Catégories
Articles récents
16/08/2022
AccueilActualitesLa Taqiya pour les nuls

La Taqiya pour les nuls

Terme fréquemment utilisé dans le débat public, le mot de Taqiya a vu son sens initial déformé et essentialisé pour qualifier l’islam. Une chronique de Elhadi Hadjazi à lire sur Mizane.info.

Ces dernières années, les détracteurs de l’Islam ont accentué, sans scrupule, leur matraquage médiatique en l’absence de toute déontologie journalistique.

Quelques-uns, avec leurs incessantes attaques, ont illustré leur volonté de décrédibiliser la deuxième religion de France. L’emploi du terme « taqiya » en fait partie comme nous allons le voir.

Le mardi 07 décembre 2021 à 8h30, dans l’émission «Bourdin direct», diffusée sur BFMTV-RMC, Jean-Jacques Bourdin recevait Eric Zemmour, candidat à la présidentielle 2022 et accessoirement doublement condamné pour provocation à la haine et à la discrimination raciale.

Un échange de cette interview a retenu mon attention, c’est à partir de la 6e minute.

Bourdin à Zemmour : « Vous pratiquez la dissimulation »

J.J.Bourdin : Vous pratiquez la dissimulation, c’est à dire, pendant des années, vous avez pratiqué les plateaux télé, rencontré les journalistes de la France entière. vous les avez appréciés, vous les avez aimés, et puis tout à coup, voilà que vous les dénoncez. Ça, c’est ce que j’appelle la Taqiya, vous savez ce que sait la Taqiya ?

E.Zemmour : Oui, oui, je connais, c’est la dissimulation.

J.J.Bourdin : C’est la dissimulation.

E.Zemmour : En Islam.

J.J.Bourdin : En Islam, oui.

Logiquement, Jean-Jacques Bourdin aurait dû reprocher à Eric Zemmour sa «Victimisation» et non pas sa «Dissimulation».

Mais une question : Jean-Jacques Bourdin ignorait-il le passage médiatisé d’Eric Zemmour contre Yassine Belattar sur CNEWS le 19 mars 2019 dans l’émission «face à face» présentée par Pascal Praud ? Voici ce qu’il disait toujours à la 6e minute :

E. Zemmour : Il (Yassine Belattar) est l’incarnation de cette stratégie qu’on appelle la Taqiya, c’est à dire, la dissimulation. On précise, c’est la dissimulation qui est ordonnée aux musulmans dans le Coran pour islamiser en douce quand le rapport de force n’est pas favorable. Yassine Belattar est l’incarnation rigolarde et sarcastique de cette Taqiya, il est la version comique de Tariq Ramadan.

On peut se demander, pourquoi Eric Zemmour n’a pas tout simplement cité ce texte du Coran ?

La taqiya vue par les écoles sunnites

La petite pirouette de Jean-Jacques Bourdin n’était pas anodine. Il laissait entendre, tout comme Zemmour, que cette qualité abjecte, la dissimulation, fait bien partie de l’Islam, la Taqiya.

Eric Zemmour semble donc avoir réussi à travestir l’histoire en lissant les événements à son gré pour qu’il n’y ait plus de reliefs qui contredisent ses théories.

Une démarche inverse qu’il réserve à l’Islam : gonfler le marginal, généraliser l’exceptionnel et ressortir les écrits de leurs contextes, en veillant soigneusement à la potion … «Un mensonge répété mille fois se transforme en vérité»1. En somme, tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins.

N’en déplaise à E. Zemmour, il y a une règle divine triomphante : «…C’est ainsi qu’Allah représente en parabole la vérité et le faux : l’écume s’en va, au rebut, tandis que ce qui profite aux hommes [l’eau] demeure sur la terre…»2

Dans ce texte, j’expliquerais succinctement la Taqiya à partir des versets du Coran, et d’après la position des quatre écoles de jurisprudences Sunnites.

Taqiya : définition linguistique

«al-Taqiya» prend sa source de «al-Itiqa’»3 «Se protéger d’une chose», de la racine «Itaqa». On dit : La personne «Itaqa» telle chose; lorsqu’elle met une protection contre un mal.

