Catégories
Articles récents
02/12/2022
AccueilSociétéMorad Attik : «En 2030, 80% des métiers seront liés à l’intelligence artificielle»

Morad Attik : «En 2030, 80% des métiers seront liés à l’intelligence artificielle»

© Morad Attik. 

Professeur de mathématiques depuis 2008 et passionné du numérique, Morad Attik cherchait un moyen de mettre ses compétences au service de la jeunesse. Evolukid venait de naître. Le focus de Mizane.info.

En 2016, Morad et son frère Rabah, ingénieur en robotique, décident d’allier leurs forces pour créer Evolukid. En E-learning et en présentiel, ils proposent des ateliers de programmation, de robotique et de découverte de l’intelligence artificielle. Ces programmes sont à destination des plus jeunes et permettent de former aux métiers du numérique qui sont en constante évolution. « 80% des métiers qui apparaîtront en 2030 n’existent pas encore et seront notamment liés au développement de l’intelligence artificielle. Nous devons donc former ces jeunes et les préparer aux métiers numériques de demain, tout en garantissant l’inclusion » explique Morad dans un entretien accordé à Forbes.

Les jeunes ont accès à des cours sur le fonctionnement des algorithmes, du code, des ateliers de robotique.  Des livres publiés aux éditions Hachette Education sont disponibles à destination des élèves mais également des professeurs, pour apprendre à coder en Python.  Une idée brillante, surtout lorsqu’on sait que les collégiens peuvent choisir une épreuve algorithmique pour le brevet depuis quelques années.

Début 2016, les frères Attik étaient notamment intervenus au service des entreprises dont L’Oréal et la Maif et expliquent qu’ils aimeraient développer leur apprentissage ludique en entreprise.

Evolukid au service des quartiers populaires 

Cette question de l’aide à l’épanouissement de la jeunesse, les deux frères Attik la cultivaient depuis plusieurs années, déterminés à assurer l’inclusion des nouvelles générations. Avant Evolukid, ils avaient déjà créé Scolarius « une entreprise de coaching scolaire destinée à rendre accessible les cours en ligne pour les quartiers populaires », pour partager leurs connaissances du numérique avec les populations qui y ont moins facilement accès.

« Pour les écoles avec moins d’argent, nous proposons de venir avec toute notre flotte d’ordinateurs et d’imprimantes 3D »

Dans l’avenir, Morad Attik et son frère envisagent d’étendre l’expérience Evolukid à d’autres parties de la France. « Le problème avec notre mission exclusivement centrée sur Paris, c’est qu’elle occulte tous les besoins en région. Nous voulons y aller et beaucoup de villes comme Lyon, Lille et Marseille nous demandent de proposer notre accompagnement dans leurs quartiers populaires », ajoute-il.

Les frères Attik ont notamment créé le projet Kesk’Ia qui propose une tournée d’ateliers dans plusieurs villes de banlieues afin de faire découvrir aux jeunes les enjeux du monde numérique.

Au-delà des compétences techniques, Evolukid forme les jeunes aux « soft skills », qui représentent les compétences comportementales qui ne sont pas forcément enseignées pas dans le milieu scolaire. Cela comprend les techniques de communication, la gestion du stress et du temps ou encore la résolution de conflits.

« Lors de nos missions, nous demandons par exemple aux jeunes en fin de projet un rendu à présenter en public, un projet formalisé qu’ils mettent en valeur et les valorise par la même occasion », conclut Morad Attik.

Marie Jarosz