Catégories
Articles récents
20/10/2020
AccueilActualites« Le confinement n’a pas chamboulé ma vie »

« Le confinement n’a pas chamboulé ma vie »

Mizane.info vous propose une série de chroniques consacrées à la vie sous le confinement. Comment aborder cette épreuve ? Qu’a-t-elle modifié dans nos existences ? Y’a-t-il eu un avant et un après Covid-19 ? Chroniqueur sur Mizane.info, écrivain et responsable des éditions Hanif, Dawud Salman inaugure l’exercice. Une exclusivité Mizane.info.

Tout d’abord, je tenais à vous remercier pour avoir eu cette brillante idée, et de m’avoir sollicité pour cette initiative.

En espérant que mon expérience sera profitable à certains lecteurs.

Avant d’aborder à proprement parler mon programme depuis l’imposition du confinement, je tiens à dire que certaines activités qui seront mentionnées ici n’ont pas nécessairement vocation à être suivies.

Les priorités, situations conjugales et professionnelles étant différentes d’une personne à l’autre, il revient à chacun d’adapter son programme à sa propre situation personnelle.

Pour mieux comprendre ce qui suivra, il faut mentionner un peu quelle est ma situation personnelle.

Etant actuellement célibataire et sans enfant, je suis seul et la famille est éparpillée un peu partout. Il m’est donc possible d’adapter facilement mon régime alimentaire et donc les courses qui vont avec.

Depuis le confinement, j’essaie de ne sortir dehors qu’une fois tous les 3 ou 4 jours, histoire de faire les courses et de profiter un peu du soleil et de me promener.

Par rapport à la situation qui prévalait avant le confinement, je ne sortais déjà pas beaucoup, mais j’ai toujours aimé voyager, et c’est cela qui me pose vraiment problème puisque mon vol vers un pays d’Orient a été suspendu jusqu’à nouvel ordre, mais on relativise évidemment nos obstacles et nos difficultés .

En principe, je travaillais généralement depuis la maison (mon travail me permet de faire du télétravail, tant que j’ai un ordinateur et un accès à internet).

Je sortais de temps en temps pour faire les courses, voir des amis, participer à des assises, rendre visite à ma famille, me promener, et voir certains clients.

Un programme sous le signe de la constance

Depuis le début du confinement, mon programme suit globalement le même schéma quotidien, avec quelques variations.

Dès que je me lève, entre 6h et 10h (ça dépend à quelle heure je me suis couché la veille), je prends mes ablutions et je prie.

Ensuite j’accomplis mon dhikr et mon wird (comme après chaque prière). J’allume mon ordinateur, je me prépare mon petit déjeuner, et je lance une vidéo (reportage, animés japonais, séries comédies, …) pendant que je prends mon petit déjeuner, afin de concilier nécessité et plaisir, et de gagner du temps aussi. Cela dure entre 10 et 30 minutes.

Je commence ensuite les choses sérieuses. Je regarde si j’ai reçu des mails ou des messages privés pour le travail, je me connecte sur what’s app aussi pour voir si des gens m’ont sollicité pour une raison quelconque, et j’essaie de voir comment m’organiser.

Il y a des jours où des dizaines de personnes me demandent de l’aide ; cela peut consister en des conseils personnels, de l’aide professionnelle, des recherches à faire, de la documentation à leur fournir, des textes à relire et corriger, des demandes de renseignement diverses (auteurs, thématiques, livres, etc.), etc.

Si je peux leur répondre directement je le fais immédiatement, pour ne pas trop les faire attendre et pour éviter les éventuels oublis de ma part. Si cela me demande du temps, – mener des recherches, prendre contact avec des spécialistes, je leur dis que je reviendrai vers eux dès que je pourrai le faire.

Tout en avançant dans mes propres lectures et dans la rédaction de mes ouvrages et articles, j’assiste aussi mon Shaykh – une autorité dans l’école shafiite, la théologie, la langue arabe et d’autres domaines -, quand il me sollicite pour des renseignements bibliographiques, de la documentation, quelques conseils et des relectures de ses nombreux articles et ouvrages.

Je me dois de lui faire honneur et hommage, car il se montre toujours disponible quand je le sollicite, – soit pour mes projets soit pour des gens qui passent par mon intermédiaire pour lui demander conseils ou connaitre si telle ou telle chose est autorisée selon telle ou telle école juridique.

Presque chaque jour, j’échange avec lui et il me fait part de nouveaux projets (notamment d’écriture ou de traduction), il est très actif, à croire qu’il ne se repose jamais !

Qu’Allâh le renforce, l’assiste, le bénisse et lui accorde la science bénéfique, l’humilité, la piété et la clairvoyance dans tout ce qu’il entreprend !

Honnêtement, j’ai rarement vu une personne aussi active et productive sur le plan intellectuel de toute ma vie, ce qui me rappelle au quotidien mon devoir d’humilité envers le Seigneur des mondes tout comme envers Ses créatures, dont celles qui me surpassent de loin.

Il faut savoir que je suis aussi actif sur différentes plateformes virtuelles, donc je suis en contact avec une centaine de personnes pratiquement au quotidien.

Eviter les polémiques stériles !

J’essaie de partager des rappels et des recommandations en public, et je m’efforce aussi de leur offrir de quoi susciter leur curiosité ou de s’informer sur différents domaines à travers ses plateformes : poésie, histoire, science, théologie, politique, métaphysique, spiritualité, sociologie, etc.

Il est important d’enrichir la culture générale, et de leur proposer une vision globale du savoir et de l’actualité, avec des analyses qui se veulent pondérées, nuancées et pertinentes, – ce qui permet de mieux lutter contre le fanatisme et les fake news qui pullulent à notre époque.