Dans la sourate 40, verset 45, on retrouve le terme «Waqah», utilisé dans ce verset, «Allah donc le protégea des méfaits de leurs ruses…»4

«Itaqou» est aussi utilisé par le Prophète (ﷺ) au sujet de l’aumône «Protégez‑vous de l’Enfer, ne serait-ce qu’avec une demi-datte, … celui qui ne trouve pas alors par une bonne parole, car l’œuvre pieuse protège de l’enfer celui qui l’accomplit »5

Le mot «Itaqou» peut également avoir d’autres significations, comme dans ce verset : « Ô les croyants ! Craignez Allah comme il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission. »6

En résumé, «al‑Taqiya» est l’acte de se protéger d’un mal ou d’un danger.

Les circonstances de la taqiya

Deux évènements sont à l’origine de la notion «at-Taqiya» :

1) A la Mecque, et dès le début de la révélation, les premiers musulmans ont subi des persécutions par les idolâtres mecquois. Des campagnes de tortures ont été organisées contre eux pour qu’ils abjurent leur foi. S’ils refusaient, ils étaient exécutés.

Sous la torture, le compagnon du Prophète, Amar ibn Yasir a fini par prononcer des paroles d’adoration à leurs divinités.

Il croyait alors avoir apostasié l’Islam, en se référent à ce verset : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s’égare d’un égarement radical. »7

Amar ibn Yasir, en larmes, avait honte. Le Prophète (ﷺ ) lui demanda : « Comment était ton cœur quand tu as désavoué ta religion? Il était plein de sérénité et de foi », répondit Amar. S’ils reviennent, tu reviens 8 conclut le prophète.

Après ces événements, Dieu (ﷻ) révéla ce verset « Quiconque a renié Allah après avoir cru … – sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi. » 9

Dans ce 1er cas, «at-Taqiya» consiste à renier sa foi en cas de contrainte. Trois conditions doivent être remplies :
– La crainte d’une mort (ou un mal) évidente et immédiate.
– Garder la foi en Dieu et en son Messager.
– Veiller à ce que cet acte ne fasse pas des dégâts collatéraux parmi les musulmans, surtout si cette personne avait une influence sur eux.

La Taqiya n’est pas une recommandation

Cependant, il y a un consensus à ce sujet. Il est plus honorable pour le musulman de refuser de prononcer des paroles d’apostasie et de proclamer sa croyance en défendant l’unicité de Dieu, quelles que soient les conséquences.

Plusieurs exemples en témoignent :

– Bilal ibn Rabah fut torturé par son maître Umayah Ibn Khalaf, sans désavouer sa foi.

– Habib ibn Zayd al-Ansari fut torturé à mort par l’imposteur Musailama ibn Habib.

– Abd Allah ibn Hudhafa as-Sahmi refusa la proposition de Héraclius 1er de se convertir au christianisme contre sa liberté.

– Khabab ibn al-Aratt fut torturé avec des chaînes chauffées mais sa détermination était plus forte.

– Khubayb ibn Adiy fut crucifié et démembré par les Mecquois. Ils lui faisaient choisir entre insulter le Prophète ou dire du bien de leur divinité. Il glorifia le Prophète avant qu’ils soit tué. Le Prophète avait dit «Il est mon compagnon au Paradis, il est le meilleur des martyrs»10

– Les gens de l’Oukhdoud (le fossé), cités dans le Coran 11, persécutés au VIe siècle par le roi du Yémen et brûlé vifs pour avoir refusé de renier leur foi.
– Les magiciens de Pharaon, convaincus de la véracité du message de Moïse. Ils avaient refusé de céder aux menaces de Pharaon qui les a crucifiés et démembrés.

Médine : le cas d’ibn Saloul

2) A Médine, dès lors que le Prophète (ﷺ) a posé les premiers jalons de la nouvelle société, les menaces internes de déstabilisation se sont accrues. L’hypocrite Abd-Allah ibn Ubay ibn Saloul était le plus dangereux.

Son hostilité envers le Prophète (ﷺ) relevait du secret de polichinelle, mais le Prophète avait interdit à ses compagnons de lui faire du mal. Abd-Allah ibn Ubay et ses partisans, profitaient des fréquentations qu’ils avaient avec le reste des médinois pour :

– Récupérer les informations des mouvements et des projets du Prophète.

– Se coordonner avec les autres tribus hostiles à l’Islam, à leur tête les Quraïchites.

– Créer le désordre en diffusant des fausses informations dans le camps des musulmans.

– Détourner de leur religion les musulmans vulnérables fraîchement convertis.

