Catégories
Articles récents
28/10/2021
AccueilCitationKessel : « Arriver ne veut rien dire, seul compte le chemin »

Kessel : « Arriver ne veut rien dire, seul compte le chemin »

Journaliste et romancier, résistant durant la guerre, co-auteur du Chant des partisans, Joseph Kessel est l’auteur d’une œuvre marquée par le voyage et l’adversité. Citations.

« En vérité, les cités splendides dont il ne reste que décombres, les champs nourriciers devenus pour toujours de stériles déserts, et les peuples égorgés jusqu’aux enfants à la mamelle font davantage pour la mémoire d’un chef que les monuments les plus nobles et les plus harmonieux… La gloire n’a point de gardienne plus sûre que la peur. »  Les cavaliers

Arriver ne veut rien dire…, seul compte le chemin… Les cavaliers

« S’il n’est pas de mortel qui ait le droit de dire « toujours », il n’en est pas davantage qui puisse dire « jamais ».

Quand une exigence primordiale veut s’accomplir, elle ne laisse pas de place au hasard. Le lion

« Mais le destin, ô mes frères, est nouveau à chacun des pas que l’homme pose devant lui […].» Le petit âne blanc

Personne au monde n’était aussi riche qu’eux, justement parce qu’ils ne possédaient rien et ne désiraient pas davantage. Le lion

« La frayeur portée à son extrême possède ceci de commun avec la jalousie que le moindre possible devient certitude pour celui qui en souffre.» Belle de jour

« Le pire, voyez-vous, poursuivit Sybil, c’est le moment où l’on n’est plus porté par la colère ou déchiré par la pitié. C’est quand on est tranquille ou lucide. Parce que là, on voit qu’il n’y a rien à faire.» Le lion.

«On peut toujours plus que ce que l’on croit pouvoir.»

« Je me suis dit que commencer par l’enfer pouvait être une chance. J’étais maintenant endurci, blindé. J’avais vu le pire. J’aurais eu raison si le pire avait des limites…» Les temps sauvages

Il est des hommes, lorsqu’on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu’exigent à l’ordinaire les règles de politesse, n’ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu’ils vous y attirent aussitôt. Le lion.

« Et il me sembla percevoir ces effluves indéfinissables, cette sorte de rétrécissement de l’atmosphère par où l’étranger devine de temps à autre qu’un vieux désaccord, tenace et secret, met à l’épreuve une fois encore des êtres qui vivent ensemble et s’aiment depuis longtemps.» Le lion.

« Je crois que chez les gens de la résistance, il se produit une évolution en sens inverse selon les tempéraments. Ceux qui étaient doux, tendres, pacifiques, se durcissent. Ceux qui étaient durs comme je l’étais, comme je le suis encore, deviennent plus perméables aux sentiments. L’explication? Peut-être que les gens qui voyaient la vie sous des couleurs riantes se défendent par une sorte de bouclier intérieur au contact des réalités souvent affreuses que découvre la résistance. Et peut-être les gens qui avaient comme moi une vue assez pessimiste de l’homme s’aperçoivent dans la résistance que l’homme vaut bien mieux que ce qu’ils pensaient de lui. » L’armée des ombres.

Joseph Kessel