Edit Template
lundi 22 juillet 2024

L’islam et la restauration du sens 2/2

L’islam et la restauration du sens 2/2 Mizane.info

Sur Mizane.info, seconde partie de l’article de l’imam et écrivain Zaid Shakir consacré au rôle civilisationnel de l’islam dans la restauration du sens. L’auteur se penche sur les conditions d’application du Message à la lumière des 5 variables sociales que l’on rencontre dans toute société.

De ce point de départ, nous souhaitons examiner la capacité de l’islam à redonner du sens à une société à contexte faible. Cette capacité repose en grande partie sur le fait que l’Islam est ce que le Dr Noah Feldman appelle une « idée mobile ». Feldman identifie l’universalité et la simplicité comme les deux caractéristiques les plus saillantes d’une idée mobile. Si l’on considère les catégories mentionnées au début de cet article, nous pouvons voir que l’universalité de l’islam réside en grande partie dans sa capacité à établir un contexte qui permet l’attribution d’un sens.

Cette capacité de l’Islam à générer du contexte, comme nous le verrons bientôt, n’est pas liée à un milieu culturel spécifique. Historiquement, il a transcendé certaines cultures. C’est l’un des éléments clés de son universalité. Ironiquement, ce n’est que lorsque l’Islam est considéré comme une culture distincte et globale qu’il perd son universalité. Nous examinerons également cette question prochainement. Si l’on considère la catégorie des activités, l’islam introduit non seulement un ensemble d’idées, point central de l’examen de Feldman sur sa mobilité, mais il introduit également un ensemble d’activités standardisées, telles que les ablutions, la prière, le jeûne, le pèlerinage, les litanies, etc.

La permanence et la conjoncture

Ces activités elles-mêmes sont façonnées par un ensemble de situations bien définies. Par exemple, les prières ont lieu à la mosquée ou dans un endroit propre de la maison ou du lieu de travail désigné à cet effet. Cela nécessite également un état d’esprit distinct, qui fait partie intégrante de la situation dans laquelle se déroule sa réalisation. Le pèlerinage a lieu à La Mecque et dans ses environs à une heure précise, en portant des vêtements distincts. Les litanies les plus fréquemment répétées ont lieu dans le lieu de prière.

Une grande partie de la mobilité de l’islam s’enracine dans la transcendance de ces activités et situations. Ils ne se limitent pas à un peuple particulier existant à une époque ou un lieu particulier, ni ne sont enracinés dans une culture particulière, comme nous l’avons mentionné précédemment. Ils peuvent donc être facilement adoptés. La prière des Africains ne diffère pas de celle des Chinois. La prière d’un musulman il y a trois cents ans n’est pas différente de la prière d’un musulman d’aujourd’hui. De même, la mosquée, dans ses éléments essentiels, a peu changé au cours des mille dernières années.

A lire aussi : L’islam et la restauration du sens 1/2

En raison de son caractère global, une personne qui entre dans l’islam peut adopter un tout nouveau mode de vie avec peu ou pas d’expérimentation. Bon nombre des aspects les plus essentiels de ce nouveau style de vie ont déjà été élaborés. Si nous revisitons notre exemple du mariage, les attentes fondamentales en matière de rôle d’un mari ou d’une femme sont fournies par la tradition prophétique.

Bien sûr, de nombreux aspects des relations entre les couples peuvent également être influencés par leurs cultures partagées ou respectives. Mais deux musulmans pratiquants auront une idée précise de leurs attentes du fait de leur culture partagée. Le fait que l’islam offre également une nouvelle base de statut, non économique et non héréditaire, ne fait que renforcer son pouvoir de création de sens.

Le renouvellement de la base sociale en islam

La plupart des systèmes sociaux attribuent un statut en fonction de catégories économiques ou d’une position sociale héritée, souvent liée à la race ou à l’origine ethnique. L’Islam dévalorise ces statuts et en introduit de nouveaux enracinés dans les activités et les situations associées à la religion. Cette idée est présente dans la tradition prophétique qui déclare : « Dieu ne regarde pas vos formes physiques ou votre richesse. Il regarde plutôt vos actes et votre cœur. » Cette tradition souligne que la race et d’autres caractéristiques physiques – telles que la texture des cheveux ou la couleur de la peau, et la richesse ont une importance limitée en termes de statut qu’elles confèrent devant Dieu, et donc, idéalement, devant les autres humains.

Tout comme l’Islam offre un ensemble nouveau et diversifié d’activités et de situations, il fournit également une nouvelle base socialement neutre. Cette caractéristique de l’islam s’est révélée extrêmement salutaire pour les minorités opprimées, historiquement et contemporainement, et peut nous donner un bon aperçu du fort attrait que l’Islam a historiquement exercé sur les groupes privés de leurs droits.

De même, l’importance que l’islam accorde à l’expérience passée est d’une importance considérable en termes de capacité à fournir un contexte et donc un sens dans les sociétés postmodernes abstraites. Il relie le croyant au passé, non seulement dans le cadre d’une communauté historique continue, mais aussi en liant la solidité de la croyance et de la pratique à des formes et des normes préexistantes.

Les fondements découlant de l’adhésion à des écoles de jurisprudence établies et de l’identification à un système établi de raffinement spirituel confèrent au passé le pouvoir d’informer le croyant de ce que devrait être son comportement dans le présent. Ce pouvoir est augmenté par la certitude concernant l’avenir que procurent les fins eschatologiques connues. En combinaison, ces quatre variables, l’activité, la situation, le statut et l’expérience passée, telles qu’on les trouve dans l’Islam, constituent la base du pouvoir de l’Islam à produire un contexte générateur de sens.

