Edit Template
vendredi 01 mars 2024

Gaza : des députés français exigent « un cessez-le-feu » au terminal de Rafah

Rafah

A l’initiative du député LFI Eric Coquerel, une délégation de 22 parlementaires français se sont rendus dimanche au terminal de Rafah à la frontière entre l’Égypte et la Palestine. « A portée de voix de la population gazaouie », les élus ont réclamé « cessez-le-feu immédiat et durable ». Focus.

Partis ce dimanche 4 février au matin du Caire, un groupe d’une vingtaine d’élus français sont arrivés aux portes de la bande de Gaza, au terminal de Rafah. Un voyage symbolique, à l’initiative du député La France Insoumise Eric Coquerel, dont l’objectif claire est « de porter l’exigence d’un cessez-le-feu immédiat et durable afin que toutes les armes se taisent ».

Une déclaration lue en français, en anglais et en arabe

Selon le député insoumis Eric Coquerel « c’est le premier voyage de parlementaires nationaux à la frontière [palestinienne]. Alors que la Cour de justice internationale a mentionné un risque génocidaire dans la bande de Gaza, 22 parlementaires français se trouvait dimanche au terminal de Rafah « à portée de voix de la population gazaouie » :

« Nous sommes venus à Rafah pour témoigner et apporter notre solidarité à toutes les populations civiles. Nous venons à la rencontre des associations humanitaires qui œuvrent ici auprès des réfugiés et des blessés. »

Déclamer en français, en anglais et en arabe, les députés – munis de leur écharpe tricolore – ont ainsi exigé un cessez-le-feu immédiat, la libération des otages israéliens et des prisonniers palestiniens et « que cesse l’intervention militaire israélienne qui entraîne le massacre des civils palestiniens à Gaza ».

Entretien avec les représentants de l’UNWRA

Evidemment la délégation aurait aimé se rendre directement à Gaza. Eric Coquerel explique : « Si ça avait été possible, absolument ! Mais je ne crois pas que les Israéliens nous laisseraient faire ». A défaut, les parlementaires français ont rencontrer des humanitaires ainsi que des soignants notamment « dans les hôpitaux d’Al-Arich ».

Face à la catastrophe humanitaire en cours, la sénatrice écologiste Sabrina Sebahi a demandé que « les ONG puissent continuer à faire leur travail, sans entrave ». Par ailleurs, un entretien avec les représentants de l’UNWRA était au programme après que l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens ait été la cible d’accusations

Coïncidence du calendrier, le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné était au même moment en visite au Caire pour rencontrer le président égyptien al-Sissi. 

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777