Edit Template
jeudi 29 février 2024

Ruqaiyyah Maqsood : La liberté est une conquête

Ruqaiyyah Maqsood : La liberté est une conquête Mizane.info

« Le libre arbitre est le don de Dieu le plus difficile à comprendre ou à apprécier », écrit Ruqaiyyah Waris Maqsood dans une tribune d’Islamonline. Sommes-nous réellement doués de liberté ? La réponse dans ce texte traduit et publié par Mizane.info.

La liberté est l’une des choses les plus précieuses qui soient, même si beaucoup d’entre nous n’ont aucune idée de sa valeur jusqu’à ce qu’ils en subissent la perte. Il est considéré comme l’un des droits humains fondamentaux, et tenter de refuser ce droit sans motif très juste est un péché des plus graves. Nous aimons tous penser que nous sommes libres et que nous disposons du libre arbitre lorsque nous faisons nos choix dans la vie – mais réfléchissons un instant aux réalités de la situation. Sommes-nous vraiment nés pour être libres ? Et si oui, de quelles manières ? Qu’est ce que cela veut dire pour nous? Pour commencer, la liberté dont nous disposons réellement est beaucoup plus limitée que nous ne le pensons peut-être.

Commençons par des exemples simples que nous pouvons tous comprendre : des choses qui concernent notre corps physique. Quelle liberté avons-nous en matière de bâiller, d’éternuer, de transpirer, de saigner, de respirer, de digérer ou d’excréter ? Dans quelle mesure disposons-nous de liberté quant à savoir si nous pouvons voir, entendre, sentir ou faire travailler nos muscles et nos membres ? Avant, j’étais capable de courir après un bus et d’escalader des montagnes – mais peu importe à quel point j’insiste sur le fait que je suis libre de le faire maintenant, je ne peux pas le faire. Je ne peux même pas choisir de me lever ; si je tape depuis longtemps, mes jambes deviennent si raides que je ne peux tout simplement pas le faire.

Je n’ai absolument aucun contrôle sur ce qui se passe à l’intérieur de mon corps – je n’ai aucune idée de la manière dont mes reins extraient les déchets, ni de la manière dont ils peuvent savoir ce qui est nécessaire et ce qui doit être éliminé. Je n’ai aucune idée de ce qui fait battre mon cœur ni quand il s’arrêtera. Je ne peux pas choisir si je salive, urine, coagule, me réplique, me détériore ou me désintègre ! Et pensez aux personnes avec qui je suis lié. Je n’avais aucune liberté de choisir mes parents, mes grands-parents, mes frères et sœurs. Je ne pouvais pas choisir ma constitution génétique. J’ai essayé de choisir quand mes propres enfants naîtraient, mais cela n’a pas fonctionné comme je l’espérais. Et je n’avais aucune idée du sexe de mes enfants, ni de ce qu’ils seraient.

Certaines personnes pensent que ce n’est qu’une question de temps avant que nous puissions jouer avec la génétique pour produire des enfants sur commande, mais alors – bien sûr – la petite personne produite n’aura eu aucune liberté quant à ce qu’elle sera. physiquement. Alors, quand on considère tout cela, il ne semble pas vraiment que les êtres humains aient beaucoup de liberté, n’est-ce pas ?

Liberté de l’esprit humain

Et pourtant, la croyance en la liberté de l’esprit humain est l’une des choses clés que Dieu a révélées au fil des siècles. Dans l’Islam, on nous enseigne que c’est quelque chose que Dieu a accordé aux êtres humains et qu’Il ​​n’a pas accordé aux anges . Nous ne pouvons peut-être pas choisir ce que nous sommes physiquement, mais nous devons choisir ce que nous ferons en ce qui concerne l’activité de notre âme. Dieu nous demande de prendre le contrôle de nous-mêmes, de faire des choix particuliers et d’agir d’une manière particulière – mais Il ne nous force jamais. Nous n’avons même pas besoin de croire en Lui, et nous pouvons choisir de l’ignorer ou de lui désobéir. Des millions de personnes le font.

