Catégories
Articles récents
17/06/2021
AccueilActualitesCanada : que sait-on exactement de l’attaque terroriste islamophobe ?

Canada : que sait-on exactement de l’attaque terroriste islamophobe ?

La ville de London, au Canada.

4 membres d’une famille canadienne de confession musulmane ont été tuées dimanche soir, brutalement renversés par un pick-up noir. « Nous croyons que les victimes ont été ciblées parce qu’elles étaient musulmanes », a déclaré l’officier chargé de l’enquête, confirmant la piste de l’attentat antimusulman. Le Premier ministre Justin Trudeau s’est dit « horrifié ». Retour sur les faits.   

C’est la deuxième fois que le Canada, terre promise du multiculturalisme, est frappée sur son sol. 4 ans après la fusillade qui avait fait six morts et cinq blessés dans une mosquée de Québec, c’est cette foi-ci la ville de London à 200 km de Toronto qui a été visée par un attentat terroriste à caractère islamophobe.

A 20h40, deux femmes (44 et 74 ans), un adolescent de quinze ans, un enfant de neuf ans et un homme de 46 ans, tous membres de la même famille canadienne d’origine pakistanaise, se trouvent à l’intersection d’un carrefour pour le traverser. C’est à ce moment fatidique qu’un conducteur au volant d’un pick-up noir monte sur le trottoir et fonce sur eux, les tuant net. Le jeune garçon de neuf ans n’est pas mort mais été transféré dans un état grave à un hôpital de la ville.

Un terroriste sans appartenance groupusculaire

L’auteur des faits est âgé de 20 ans et s’appelle Nathaniel Veltman. Après avoir pris la fuite, il a été arrêté à 7 km des lieux et inculpé le lendemain pour meurtres avec préméditation et tentative de meurtre. Un autre chef d’inculpation, celui de terrorisme, pourrait lui être ajouté selon la police canadienne. Elément inquiétant, l’homme n’avait aucun casier judiciaire et n’appartenait à aucune organisation extrémiste.

D’après les derniers résultats de l’enquête, le mobile islamophobe de l’attentat ne fait aucun doute.

« Il y a des preuves qu’il s’agissait d’un acte prémédité et planifié, motivé par la haine. Nous croyons que les victimes ont été ciblées parce qu’elles étaient musulmanes », a déclaré Paul Waight, officier de police chargé de l’enquête à London.

Pour Bill Blair, le ministre de la sécurité publique, « il s’agit d’un événement qui doit être décrit comme un horrible acte d’islamophobie (…) Cette tuerie de masse, et d’autres attaques similaires, ont pour effet de terroriser une communauté ciblée et de faire craindre aux gens que leur famille pourrait être la prochaine (…) Personne ne devrait jamais avoir à vivre de cette façon. »

La violence islamophobe au Canada : un effet laïque ?

Le Conseil national des musulmans canadiens s’est lui aussi exprimé, se déclarant « plus qu’horrifié » et demandant sous la voix de son président Mustafa Farooq « justice après l’horrible attaque à la voiture motivée par la haine contre une famille musulmane à London, en Ontario, qui se promenait dimanche soir ». « Il s’agit d’une attaque terroriste en sol canadien et doit être traitée comme tel », a-t-il ajouté, demandant aux autorités canadiennes que l’attentat soit pénalement qualifié comme une attaque terroriste.

2 ans après la double attaque terroriste de Christchurch en Nouvelle-Zélande qui s’était soldé par un bilan de 51 morts et 49 blessés, les deux dernières attaques au Canada et les nombreuses tentatives d’attentats de masse déjouées en France, ont définitivement inscrit le terrorisme islamophobe comme une réalité dans les pays occidentaux.

Au Canada, cette montée de l’islamophobie s’inscrirait dans un contexte politique marqué par des débats sur la laïcité et l’interdiction des signes religieux, au Québec notamment. D’après Statistique Canada, citée par Orient XXI, il y aurait « une nette augmentation des crimes de haine entre 2015 et 2019 ».

A lire aussi :