Edit Template
mardi 23 juillet 2024

Repenser l’ijtihad : du fiqh particulier vers le fiqh universel

Repenser l'ijtihad : du fiqh particulier vers le fiqh universel Mizane.info

Dans la doctrine islamique, et notamment parmi les Oussouliyine (savants des principes de la jurisprudence islamique), il est largement admis que les concepts d’« ijtihad » (raisonnement indépendant) et de « mujtahid » (celui qui exerce l’ijtihad) sont exclusifs au fiqh (jurisprudence) et aux juristes. L’ijtihad est donc perçu comme étant strictement juridique, et un mujtahid est considéré uniquement comme un juriste qui a atteint le niveau d’ijtihad en tirant des décisions juridiques de la charia. Une grave erreur selon la rédaction du site islamonline.

Limites de l’ijtihad fondé sur la jurisprudence
Le fait de limiter l’ijtihad religieux à la jurisprudence et aux juristes a conduit à un problème important : les savants qui s’engagent dans l’ijtihad ne peuvent pas provenir de l’extérieur du cercle de la jurisprudence, quels que soient leurs connaissances, leur pensée, leur compréhension, leur créativité et leurs contributions. Cette limitation constitue un problème majeur et une perte considérable pour le savoir, l’ijtihad et la communauté musulmane. De nombreux savants et grands penseurs musulmans, notamment des interprètes du Coran, des savants du Hadith, des philosophes, des Usuliyyin, des théologiens, des économistes, des califes, des dirigeants, des juges et des intellectuels, ne peuvent pas être reconnus comme mujtahids simplement parce qu’ils ne se spécialisent pas dans la « jurisprudence » et ne détiennent pas le titre de « juriste ».

Applications plus larges des textes de la charia
Les textes fondateurs de la charia, sur lesquels se fondent l’ijtihad et le raisonnement religieux, n’ont pas été initialement présentés dans un contexte juridique, mais dans le cadre de la politique, de la justice et de la gouvernance des affaires publiques. Par exemple, le verset suivant :

« Quand une affaire les touche, ils la dénoncent. Mais s’ils en avaient parlé au Messager ou à ceux d’entre eux qui détiennent l’autorité, les enquêteurs en auraient eu connaissance. » (Coran 4:83)

Ce verset concerne l’ijtihad et le raisonnement politique, sécuritaire et militaire avant de s’appliquer au raisonnement et à l’ijtihad juridiques.

De même, le Hadith :

« Si un juge rend un verdict en faisant preuve de discernement et qu’il a raison, il aura deux récompenses. S’il rend un verdict et qu’il est incorrect, il aura toujours une récompense » (accord).

Ce hadith concernait initialement l’ijtihad des juges et des dirigeants, et plus tard, l’ijtihad des juristes a été inclus dans cette catégorie. La plupart des efforts des juges consistent à enquêter sur les allégations, les événements et les preuves plutôt qu’à tirer des décisions juridiques des textes de la charia et d’autres preuves usuli.

L’inclusion dans l’Ijtihad
Si l’on peut inclure l’ijtihad purement juridique aux côtés du « raisonnement politique et sécuritaire » et de l’« ijtihad judiciaire » par analogie ou par négation des différences, alors tout ijtihad qui recherche la vérité, la justice, le bien et la sagesse dans le cadre de la charia, de ses preuves et de ses objectifs doit également être considéré comme un ijtihad légitime. Ses pratiquants doivent être reconnus comme des mujtahids.



Points de vue étayés par des universitaires
Cette perspective est soutenue par Muhammad ibn Salih al-Uthaymin dans son explication du Hadith, où il déclare :

« Dans le hadith d’Amr ibn al-As, le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit : Si un juge utilise son jugement et a raison, il recevra deux récompenses. S’il a tort, il recevra toujours une récompense. Le terme « juge » ici fait référence à un juge, mais il semble qu’il inclut également un mufti. Cela signifie que si une personne s’efforce de trouver la vérité et émet ensuite une fatwa ou un jugement basé sur ce qu’elle croit être correct, elle fait bien. S’il a raison, il aura deux récompenses : une pour avoir atteint la bonne conclusion et une autre pour ses efforts. S’il a tort, il aura une récompense pour ses efforts, et Allah ne gaspillera pas la récompense de celui qui s’efforce de faire le bien. »

Exemple pratique dans une discussion académique
Un jour, lors d’une discussion sur une thèse de doctorat que j’encadrais, l’un des examinateurs a sévèrement critiqué l’auteur pour avoir cité les opinions d’Ibn Khaldun sur des questions liées au fiqh, aux Usul et à la politique de la charia. Il a soutenu qu’Ibn Khaldun n’était qu’un historien et qu’on ne pouvait pas lui faire confiance en matière de jurisprudence ou d’Usul. Je me suis retenu et j’ai laissé le débat entre le professeur et l’étudiant.

Après la discussion, j’ai dit au professeur estimé : « Ibn Khaldun était un grand penseur et un génie sans égal. Sa renommée dans l’histoire n’enlève rien à ses connaissances valables en matière de jurisprudence et de fondements du droit. En fait, son expertise en histoire a amélioré sa compréhension et son raisonnement dans ces domaines. De plus, il a exercé en tant que juge, et tout juge est par nature un juriste et plus encore. »

Élargissement de la portée de l’Ijtihad
J’ai toujours trouvé surprenant et déconcertant que l’imam Shatibi se décrive comme un adepte (muqallid) qui adhère à une école de pensée bien connue. Bien que les normes et les étiquettes de la jurisprudence et des principologues l’exigent, en dehors de ces formalités, Shatibi était l’un des grands mujtahiduns de son époque.

Je voudrais souligner notre urgence aujourd’hui d’élargir le champ de l’ijtihad et la reconnaissance des mujtahiduns à tous les domaines scientifiques et réformateurs. Tout savant possédant des qualifications académiques, des contributions intellectuelles et des efforts scientifiques, qui apporte de nouvelles avancées à partir de décisions juridiques, de principes fondamentaux et d’objectifs, et qui tire des solutions, des théories et des cadres de référence de la charia et de ses preuves, doit être considéré comme un mujtahid. De telles personnes méritent d’être entendues, reconnues et considérées comme fiables pour former un consensus ou autre dans leurs domaines respectifs. Un mujtahid peut avoir raison ou tort, mais cela ne le prive pas de son statut de mujtahid.

Conclusion : la nécessité d’un Ijtihad diversifié
Aujourd’hui, nous avons besoin de nombreux efforts d’ijtihad et de mujtahids dans les méthodologies de la jurisprudence, les objectifs de la charia, les sciences coraniques, les études coraniques, la politique de la charia, les principes fondamentaux de la jurisprudence, la jurisprudence théorique, la nouvelle théologie, la jurisprudence constitutionnelle, l’économie islamique, l’éducation, les méthodologies de la da’wah (propagation islamique), les réformes et les relations internationales.

L’ijtihad des juristes et même des conseils de jurisprudence sur des questions contemporaines spécifiques n’est pas nécessairement plus méritoire que l’ijtihad des spécialistes de ces domaines critiques et complets concernant la communauté musulmane. De plus, les conseils de jurisprudence eux-mêmes ont besoin de l’apport de penseurs et de savants de domaines, de théories et de systèmes islamiques complets dans leur composition et leurs décisions, garantissant que leur participation soit reconnue comme celle de savants et d’intellectuels, et non pas simplement de juristes, d’experts ou de conseillers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777