Edit Template
vendredi 12 avril 2024

Après avoir tenté en vain de faire annuler son concert à Agen, des cadres d’extrême droite dénonce à l’unisson, depuis quelques jours, « un appel à la haine » après que le rappeur Médine ait présenté sur scène une piñata à l’effigie de deux élues du Rassemblement national local.

Lors d’un concert à Agen, le 8 avril, le rappeur Médine fait venir, sur scène, une piñata – cette structure géante en papier mâché coutumier des fêtes pour enfants et renfermant généralement des sucreries –  à l’effigie de deux élues du Rassemblement national : la conseillère régionale RN de Nouvelle-Aquitaine, Julie Rechagneux et la députée RN de Gironde Edwige Diaz.

Une provocation que le rappeur n’hésite pas à publier sur son compte twitter deux jours plus tard accompagné d’un sarcastique « Joyeuses Pâques ». Branle bas de combat du côté de la droitosphère qui dénonce une « infamie » et accuse Médine « d’appeler à la violence et à la haine ».

Campagne contre la venue de Médine en concert

L’action trollesque du rappeur fait suite à une campagne amorcée par la députée RN de Gironde Edwige Diaz – une des deux élues affichée sur la piñata – réclamant l’annulation du concert de Médine le 8 avril dans une salle de spectacle à Agen.

L’élue avait publié sur twitter une lettre, adressée à la ministre de la Culture Rima Abdul-Malaki, demandant le retrait du label « Scène de musiques actuelles » (SMAC) à l’artiste. Label permettant  à l’artiste l’accès à la salle de concert.

S’en ait suivi, le 5 avril, la publication d’un communiqué d’une antenne du Lot et Garonne du parti d’Eric Zemmour, Reconquête !, stipulant également leur opposition à la venue de Médine pour son concert du 8 avril.

Un communiqué étayé par des éléments de langage habituels soulignant des titres d’albums trop ambigus « Rappelons que le rappeur s’est fait connaître avec son premier album au titre évocateur de “11 septembre” en 2004 puis en 2005 avec l’album “Jihad” décoré par un sabre en or en guise de couverture. » ou encore « ses proximités passées avec des personnalités et associations de la mouvance islamiste. »

Une campagne vaine puisque le concert a finalement bien eu lieu et le rappeur n’a pas manqué de répondre à ses détracteurs à sa façon.

« Un véritable appel à la violence et à la haine »

Suite à la publication sur twitter, par Médine lui-même, des images de la piñata représentant les deux élues RN durant son concert, les réactions outragées des cadres de l’extrême droite ne se sont pas faites attendre. L’ancienne candidate à la présidentielle Marine Le Pen – dénonçant une « infamie » et demandant à la justice de « se saisir au plus vite pour faire condamner ces ignominies ».

Même indignation chez Jordan Bardella, président du Rassemblement national, voyant dans ces marionnettes géantes « un appel à la violence que toute la classe politique, je l’espère, condamnera clairement ».

Enfin Eric Zemmour, président du parti Reconquête !, affichant, dans un tweet, son soutien aux élues ciblées tout en insultant le rappeur d’« islamoracaille dans toute sa splendeur ».

Médine présente des excuses

Face à l’avalanche de réactions, le rappeur a finalement répondu mardi matin, dans un nouveau tweet publié, en présentant « toutes (ses) excuses aux piñatas du monde entier, pour leur avoir fait supporter ce cosplay (déguisement, ndlr) de députés RN ».

Il avait déjà réagi la veille dans la radio Mouv’ en voyant dans la tentative de censure de son concert « une volonté de discréditer toute personne qui s’exprime » et dénonçait « une parole raciste qui se normalise et arrive progressivement dans le débat public ».

 

 

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777