La variable culturelle

La cinquième variable du schéma de Hall, dont nous n’avons pas discuté jusqu’à présent, est la culture. La culture est une variable qui, en combinaison avec les quatre autres, façonne la manière dont le contexte est créé. La culture est essentielle au pouvoir de génération de contexte de l’Islam car elle fournit le ciment qui intègre et synthétise le contexte généré par les activités, les situations, le statut et les expériences passées que l’Islam informe avec les normes sociétales préexistantes.

Pour que la culture puisse jouer ce rôle critique, elle doit être considérée comme une variable complémentaire qui renforce l’efficacité des autres, et non comme une variable hégémonique qui les domine et les subordonne. Nous éclaircirons ce point en revenant une dernière fois sur notre exemple du mariage. Une culture particulière peut façonner une cérémonie de mariage « islamique ». La culture détermine la langue dans laquelle la cérémonie se déroulera. Elle détermine le rôle que les hommes et les femmes joueront respectivement dans le mariage.

Par exemple, le type de robe de mariée, la présence ou l’absence de demoiselles d’honneur, un cortège pour la mariée, le marié, ou les deux, l’endroit où la mariée, le marié, les parents, les invités (hommes et femmes) seront assis pendant la cérémonie. Il détermine également si des types spéciaux de nourriture, par exemple des gâteaux de mariage ou des desserts spéciaux, seront servis, ainsi qu’un large éventail d’autres problèmes.

Les enseignements religieux de base régissant les vœux (Ijab wa Qabul), les témoins, la dot et la tutelle peuvent être intégrés de manière flexible au type d’éléments culturels mentionnés ci-dessus pour produire une cérémonie significative qui ne serait pas considérée comme étrangère aux participants non musulmans qui partagent la culture commune des mariés.

Le réalisme social de l’islam

Le rôle de l’événement, de la situation, du statut et de l’expérience passée doivent être intégrés à ces éléments culturels pour offrir un événement significatif et reconnaissable par tous les membres de la communauté. Si l’Islam était considéré comme un phénomène culturel indépendant et englobant tout, cela nierait le rôle complémentaire de la culture illustré ci-dessus et donnerait lieu à une cérémonie qui pourrait être considérée comme étrangère et peut-être aliénante, même pour les musulmans.

Par exemple, si la tradition prophétique (Sunna) était considérée comme exigeant que les vœux soient prononcés en arabe, que seuls les hommes soient présents, que toute sorte de vêtements spéciaux et de processions, ou le service de plats spéciaux soient tous évités parce que s’il s’agit d’innovations religieuses, alors le rôle de la culture aurait été paradoxalement déformé. Cette distorsion réside dans le fait que l’Islam, en tant que religion, aurait été élevé au rang de phénomène culturel global.

D’un autre côté, les manifestations légitimes de la culture, telles que celles mentionnées ci-dessus, auraient été complètement éliminées, en raison de leur caractère inacceptable sur le plan religieux. Traditionnellement, les savants musulmans considéraient le rôle de la culture comme une variable complémentaire contribuant à intégrer l’Islam dans un contexte social vivant.

Cette compréhension est incarnée dans la maxime juridique : « La coutume a une portée législative ». Par conséquent, les langues locales, les vêtements, la nourriture, les cérémonies, les mœurs régissant les relations interpersonnelles, l’art, la musique et d’autres caractéristiques coutumières d’une société, qui constituent collectivement la culture de cette société, doivent être dûment pris en compte lorsqu’on tente de mettre en œuvre l’Islam au niveau sociétal.

La synthèse islamique

Toutes ces choses sont essentielles pour donner un sens à la vie d’un individu. Comprendre ce fait et le respecter ne fait que renforcer le pouvoir générateur de contexte de l’Islam. Ironiquement, ne pas comprendre ce fait, en tentant de présenter l’Islam comme une méga-culture trans-historique, non seulement nie le pouvoir historique d’assimilation de l’Islam, mais cela fausse également la relation entre la culture et les quatre autres variables dont nous avons discuté.

Il n’est pas surprenant que considérer l’Islam de cette manière le prive de sa capacité à générer un contexte significatif et en fasse la principale source du nihilisme qui caractérise la vie de nombreux musulmans contemporains, les laissant tout aussi vulnérables aux ravages du fondamentalisme et l’anomie comme d’autres personnes dont la vie a été façonnée par la condition postmoderne abstraite.

En conclusion, lorsque nous voyons avec quelle facilité l’Islam se conforme aux variables qui sont d’une importance cruciale dans la création du contexte et du sens, nous voyons que l’Islam peut jouer un rôle significatif dans la lutte contre le nihilisme qui est une caractéristique distinctive de la condition post-moderne. Le rôle potentiel que peut jouer l’Islam à cet égard ne peut être réalisé s’il est abordé comme un phénomène hégémonique qui supprime les manifestations culturelles des sociétés où il se trouve.

Ces manifestations culturelles doivent plutôt être considérées comme une force qui synthétise et intègre les autres variables dont nous avons discuté dans le contexte social. Si cela se produit, nous assisterons au retour de l’Islam dynamique et adaptatif qui s’est répandu si facilement jusqu’aux coins les plus reculés de cette terre et qui a si facilement séduit un si large éventail de personnes.

Zaid Shakir

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777