Il se trouve que nous ne sommes pas des robots programmés. Nous ne réagissons pas de la même manière face à des situations données ; certains d’entre nous sont beaucoup plus altruistes, généreux, indulgents, serviables et capables de faire face que d’autres. Mais nous n’avons pas à l’être. Si nous voyons une vieille dame se débattre sur la route en portant de lourds colis, nous pouvons choisir d’aller l’aider, de la renverser et de lui voler ses colis, de l’ignorer ou de lui crier des insultes et de nous enfuir.

Cela nous amène à une réflexion intéressante. Nous pouvons nous divertir en devinant ce qu’un individu en particulier pourrait faire à la vieille dame avec les colis. Mais nous avons tous le sentiment de « devoir » ; nous pensons savoir quelle ligne de conduite doit adopter la personne bonne, la personne religieuse, la personne de conscience.

Chaque fois que nous disons qu’une personne devrait faire quelque chose, nous supposons qu’elle est réellement libre et capable de le faire. Il est tout à fait inutile de dire que quelqu’un doit l’aider, par exemple, si cette personne est en prison, si elle est inconsciente ou si elle vit dans un pays lointain. « devrait » implique « peut ».

Maintenant, si Dieu peut faire tout ce qu’il veut, alors il lui serait évidemment parfaitement possible de contrôler nos esprits et nos choix. C’est une question qui relève des capacités des êtres humains eux-mêmes, et ce ne serait que trop facile pour Dieu. Cependant, le simple fait qu’Il permet aux gens de choisir de ne pas croire en Lui et de ne pas faire ce qu’Il veut démontre de manière concluante que Dieu ne robotise pas l’esprit des gens. Chacun des prophètes, y compris Abraham, Moïse, Jésus et Muhammad (que la paix soit sur eux) a enseigné que ce que les gens choisissent de faire en ce qui concerne la croyance en Dieu et l’obéissance à Sa volonté fait une très grande différence dans l’issue finale de leurs affaires.

Les humains ont une formidable capacité à aimer et à être bienveillants, ou à haïr et à être destructeurs. Cela signifie que même s’ils sont tous nés avec une âme de valeur égale, ils ne restent pas égaux. Le libre arbitre est en réalité le don de Dieu le plus difficile à comprendre ou à apprécier. Le but du libre arbitre est de donner un sens à la moralité humaine – sans lui, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise conduite, car nous devrions simplement être des automates. Si nous ne pouvons pas faire de véritables choix libres, le jugement ne peut pas s’appliquer à nous – ce serait totalement contraire à la justice.

Lorsque les gens ne sont pas libres de faire des choix, ils ne peuvent être tenus pour responsables. ‘A’ishah rapporte que le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) a clairement indiqué que ceux dont la liberté ou l’intellect était limité – par exemple, ceux qui sont trop jeunes ou trop ignorants, ou dont l’équilibre d’esprit était perturbé – ne pouvaient pas être considérés comme moralement responsables de leurs actes, que ce soit devant un tribunal, ou dans le jugement eschatologique à venir.

Concilier destin et libre arbitre

Alors, qu’en est-il du concept musulman du qadar, la doctrine clé du contrôle complet et final de Dieu sur l’accomplissement des événements, ou du destin ? Comment concilier l’idée selon laquelle Dieu sait absolument tout avec l’idée du libre arbitre ? Si Dieu sait à l’avance tout ce qui va arriver, alors la vie d’une personne doit sûrement être entièrement prédestinée ? De plus, si Dieu n’intervient pas pour empêcher certaines choses de se produire, alors on peut dire que Lui seul en est responsable. Ceci est lié au problème du mal. Qui est responsable du mal, si Dieu est finalement responsable de tout ? Un criminel pourrait plaider son innocence, car il est sûrement prédestiné à voler, à détourner et à bombarder, et alors comment cela pourrait-il être de sa faute ? Beaucoup de gens pensent que les musulmans sont fatalistes, et croient que puisque « tout est écrit » et que Dieu sait tout à l’avance, tout doit donc être prédéterminé.