Quelques musulmans avaient été avertis des mauvaises intentions d’un de ces groupes qu’ils fréquentaient. Malgré ça, Ils s’obstinèrent à continuer de les fréquenter.

Dieu (ﷻ) révéla alors ce verset « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des négateurs, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux. Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. Et le retour est à Allah. »12

La résistance française et la taqiya

Dans ce 2e cas, «at-Taqiya» consiste à se protéger contre les personnes qui manifestent leur hostilité envers l’islam :

– Le meilleur moyen consiste à éviter leur fréquentation.

– Si on lui interdit d’afficher sa foi, il doit pour la préserver quitter le lieu, sauf s’il est dans l’incapacité de le faire.

Dieu(ﷻ) dit à ce propos : «A l’exception des impuissants parmi les hommes, les femmes et les enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie [pour échapper]. A ceux-là, il se peut qu’Allah accorde son pardon. Allah est Clément et Pardonneur. »13

Si la fréquentation de personnes résolument hostiles à leur foi s’avère obligatoire pour se protéger d’eux, alors cette fréquentation requière une certaine vigilance et méfiance.

Cette réaction n’est pas exclusive aux musulmans. Prenons un cas bien connu : celui de l’occupation de la France par les nazis. Il y avait les résistants, les collabos et le reste, la majorité des Français.

Parmi cette majorité, des Français obligés de côtoyer les Allemands au quotidien.

Pour diverses raisons, ils n’avaient pas pu rejoindre les résistants, mais leur fibre patriotique les poussait instinctivement à agir de sorte à ne pas affaiblir la résistance.

L’honnêteté et la véracité, des qualités islamiques

Les savants musulmans avaient établi que la nécessité de la Taqiya est exclusivement permise, au même titre que celle de manger les cadavres d’animaux par crainte de mourir de faim.

A vrai dire, la majorité des musulmans sunnites ne tiennent pas compte de la Taqiya, même exceptionnelle soit-elle. Ceux qui fantasment sur une Taqiya, forme habituelle de dissimulation, seront certainement très déçus.

Il faudra admettre que les personnes à l’esprit tordu, quelles que soient leurs convictions religieuses, politiques, sociales, ou raciales, trouveront toujours le moyen de justifier leur action.

Retenons seulement que l’islam, en tant que religion universelle et au message immuable, s’adresse à l’humanité entière. L’honnêteté et la véracité représentent pour elle les qualités les plus élevées, car d’elles émanent toutes les autres qualités. 14

«Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et soyez avec les véridiques »15 , « Et ne mêlez pas le faux à la vérité. Ne cachez pas sciemment la vérité » 16

«Si ton Seigneur l’avait voulu, tous les habitants de la terre sans exception auraient cru ; voudrais-tu contraindre les gens à devenir croyants ?»17

Elhadi HADJAZI

Notes :

1-Joseph Goebbets, ministre nazi de l’éducation du peuple et de la propagande du 3e Reich.

2-Coran, Ar-Ra’d (le tonnerre) 13, verset 17.

3-Lissanou Al-Arab (Le dictionnaire la langue des arabes), chapitre ‘Waqa’

4-Coran, sourate Ghafir 40, verset 45

5-Rapporté par Al-Boukhari, N°1347 au chapitre Al-Zakat et aussi par Muslim, N°1016 au chapitre Al-Zakat.

6-Coran, sourate Al-Imran 03, verset 102.

7-Coran, sourate Al-Nisâ’ (les femmes) 04, verset 116.

8-Al-Hafidh ibn Hidjr Al-Asqalani, Livre Al-Diraya 197/2.

9-Coran, sourate An-Nahl (les abeilles) 16, verset 106.

10-Al-Hafidh ibn Hidjr Al-Asqalani, Livre Al-Diraya 197/2.

11-Coran, Al-Bourouj (les constellations) 85, verset 04.

12-Coran, sourate Al-Imran (la famille d’Imran) 03, verset 28.

13-Coran, sourate An-Nisa (les femmes) 04, verset 98/99.

14-Madarij as-Salikin, Ibn Al-Qayim Al-Jouzia.

15-Coran, Al-Tawbah (le repentir) 09, verset 119.

16-Coran, Al-Baqarah (la vache) 02, verset 42.

17-Coran, sourate Younes (Jonas) 10, verset 99.