Edit Template
vendredi 01 mars 2024

L’islam et la restauration du sens 1/2

Imam, écrivain, Zaid Shakir expose dans un texte de réflexion que Mizane.info traduit et publie en deux parties, les impasses produites par le nihilisme des sociétés occidentales post-modernes et le rôle que l’islam pourrait jouer pour une restauration salutaire du sens.

Le nihilisme a été défini comme « la croyance en rien par opposition à l’absence de croyance » (Scruton). Éloignée des normes conventionnelles de vertu, de valeur ou de moralité, une telle idée est vouée à dégénérer vers une forme de cynisme destructeur. À mesure que le nihilisme évoluait vers une idée politique, principalement dans la Russie tsariste du XIXe siècle, son caractère destructeur allait s’actualiser progressivement.

Cette dimension du nihilisme a été bien comprise par par Roger Scruton dans ses commentaires sur le Catéchisme révolutionnaire de Bakounine : « l’idée de base était que, puisque la société est fondée sur le mensonge et que toutes les croyances morales, religieuses et humanitaires ne sont que des instruments de dissimulation, toutes les croyances et valeurs devraient être démolies et l’espoir ou l’adoration éliminés, afin que le monde puisse être vu tel qu’il est réellement« .

Le nihilisme : « l’expérience vécue d’une vie horriblement insignifiante« 

Une telle conception ne laisse évidemment que peu de place à l’amour ou à l’espoir. Il n’est donc pas surprenant de constater que l’antihéros nihiliste du Catéchisme révolutionnaire est un tueur de sang-froid, dépourvu de la capacité de nouer des liens humains significatifs. Cette vision du nihilisme révèle ce que beaucoup considèrent comme sa caractéristique la plus saillante : le manque de sens à la vie humaine.

Cette caractéristique déterminante éclaire l’évaluation du nihilisme faite par Cornel West dans son ouvrage populaire, Race Matters. Cornel West dit: « Le nihilisme ne doit pas être compris ici comme une doctrine philosophique selon laquelle il n’existe aucun fondement rationnel pour des normes légitimes d’autorité ; c’est, bien plus, l’expérience vécue d’une vie horriblement insignifiante, désespérée et sans amour. Le résultat effrayant en est un détachement vis à vis des autres et une disposition autodestructrice envers le monde. Une vie dénuée de sens, sans espoir et sans amour engendre une vision froide et mesquine qui détruit à la fois l’individu et les autres ».

Cornel West développe cette évaluation du nihilisme dans le contexte de la communauté afro-américaine. Cependant, comme il le mentionne ailleurs, cela ne se limite pas à cette communauté. L’auteur écrit dans Democracy Matters ces lignes : « Inutile de dire que le nihilisme ne se limite pas à l’Amérique noire. La dépression mentale, le sentiment d’inutilité personnelle et le désespoir social sont répandus dans l’ensemble de l’Amérique. Tout comme dans la communauté noire, la saturation des forces du marché dans la vie américaine génère une moralité de marché qui mine le sens de toute signification et de tout objectif. »

Un islam de synthèse non hégémonique

Dans cet article, j’utiliserai certaines des idées les plus pertinentes issues de la recherche dans le domaine de l’anthropologie culturelle pour montrer comment l’islam peut contrer les forces nihilistes actuellement à l’œuvre dans notre société en redonnant un sens à la vie humaine. J’utiliserai également ces recherches pour montrer comment l’islam ne peut conserver son universalité que lorsqu’il est culturellement intégrateur et synthétiseur, et non hégémonique.

L’approche que j’adopte en développant cette thèse nous amène au-delà de la primauté de l’économie politique, facteur dominant dans les approches marxistes et néo-marxistes d’analyse de la réalité sociale. De telles approches s’appuient sur des abstractions des institutions humaines pour identifier les variables saillantes nécessaires à la transformation des sociétés humaines. D’autres approches, telles que les approches philosophiques et théologiques modernes, s’appuient sur des idées abstraites.

L’approche que je développe ici identifie le lieu du changement dans les sociétés humaines comme étant l’être humain individuel, capable de redonner du sens à sa vie. Cette approche est conforme à l’adage coranique : « En vérité, Dieu ne changera pas la condition d’un peuple jusqu’à ce qu’il opère un changement en lui-même. » (Ar-Ra`d 13 : 11)

Contexte élevé et contexte faible

Nous ne pouvons pas parler de manière productive de sens ou d’absurdité sans parler de contexte. Le contexte est lié au sens dans la mesure où il fournit un arrière-plan préexistant qui nous permet de traiter l’information d’une manière propice à l’établissement du sens. Le manque de sens, l’un des aspects clés du nihilisme, se produit lorsque les vies individuelles sont séparées d’un contexte capable de faciliter le sens. Concernant le contexte, les anthropologues parlent de sociétés à contexte élevé (HC) et à contexte faible (LC) (Hall, 85-103).

Les sociétés à contexte élevé attribuent un sens à la vie de leurs membres individuels. En interagissant les uns avec les autres, les rôles et les attentes sont connus, car ils sont attribués par le contexte sociétal. C’est la nature des sociétés traditionnelles.

Par exemple, dans un village prémoderne typique, chaque homme et chaque femme savait ce que l’on attendait d’un mari ou d’une femme. Ces rôles étaient généralement acceptés et il y avait un très faible degré d’écart par rapport à la norme prévue. Les significations impliquées dans ces rôles respectifs étaient fournies par le contexte de la société. Les individus n’avaient pas besoin d’expérimenter pour découvrir ce que signifiait être conjoint.

Si nous regardons le mariage dans l’Amérique contemporaine, ou dans la plupart des autres sociétés modernes, nous constatons qu’à moins que les futurs mariés ne passent des heures en conversation, ils n’auront aucune idée de ce qu’ils peuvent attendre de leur futur conjoint.

