Catégories
Articles récents
08/12/2022
AccueilActualitesMontpellier : désinformation après la fermeture de deux centres musulmans

Montpellier : désinformation après la fermeture de deux centres musulmans

L’institut Tawakkoul et le Centre Multiculturel d’Occitanie ont été fermés, à Montpellier, pour des raisons de travaux liés aux conditions sécuritaires d’accueil du public. Or, le communiqué de la préfecture et certains journaux ont parlé « d’endoctrinement ». Retour sur les origines d’une fake news.

Depuis mercredi 16 novembre, deux centres culturels musulmans ont été fermés à Montpellier. L’institut Tawakkoul et le Centre Multiculturel d’Occitanie (CMO). D’après plusieurs journaux et sites d’informations, qui se sont appuyés sur le communiqué de la préfecture, la fermeture serait lié au fait que des cours d’enseignement religieux auraient été dispensés au sein d’écoles de type coranique illégales. Le volume d’élèves concernerait 90 enfants mineurs âgés de 6 à 15 ans pour l’institut Tawakkoul et une soixantaine d’enfants pour le CMO. Le préfet Hugues Moutouh souligne également en fin de communiqué son engagement contre « les pratiques d’endoctrinement ». De quoi soulever l’inquiétude de l’opinion publique.

Instituts musulmans : les faux motifs avancés par le préfet Moutouh 

Or, les motifs réels des deux fermetures ne sont pas liés aux énoncés exposés publiquement par le préfet Moutouh et ses différents relais dans la presse. Les causes de la fermeture des deux structures concernent certains travaux non réalisés en leur sein et les risques éventuels pour le public accueilli dans leurs locaux.

Le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh.

« Le mercredi 16 novembre 2022, un contrôle administratif inopiné a eu lieu de 9h30 à 11h30 au sein des locaux de l’institut Tawakkoul situés dans la zone de Tournezy à Montpellier, explique la gérante de l’institut dans un document consulté par Mizane.info. Après avoir examiné les locaux et discuté avec les animateurs et les élèves, les membres de la sous-commission départementale de sécurité nous ont adressé un retour globalement positif, en effet, ils ont complimenté notre travail et ont constaté notre volonté de pallier aux manquements à certaines normes de sécurité. La majorité des équipements obligatoires de sécurité sont aux normes, des travaux concernant les sorties de secours et d’isolation coupe feu d’une paroi mitoyenne restent nécessaires à effectuer. »

Un institut luttant contre l’endoctrinement fermé pour… endoctrinement !

L’institut dément également avoir été fermé suite à la décision préfectorale, les gestionnaires ayant eux-mêmes fermé l’établissement dans l’attente des travaux à effectuer. Il conteste surtout le motif invoqué par le préfet.

« Nous avons pris la décision de fermer les locaux au public le jour même en attendant d’effectuer toutes les démarches nécessaires pour répondre aux normes de sécurité. L’arrêté de fermeture au public de l’établissement, pour cause de non-conformité aux normes de sécurité, nous a été remis en mains propres le 18/11/2022, soit 2 jours plus tard…. il est temporaire et lié aux normes de sécurité et non à d’hypothétiques problèmes d’endoctrinement. »

Un motif fallacieux d’endoctrinement que condamne l’institut crée justement pour lutter contre l’endoctrinement conformément à ses statuts. L’institut Tawwakoul est une association loi 1901 dont l’objet est en effet de « proposer un programme basé sur une éducation civique et morale, des activités diverses dont le but est d’accompagner à la construction de la personnalité du jeune citoyen français de demain. De développer l’éthique à partir de la tradition liturgique. De lire et expliquer le livre sacré afin de préserver l’enfant de toute forme d’endoctrinement véhiculant des valeurs contraires à la République afin de développer son esprit critique. » Cette médiatisation dénonce la structure est « injuste et insultant(e) » et « dénigre l’engagement citoyen et morale des intervenants et des familles »

Le CMO, une structure ouverte sur la Cité

De son côté le président du CMO, Hocine Benhamida, ne comprend pas plus les motifs de cette médiatisation tendancieuse et factice.

Son association, très active, propose depuis sa création en 2018 de nombreuses activités aux jeunes dans différents secteurs. « Nous organisons des sorties sur le thème de l’écologie, des opérations villes propres avec le nettoyage de quartier, des tournois de football, des rencontres inter-religieuses avec l’église de Saint-Martin, des conférences sur divers sujets, des concours d’éloquence, des ateliers de lecture rapide. Toutes les photos de nos activités sont en ligne sur Facebook. Nous sommes surpris de voir que nous sommes connus pour nos activités cultuelles alors qu’elles ne représentent qu’une partie infime de nos activités (…) Quand nous proposons des sorties à la ferme, les parents viennent avec leurs tout petits. Si c’est une sortie pour le Laser Quest ou l’accrobranche, ils sont plus âgés. Tout dépend de l’activité » a confié M. Benhamida à France 3.

Aucun cours de religion au CMO !

Même chose pour les allégations « d’écoles coraniques », expression anxiogène renvoyant dans la presse française à un enseignement obscurantiste et fanatique. Le CMO ne propose que des cours d’arabe et ces cours sont ouverts aux musulmans comme aux non musulmans !

« Nous utilisons une méthode interactive digitale sur vidéoprojecteur. Le programme est très connu en France, il s’agit de GRANADA, absolument rien de religieux. Les classes y sont mixtes, ouvertes aux musulmans comme aux non musulmans avec foulard ou sans. »

Quand aux accusations « d’endoctrinement », le président du CMO invite les services de la préfecture de l’Hérault à se rapprocher de sa structure pour s’informer directement du contenu de ses programmes.

« Nous avons un programme autour des valeurs de la république où nous reprenons les thèmes liberté-égalité-fraternité. Nous démontrons que ces valeurs sont aussi les nôtres, en parfaite adéquation avec notre religion. Nous tenons ce programme pédagogique à disposition des services de la préfecture. »

Au sujet de la salle de prière, si cette salle existe bien, elle a été déclarée en 2020 alors même que trois permis de construire ont été déposés depuis 2019, rappelle M. Benhamida.

La Libre pensée dénonce un deux poids deux mesures contre les musulmans !

Cette sortie du préfet, véhiculée telle quelle dans la presse, s’inscrirait-elle alors dans une forme d’exploitation politique de la peur anti-musulmane comme la France en connaît si bien ?

Pour la Fédération de la libre pensée de l’Hérault, il y a en tous les cas un deux poids deux mesures du préfet dans sa gestion des cultes.

« Le Préfet Moutouh devrait appliquer les principes de la République partout, y compris à lui–même ! Le préfet Moutouh était cet été aux côtés de Robert Ménard maire d’extrême droite de Béziers pour assister à une procession religieuse, procession en l’honneur de la « Vierge » Marie. Comme citoyen, il a bien entendu le droit d’être un partisan de la Vierge Marie, du catholicisme, et de trouver Robert Ménard et ses idées fabuleuses voire lumineuses. Cependant, comme Préfet représentant l’Etat, même sous la Cinquième République, il se doit de rester neutre. Manifestement, encouragé par le silence de Darmanin quant à ses frasques estivales, se croit–il autorisé à utiliser les termes « valeurs de la République » pour dénigrer les musulmans, les quartiers populaires et pour mieux chanter les cantiques. »

Un deux poids deux mesures soulevé surtout par l’absence de contrôle de sécurité de nombreux établissements non conformes à Montpellier, tous relevés par la FLP, et que la préfecture n’a pas jugé bon de fermer.