire également :