Nous constaterions également que si nous examinions la vie d’hommes et de femmes individuels, d’énormes écarts par rapport aux normes de comportement perçues ou aux attentes en matière de rôle. Il en est ainsi parce que chaque individu doit découvrir par lui-même ce que signifie être mari ou femme.

Certains pourraient être davantage influencés dans ce processus de découverte par leurs parents, d’autres par les feuilletons télévisés, d’autres encore par leurs amis et d’autres encore par la musique populaire. Par conséquent, nous constatons que dans les sociétés LC, comme la nôtre, les individus doivent découvrir le sens de leur vie. De telles sociétés sont qualifiées d’abstraites parce qu’elles font abstraction pour l’individu de tout contexte d’attribution efficace.

Les 5 variables de génération du contexte

L’anthropologue culturel Edward T. Hall, dont nous avons déjà référencé les travaux, mentionne cinq variables essentielles à la génération du contexte. Nous nous concentrerons ici sur quatre d’entre eux pour construire notre argumentation. Ces variables – activité, situation, statut social et expérience passée – sont à la base de notre argumentation.

Si nous comprenons ces variables et le rôle qu’elles jouent dans la création du contexte, nous pouvons commencer à comprendre le rôle que l’islam peut jouer dans la restauration du sens dans les sociétés contemporaines de plus en plus en situation de CL. Cinquième variable, la culture revêt une importance capitale en termes de capacité à ancrer, synthétiser et intégrer les autres dans les sociétés humaines réelles. Cependant, nous la considérons comme une variable déterminante ou atténuante. Nous y reviendrons.

Pour commencer, nous définirons une activité comme l’effort dans lequel on est consciemment impliqué, par exemple faire du shopping. Une situation fait référence au contexte qui détermine une activité, par exemple faire des courses dans un supermarché par opposition à une ferme biologique ou un entrepôt de bricolage.

Cela comprend également l’organisation, la communication verbale et non verbale et d’autres variables périphériques entourant une activité. Le statut fait référence à la fois à la situation d’une personne dans le système social et à l’importance associée à sa position personnelle. Le statut joue un rôle dans la détermination des activités et des situations dans lesquelles nous pouvons nous trouver impliqués.

Par exemple, le président-directeur général (PDG) d’une grande entreprise serait normalement empêché, en raison de son statut, de faire des achats dans un magasin discount. Quant à l’expérience passée, elle fait référence aux influences qui ont conditionné une personne sur ses attentes dans des situations présentes ou futures. Si l’on a déjà « fait ses courses » dans une ferme biologique d’auto-cueillette, on ne sera pas surpris de trouver des produits pourris sur la vigne, des produits légèrement défectueux, ou des produits recouverts à des degrés divers par de la saleté, de la poussière ou du fumier.

Celui dont les achats se limitent à un supermarché moderne typique serait par contre extrêmement surpris, voire choqué, de trouver l’un de ces éléments dans la section des produits frais. C’est l’interaction dynamique de ces quatre éléments qui fournit le contexte si essentiel pour faciliter la création de sens dans nos vies.

Dépasser les apories de la postmodernité

Si nous considérons les activités et les situations, nous pouvons voir à quel point la société moderne complique grandement le processus de contextualisation. À mesure que notre économie moderne se caractérise par une division du travail de plus en plus complexe, le nombre d’activités potentielles dans lesquelles nous pouvons être impliqués et les situations associées à ces activités se multiplient de façon exponentielle.

Revenons à notre exemple agricole pour illustrer ce point. Dans la plupart des sociétés prémodernes, jardiner ou faire du shopping sur un marché en plein air était l’une des rares activités essentielles pratiquées par la plupart des gens. C’était simple et direct. Aujourd’hui, l’obtention de nos produits fait partie d’un large éventail d’activités auxquelles une personne moyenne peut participer au cours d’une seule journée.

En outre, les situations dans lesquelles les achats peuvent avoir lieu se sont également élargies. Par exemple, dans une société prémoderne, pratiquement tout le monde achetait ses produits sur un marché en plein air, s’il ne cultivait pas ses propres fruits et légumes.

Aujourd’hui, dans une société développée, cette activité pourrait avoir lieu dans une réplique nostalgique d’un marché en plein air, dans un supermarché, un magasin de produits naturels, un immense entrepôt alimentaire, un marché de producteurs, une coopérative alimentaire, sur un stand à la ferme, dans une ferme d’autocueillette ou via Internet dans le confort de chez soi.

Cette fragmentation des activités et des situations, couplée à la confusion qui accompagne le statut et la position sociale nouvellement définis, complique la création d’un contexte qui fasse sens pour tous. En plus de ces évolutions, l’expérience passée, un facteur essentiel dans la détermination des attentes en matière de rôle dans les sociétés traditionnelles de santé, informe de moins en moins sur nos attentes futures. Les technologies en constante évolution et l’influence croissante, dans la définition des perceptions et des attentes, de la réalité médiatisée font de l’expérience passée un indicateur de moins en moins fiable de la signification présente ou future.

Pour toutes ces raisons, la société moderne amène nombre de ses membres à découvrir un sens à leur vie à travers un processus complexe d’essais et d’erreurs qui n’offre aucune garantie de succès. En cas d’échec, beaucoup se retrouvent dans un no man’s land potentiellement destructeur et nihiliste. D’autres sont la proie des appels de démagogues égoïstes, qui proposent volontiers de combler le vide de l’absurdité avec des explications caricaturales de la réalité sociale et politique, qui se manifestent le plus souvent dans des formes de fondamentalismes religieux. C’est une situation qui n’augure rien de bon pour l’avenir de la société postmoderne.

Zaid Shakir


NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777