Catégories
Articles récents
AccueilActualitesUne enseignante sanctionnée pour avoir appelé au viol de Rokhaya Diallo

Une enseignante sanctionnée pour avoir appelé au viol de Rokhaya Diallo

Rokhaya Diallo
Rokhaya Diallo (à droite) et Fatiha Boudjahlat. 

Le Parquet adresse un rappel à la loi à une enseignante dont il reconnaît la qualité d’auteure de l’infraction d’appel au viol à l’encontre de la journaliste et auteure Rokhaya Diallo.

RAPPEL DES FAITS

Le 19 février 2018, Madame Fatiha Boudjahlat publiait sur son compte le message suivant : « Avis à tous les prédateurs comptabilisés par de Haas @RokhayaDiallo est un corps à votre disposition. » prétendant répondre à un tweet de Rokhaya Diallo posté quelques jours plus tôt.

En effet, Rokhaya Diallo avait tweeté : « Aujourd’hui on a des femmes qui pour des raisons religieuses choisissent de masquer leurs cheveux et on remarque que cela irrite, comme si le corps des femmes devait toujours être à disposition.»  Résumant ainsi son intervention d’un live tweet dans le cadre de l’émission « Grand Bien vous fasse » sur France Inter sur le thème: « Quand nos coiffures racontent ce que nous sommes ». Elle répondait alors à la question de l’animateur portant sur « les cheveux comme révélateur de la sensualité » ainsi : « Aujourd’hui justement la consigne est inverse, on a des modèles de séduction de femmes qui portent le cheveu long, on voit ça dans les clips notamment, je pense encore à Beyoncé qui est le symbole de la séduction aujourd’hui. Et ce qui est intéressant c’est qu’on a des jeunes femmes françaises qui pour des raisons religieuses choisissent de cacher leurs cheveux et on voit quel point ça irrite… C’est à dire qu’on est dans un endroit où on a tellement l’impression que le corps de la femme doit être disponible en permanence que ça peut énerver et irriter des personnes.» Le propos très clair ne faisait aucunement allusion à une possible agression sexuelle, il était là question de visibilité.

Le tweet de Madame Boudjahlat étant massivement signalé, celle-ci contrainte de le retirer sous peine de voir son compte Twittter suspendu, réitèrera pourtant ses attaques particulièrement dégradantes sur Facebook : « Je ferai partie du jury et je me réjouis d’assister à ce concours d’éloquence. Promis pas d’appel au viol ! Enfin, sauf si R.Diallo vient nous dire que les femmes non voilées sont à la disposition des hommes. »

Le caractère extrêmement choquant des propos tenus par une enseignante, fonctionnaire de la République, a été l’occasion pour des personnalités diverses (Gilles Clavreul, Isabelle Kersimon, Dominique Sopo ou la députée LREM Fiona Lazaar) de montrer leur réprobation à son endroit et ce alors même qu’ils ne partagent pas nécessairement les idées de Rokhaya Diallo.

LA PLAINTE ET LA SANCTION

Rokhaya Diallo a donc déposé une plainte auprès du Procureur de la République pour provocation à la commission d’un crime et le Parquet lui a donné raison en reconnaissant un comportement fautif de la part de la part de l’enseignante lui valant un rappel à la loi.

La journaliste se dit « satisfaite » de cette décision dont le but est selon la circulaire de la Chancellerie du 16 mars 2004 rappelée par son avocat, Me Hosni Maati, de « signifier à l’auteur la règle de droit, la peine prévue et les risques de sanction encourus en cas de réitération des faits. Il doit favoriser une prise de conscience chez l’auteur des conséquences de son acte, pour la société, la victime et pour lui-même sans se réduire à de simples considérations morales. ».

LES FEMMES HARCELEES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Rokhaya Diallo qui est quotidiennement exposée à des injures et menaces sur les réseaux sociaux avait déjà fait l’objet d’un appel au viol sur les réseaux sociaux et avait été une des premières figures publiques françaises à obtenir la condamnation d’un agresseur s’exprimant par ce biais par le Tribunal correctionnel de Paris.

« Twitter n’est pas une zone de non droit et si j’accepte la contradiction dans le cadre du débat démocratique, j’entends saisir la justice dès lors qu’une personne mettra ma sécurité en péril » insiste-t-elle ajoutant « c’est aussi l’occasion de rappeler que les femmes sont les cibles privilégiées des agressions sur les réseaux sociaux », fait dénoncé en novembre 2017 par Amnesty International qui s’inquiétait de « l’impact inquiétant des violences en ligne à l’égard des femmes ».

Communiqué de Rokhaya Diallo

A lire également :

Rokhaya Diallo