Catégories
Articles récents
01/10/2022
AccueilCoranLe sens de l’invocation dans la tradition islamique

Le sens de l’invocation dans la tradition islamique

L’invocation (du’a) est l’un des rites les plus importants en islam. Quel est son sens et quelles formes a-t-elle pris dans les sources scripturaires islamiques ? Quelques éléments de réponse sur Mizane.info.

Pratique privilégiée, l’invocation (du’a) est une formule imploratoire interpellant et appelant Dieu (Allah) ou le Seigneur dans un but précis. Cette invocation se fait pour le fidèle à tout moment. Il existe toute une littérature de litanies prophétiques dans les sources de l’islam.

Certaines invocations sont prononcées à des moments spécifiques de la journée ou avant d’accomplir une action. D’autres sont prononcés durant l’accomplissement de la prière. D’autres encore sont des invocations laudatives (tahlil – proclamation de l’unicité de Dieu, tasbih – proclamation de la gloire de Dieu, wa tahmid – proclamation de la louange de Dieu). Certaines invocations mentionnent plusieurs attributs divins et accomplissent une fonction opérative de nature théologique.

La plupart d’entre-elles ont pour fonction de relier et d’actualiser l’humain à la Divinité ou à la Seigneurie par le biais des attributs. Cette relationalité est essentielle. Elle fait office, à chaque moment, de rappel de Dieu, ce qui est la fonction la plus importante en islam. Le Coran est rappel, le Dhikr (mention laudative du Divin) est rappel, la prière également, et par ce rappel le croyant est relié à son Seigneur.

Ces invocations sont formulées quasi exclusivement par des prophètes ou messagers de Dieu, dont le Prophète Muhammad (PBDSL) mais le Coran mentionne également les supplications de croyants ou d’émissaires du message divin.

Nous mentionnerons dans ce court article introductif trois type d’invocations avec pour chaque forme cinq invocations.

Invocations coraniques

Parmi la typologie invocatoire traditionnelle de l’islam mentionnons les invocations coraniques.

La plupart des invocations coraniques sollicitent le Seigneur des Hommes en lui demandant le pardon et toutes sortes de demandes solennelles dans des circonstances délicates et périlleuses.

« Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux ». (Al-Hachr « l’exode », verset 10)

« Seigneur, c’est en Toi que nous plaçons notre confiance et à Toi nous revenons (repentants). Et vers Toi est le Devenir. Seigneur, ne fais pas de nous (un sujet) de tentation pour ceux qui ont mécru; et pardonne-nous, Seigneur, car c’est Toi le Puissant, le Sage ». (Al Mumtahanah « l’éprouvée », verset 4-5).

« Seigneur, accorde-moi sagesse (et savoir) et fais-moi rejoindre les gens de bien; fais que j ’ai une mention honorable sur les langues de la postérité ». [AchChu‘arâ’ (les poètes), versets 83- 84]. « et ne me couvre pas d’ignominie, le jour où l’on sera ressuscité, le jour où les biens, ni les enfants ne seront d’aucune utilité, sauf celui qui vient à Allah avec un cœur sain ». Ach-Chu‘arâ’ (les poètes, versets 87-89].

« Ô Allah, Maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux, et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent. Tu fais pénétrer la nuit dans le jour, et Tu fais pénétrer le jour dans la nuit, et Tu fais sortir le vivant du mort, et Tu fais sortir le mort du vivant. Et Tu accordes attribution à qui Tu veux, sans compter ». [La famille d’Imran, versets 26-27].

« Ô Allah, Créateur des cieux et de la terre, Connaisseur de tout ce que le monde ignore comme de ce qu’il perçoit, c’est Toi qui jugeras entre Tes serviteurs ce sur quoi ils divergeaient ». [Az-Zumur (les groupes), verset 46].

Invocations sunnatiques 

La tradition attribuée au Prophète (PBDSL), sunna, comporte un nombre élevé d’invocations. Même si comme dans le Coran, certaines invocations interpellent le Seigneur, la plupart interpellent Dieu, Allah, et plus exactement un Dieu personnel, Mon Dieu. Les invocations prophétiques de la sunna 1 expriment un registre de servitude accomplie (‘ubudiyya) qui caractérise le Prophète dans sa relation à Dieu et fait office d’exemple pour les croyants.

C’est à ce titre que la confession de péchés à Dieu et la demande de repentir trouvent leur justification. Elles se conçoivent soit par la fonction d’exemplarité normative, morale et spirituelle du Prophète à l’égard des fidèles, soit par sa quête théomorphique de purification personnelle et d’humilité face à la grandeur de Dieu, que cette quête relève de la purification pratique ou d’une exigence d’excellence la plus parfaite vers la proximité avec le Divin.

Les invocations interviennent à toute occasion, en sollicitant l’aide, la protection contre le mal, la facilitation vers le bien, les meilleures qualités ou la glorification de Dieu et la justification de son invocation.

« Mon Dieu accorde-moi ton amour et l’amour de celui dont l’amour me sera utile auprès de Toi ! Mon Dieu, de ce que Tu m’accordes de ce que j’aime, fais-en une force pour moi dans ce que Tu aimes ! Mon Dieu, ce dont Tu me prives de ce que j’aime, fais-en un vide pour moi pour faire ce que Tu aimes ! » Rapporté par Attirmidhi

« Ô Allah ! Par Ta connaissance du caché et par Ton omnipotence sur la création. Laisse-moi vivre si Tu sais que la vie est meilleure pour moi, et fais-moi mourir si Tu sais que la mort est meilleure pour moi ». Rapporté par an-Nassây selon ‘Ammâr ibn Yâsir.