Aucun cerveau humain n’a réellement été capable de résoudre ce problème de manière satisfaisante – certainement pas le mien – mais toute l’affaire de Dieu envoyant des messagers avec des révélations indique sûrement que les humains sont censés écouter, puis faire des choix et ajuster leur vie en conséquence (Sourate Al -An`am 6:91 & Sourate Al-Mu’minun 23:73). Dieu a en effet révélé : [En vérité, Dieu ne change pas la condition d’un peuple jusqu’à ce qu’il change ce qui est en lui-même] (Sourate Ar-Ra`d 13 : 11) Cela semble certainement indiquer que les humains ont le pouvoir de changer par leur propre volonté, et que ces décisions modifient leur destin. Il doit être vrai que Dieu connaît tout et toutes les possibilités, mais pas les humains.

Par conséquent, si un humain choisit une chose particulière, il y aura un résultat particulier menant à une conclusion particulière. Si l’humain choisit une ligne de conduite différente, alors le résultat et la conclusion seront différents. Si vous choisissez d’avaler une bouteille entière de comprimés analgésiques, vous mourrez cet après-midi ; mais si vous choisissez d’en avaler seulement deux, cela pourrait guérir votre migraine et vous pourriez vivre jusqu’à cent ans.

Dieu, comme un « maître-ordinateur », connaît tous les résultats possibles mais Il vous laisse le choix. Nous ne pouvons pas le comprendre, mais Dieu le peut. La vraie vérité réside dans le domaine d’Al-Ghayb (des questions qui dépassent la perception humaine). Tout ce que nous, croyants, pouvons faire, c’est demander conseil sur notre chemin de vie. Nous ne pouvons peut-être pas voir la route au loin, mais nous pouvons prier pour que Dieu nous montre la prochaine étape, une étape à la fois.

S’il était impossible pour les gens de choisir parce que leur avenir et leur destinée seraient déjà fixés, non seulement Dieu serait injuste au lieu d’être juste, mais il semblerait également que cela ne sert à rien que nous essayions même de vivre une bonne vie. Le fatalisme conduit au désespoir et à l’impuissance, au défaitisme et empêche les gens de faire le moindre effort pour améliorer leur propre sort ou celui de ceux qui les entourent. Que veut Dieu ? Que veut Dieu pour nous ? Il veut que nous atteignions le bonheur et le succès. Il veut que nous trouvions la vraie liberté. Si la vraie liberté apporte le bonheur, il semble que les choses ne soient pas tout à fait ce que beaucoup de gens pensent.

Il est si facile pour Satan de tromper les gens – la voie qui mène à la destruction est si tentante et si agréable. Mais réfléchissez un instant. Bon nombre des personnes les plus riches et les plus puissantes du monde sont les plus seules. Les gens qui se gavent subissent tous les problèmes et la misère du surpoids. Ceux qui sont paresseux et évitent d’apprendre et de se former dans leur jeunesse se réveillent plus tard avec les réalités de vies ratées. Les fumeurs qui tirent leurs bouffées derrière les abris à vélos mourront jeunes d’un cancer ou d’une insuffisance cardiaque – au grand chagrin de ceux qui les aiment. Les personnes qui pratiquent la promiscuité sexuelle finissent généralement par avoir le cœur brisé pour elles-mêmes et pour les enfants qu’elles négligent, abandonnent (généralement les jeunes pères) ou suppriment en avortant (les jeunes mères).

Le vrai bonheur est de prendre soin de ce que Dieu nous a prêté et confié à notre garde pendant si peu de temps : notre corps, notre famille, nos talents et notre sensibilité envers les autres. Cela signifie ne pas être libre de céder à nos convoitises et à nos désirs, en particulier pour les choses qui nous blesserons, nous et les autres, en temps voulu. Mais voici ce qui est étrange : la personne qui abandonne ce genre de liberté égoïste et accepte de se mettre au service de Dieu sera toujours vraiment libre. Cette personne saura qu’elle a fait de son mieux ; sa conscience sera claire, sa personnalité intérieure confiante et pleine d’espoir, et jamais elle ne saurait devenir l’esclaves d’elle-même, ni de toute autre personne ou chose.

Ruqaiyyah Waris Maqsood

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777