Edit Template
jeudi 25 avril 2024

Les mesures drastiques de certains pays face au tourisme de masse

Venise en Italie - Mizane Info

La fin des restrictions sanitaires, liées au Covid-19, a généré une explosion du flux touristique dans le monde. Plusieurs pays se retrouvent submergés de touristes et prennent donc des mesures drastiques afin de limiter un afflux vécu comme une menace pour la pérennité et la sécurité des sites visités. Tour d’horizon.

Longtemps considéré comme une manne économique importante, le retour des masses touristiques post-covid, ne fait pas forcément les beaux jours des pays visités. Certains haut lieux touristiques comme les villes de Venise, Barcelone ou Amsterdam, ont ainsi pris des mesures radicales pour réguler une activité devenu surchargée. 

Taxes d’entrée et quotas de touristes

Face à l’afflux de touristes, plusieurs villes proposent désormais une taxe d’entrée. C’est le cas à Venise qui a adopté cette solution depuis décembre 2022. Pour protéger son écosystème déjà fragile, le ministère de l’économie italien a mis en place une taxe d’entrée allant de 2 à 10 €. D’autres villes comme Bruges envisage également d’adopter une mesure similaire pour éviter les concentrations trop importante.

Limiter le nombre de touriste à 1200 par jour, c’est la mesure adoptée par le gouvernement japonais afin de restreindre la masse de visiteur à Iriomote, la deuxième plus grande île d’Okinawa, connue pour la plongée et la randonnée.

Le but étant également et surtout de préserver la faune et la flore locale. L’Italie, toujours, fait de même en limitant ses plages sardes de 300 à 1000 personnes par jour sous conditions du paiement d’une taxe d’entrée sur les lieux. D’autres pays, comme la Thaïlande ou les Philippines, ont pris des mesures plus restrictives, en fermant tout bonnement certaines plages pendant les hautes saisons touristiques.

Visite d'un aquarium à Okinawa au Japon
Visite d’un aquarium à Okinawa au Japon

Réguler la circulation et sensibiliser

Face à la surcharge de visiteurs qui, souvent, se concentrent sur un endroit spécifique causant un afflux incontrôlable et une impossibilité de stationner pour les piétions, plusieurs pays optent pour la régulation. C’est le cas en Italie et en Espagne.

À Portofino, au nord-est de l’Italie, le centre-ville est un devenu un lieu où les piétons ne peuvent plus stationner. Un permis de circulation est donc instauré pour les touristes entre 10h30 à 18h depuis les vacances de Pâques jusqu’à la fin de l’été. Les touristes ne respectant pas cette mesure reçoivent une amende pouvant aller jusqu’à 275€.

En Espagne, dans la ville de Barcelone, on incite également les touristes à se disperser dans plusieurs lieux de la ville pour éviter les concentrations.

La communication est donc de mise pour réguler le flux de touristes. Dans la ville très visité d’Amsterdam, souvent prise d’assaut pour son quartier rouge et ses coffee shop, la municipalité a lancé une campagne de communication pour sensibiliser les jeunes. Des messages de sensibilisation sur les comportements antisociaux et la consommation d’alcool et de drogues sont donc en circulation.

Visiter des pays insolites et moins fréquentés

Toutes ces restrictions ont pour mission principale d’amener les touristes à passer leurs vacances loin de certains endroits incontournables et de désengorger la circulation. Plusieurs sites, proposant des destinations touristiques à des prix raisonnables et dans des lieux tout aussi agréable, listent d’ores et déjà des endroits moins fréquentés mais tout aussi tendance comme la Suisse ou Trévise en Italie. 

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777