« Ô Allah ! je te demande Ta crainte en secret et en public, et je Te demande la parole de sincérité dans la satisfaction et la colère, et je Te demande la modération dans l’indigence et la richesse, et je Te demande un bienfait éternel, et une joie des yeux qui ne s’interrompe pas, et je te demande la satisfaction après le décret, et je Te demande la douceur de l’existence après la mort, et je Te demande la jouissance de pouvoir contempler Ton visage, et le désir de Ta rencontre sans subir le moindre mal qui pourrait me nuire, ni tentation qui pourrait m’égarer. Ô Allah ! Embellis-nous de la parure de la foi et fais de nous des guides bien guidés ». Rapporté par an-Nassây selon ‘Ammâr ibn Yâsir.

« O mon Seigneur, je cherche Ta protection contre toute science inutile, contre un cœur qui ne connait pas la crainte révérencielle, contre une âme pleine d’avidité et de convoitise, et contre une invocation qui ne soit point exaucée par Toi ». Rapporté par Mouslim selon Zeyd ibn Arqam.

« Ô Allah ! Seigneur des cieux et de la terre. Seigneur du Trône Immense. Notre Seigneur et le Seigneur de toute chose. Celui qui fend la graine et le noyau, qui a révélé la Thora, l’Evangile et le Discernement (le Coran). Je cherche Ta protection contre le mal de toute chose que Tu saisis par le toupet. Ô Allah ! Tu es le Premier, avant lequel il n’y a personne. Tu es le Dernier, après lequel il n’y a personne. Tu es l’Elevé, au-dessus Duquel il n’y a personne. Et Tu es le Caché, et nul n’est plus proche que Toi. Acquitte-nous de notre dette et enrichis-nous contre la pauvreté ». Rapporté par Mouslim selon Abou Houreira.

Supplications de Kumayl 

Autre exemple d’invocation, les supplications de Kumayl, du nom du disciple de l’imam ‘Ali ibn Ab Talib, gendre du Prophète (PBDSL) et 4e calife de l’islam. « Les supplications de Kumayl » est un livret d’invocations que la tradition chiite attribue à al Khidr, le mystérieux éducateur ésotérique de Moïse dans le Coran (voir sourate 18, la Caverne), et transmises par ‘Ali à son disciple 2.

Ces invocations comportent des similitudes avec l’invocation du pardon de Dieu, la remise exclusive en sa Volonté, et la sollicitation de ses grâces telles qu’elles existent dans les sources coraniques et prophétiques. Elles expriment notamment un sens aigu du dépouillement du fidèle devant Dieu et une humilité complète de la créature reconnaissant son imperfection manifeste face au Très-Haut.

« Ô Dieu, je me rapproche de Toi par Ton Invocation, et j’implore ton intercession vers Toi-même, je te demande par Ta Largesse de me rapprocher de Ta Proximité, de m’octroyer la grâce d’être reconnaissant envers Toi, et de m’inspirer de me Souvenir de Toi. »

« Ô Dieu, je t’implore, en toute soumission et humilité, de me pardonner, de me faire miséricorde, de me rendre content et satisfait de la part que tu m’octrois, et de me garder modeste en toute circonstance. »

« Ô Dieu, ton Pouvoir est Immense, Ton lieu est élevé, Ta ruse est cachée, ton Commandement est manifeste, Ta Domination est victorieuse, Ta puissance est agissante ; et il est impossible de fuir ton gouvernement. Il n’y a de divinité que Toi, gloire à Toi ; glorifié soit-Tu et par Ta propre louange ; J’ai été injuste envers moi-même, me précipitant dans les péchés, dans mon ignorance, me reposant sur mes prières et invocations passées et sur les grâces que tu m’as précédemment envoyées. »

« Ô Seigneur, je te demande par Ta Puissance, de ne pas laisser mes mauvaises actions s’interposer comme un voile devant mes prières (pour les empêcher de t’atteindre) ; Ni d’exposer mes péchés secrets, dont Tu as connaissance ; Ô Dieu, par Ta puissance, sois pour moi dans tous les états, Compassionné et dans toutes les affaires Bien-aimant. »

« Ô mon Seigneur, Toi qui est mon soutient, Toi à qui j’expose mes états d’âmes, Ô Seigneur, Seigneur, Seigneur, fortifies mes membres pour Ton service et renforce dans la décision mes motivations ; accordes-moi l’authenticité dans la crainte et la continuité de l’occupation à Ton service ; jusqu’à ce que je puisse courir vers Toi, dans les domaines des devançant, me précipiter vers Toi avec ceux qui se précipitent, me languir de Ta proximité avec ceux qui se languissent, me rapprocher de Toi du rapprochement des Sincères, Te craindre de la crainte de ceux qui ont atteint la certitude, et me réunisse près de Toi avec les croyants. »

Notes :

1- « La fortification du musulman par le livre et la sunna », recueil d’invocations annoté par Said al Qahtani, éditions Albouraq.

2- « La supplication de Kumayl », traduit et annoté par Nabil Badrawi, éditions Albouraq.