Edit Template
jeudi 29 février 2024

Le Royaume-Uni pourrait étudier la reconnaissance d’un État palestinien

David Cameron

Le Royaume-Uni pourrait envisager de reconnaître un État palestinien selon le nouveau ministre des Affaires étrangères britannique, David Cameron. S’adressant devant des ambassadeurs du Moyen-Orient à la Chambre des communes, ce lundi, le ministre a déclaré que cette reconnaissance serait un « pas irréversible vers une solution à deux États ». Zoom.

Londres va étudier une reconnaissance d’un État palestinien selon David Cameron, le ministre des Affaires étrangères, affirmant « qu’une telle décision contribuerait à l’avènement d’une solution à deux États » entre Israéliens et Palestiniens.

David Cameron a précisé que cette reconnaissance serait envisagée « avec des alliés y compris aux Nations unies ». Ces affirmations ont toutefois été tempérées par le gouvernement britannique qui précise que ce moment ne serait pas propice « du fait du conflit en cours ».

Rendre ce processus irréversible

« Les Palestiniens doivent avoir un horizon politique » a assuré l’ancien Premier ministre britannique, le 29 janvier au soir, lors de la réception d’ambassadeurs de pays arabes. David Cameron a déclaré que la reconnaissance d’une Palestine souveraine constituerait « une avancée vers une solution à deux États et, surtout, vers l’établissement d’un État palestinien » :

« Nous avons une responsabilité là-bas : il faut commencer à définir ce que pourrait être un État palestinien, ce qu’il comprendrait, comment cela fonctionnerait »

Selon le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères, cette décision « avec nos alliés, y compris aux Nations unies » pourrait contribuer à « rendre ce processus irréversible » et ainsi mener à des négociations sur une solution à deux États.

Le ministre confirme, par cette déclaration, un éditorial publié dans le média The Mail dans lequel il écrivait que le Royaume-Uni devait donner aux Palestiniens « la perspective politique d’une voie fiable vers un État palestinien et un avenir nouveau ».

Downing Street tempère les propos de David Cameron

Même si « la reconnaissance d’un État palestinien serait un virage majeur dans la politique étrangère britannique » comme l’indique The Times, le gouvernement britannique a tempérer la portée des propos de son ministre en assurant que ses déclarations n’influaient pas sur la position du gouvernement.

The Times a rappelé également que « 139 des 193 États membres des Nations unies ont reconnu l’État palestinien, incluant la bande de Gaza et la Cisjordanie. Le Royaume-Uni a toujours refusé de le faire, de même que les autres pays du G7, dont les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et la France ».

David Cameron se trouvait d’ailleurs en Israël la semaine dernière pour tenter de négocier un accord de libération des otages. Il a souligné la nécessité d’un cessez-le-feu durable lors de réunions avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères Israel Katz.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777