Beaucoup de gens sont perdus ou désemparés par tout ce qu’ils peuvent lire, entendre ou voir, et il est donc de notre devoir de les assister dans leur cheminement spirituel, leur désir de compréhension et d’élévation spirituelle.

Allâh a fait en sorte que je sois entouré de nombreux spécialistes dans de nombreux domaines, et dans le cursus intellectuel qui est le mien, il m’a été donné d’intégrer et d’assimiler également de nombreuses disciplines, en plus des lectures personnelles durant mon temps libre.

Avec d’autres personnes, je gère des groupes sur facebook ou des serveurs sur d’autres plateformes virtuelles.

Le but est de partager le savoir bénéfique (dans tous les domaines utiles), d’éviter les polémiques stériles ou les conflits sectaires, et de pousser chacun à se réformer, d’avancer dans leur cheminement, et de s’élever à la vertu et à la sagesse, peu importe le courant auquel les différents membres se rattachent.

Quand je lis et que je tombe sur des passages intéressants, soit je les prends en photo, soit j’en recopie des passages, pour ensuite les partager sur les réseaux sociaux ou à mes contacts en privé, car je sais à quel point cela peut avoir un impact positif, tout en épargnant aux gens de fournir certains efforts (ou dépenses) supplémentaires, sachant déjà qu’ils sont parfois occupés ou surchargés avec d’autres activités.

Je suis également en contact avec les maisons d’édition Albouraq et Tasnîm, et indirectement avec la maison d’édition d’Ennour.

Nous avons concrétisé un partenariat, afin de proposer aux personnes intéressé(e)s, des prix très intéressants concernant l’acquisition de livres bénéfiques de qualité, afin que tout le monde puisse y trouver son compte : les clients/membres paient moins cher, et les éditeurs peuvent vendre leurs livres et ainsi compenser les lourdes difficultés qu’ils vivent aujourd’hui, sachant que le secteur des livres traverse une crise, – à l’exception des multinationales et des géants actifs un peu partout dans le monde.

Je tiens à saluer la générosité, le professionnalisme et la noblesse de comportement que j’ai pu constater au sein de leurs équipes respectives, aussi bien chez Albouraq, que chez Tasnîm et Ennour.

Ils font un travail titanesque et salutaire, et c’est pour cela que j’aime les aider autant que possible.

Avec mon infographiste, – toujours disponible, serviable et professionnelle -, je m’occupe du site de notre maison d’éditions (Editions Hanif), où je publie aussi régulièrement des articles et des analyses sur des sujets variés (droit musulman, métaphysique, philosophie, sciences, théologie, histoire, …).

Cela m’occupe beaucoup, car chaque article demande au préalable de faire des recherches, de rassembler la documentation, de les lire, et de produire ensuite une analyse et une synthèse, puis de mettre tout cela au propre. Même si les obstacles paraissent insurmontables, comme le dit Allâh dans le Qur’ân :
« N’avons-Nous pas ouvert pour toi ta poitrine ?
Et ne t’avons-Nous pas déchargé du fardeau,
qui accablait ton dos ?
Et exalté pour toi ta renommée ?
A côté de la difficulté est, certes, une facilité !
A côté de la difficulté, est certes, une facilité !
Quand tu te libères, donc, lève-toi,
et à ton Seigneur aspire » (Qur’ân 94, 1-8).

Des projets éditoriaux et humanitaires

Depuis la fin du mois de mars, nous avons lancé la parution d’un nouveau livre Mon guide pour un Ramadan sain: La nutrition pour outil de conscience et de réforme de Hanane Affelah – une personne vraiment formidable, où j’ai eu le plaisir d’y apporter des annotations ainsi que de procéder à une relecture et finalement à son édition.

L’aide précieuse de notre infographiste Pétronille mérite également d’être évoquée, car tout cela a demandé beaucoup de temps et de travail.

Ne pouvant pas me permettre d’engager un autre employé, je me charge des expéditions et des commandes également, en ce qui concerne la version papier, pour la version ebook tout le processus se déroule automatiquement via le site web.

Du côté de la maison d’édition donc, il y a déjà beaucoup de boulot.

J’ai aussi une autre activité, où j’aide une personne à vendre du matériel informatique, mais depuis le confinement, cette activité a fortement diminuée pour des raisons évidentes.

Pour notre association, depuis le confinement, tout se fait par télétravail, et les cours donnés par notre partenaire (ayant sa propre association également, l’ASBL Rasmali) – et qui était d’ailleurs ma prof de sociologie à l’époque – ont été suspendus pour le moment.

Elle mérite aussi d’être mentionnée, car elle n’a pas reçu tout le soutien qu’elle méritait, malgré son travail salutaire et gigantesque dans le soutien scolaire prodigué aux enfants et aux étudiants.

C’est pour cette raison que nous avons conclu ce partenariat, et avons pris ensemble un local afin de la soutenir et de lui permettre de fournir le meilleur service aux enfants et aux étudiants.

Les gens ne s’en rendent pas compte, mais tout le travail qu’il y a derrière est tout bonnement colossal, et je sais à quel point elle se démène pour aider les étudiants mais aussi les nécessiteux de façon générale, puisqu’elle s’occupe aussi de leur distribuer des vêtements propres.

Durant la journée, quand je peux trouver un peu de temps, je lis des articles scientifiques, historiques ou journalistiques, je regarde des documentaires ou des conférences.

Des personnes qui me connaissent me sollicitent aussi parfois afin de les aider dans leurs projets intellectuels, commerciaux ou humanitaires, et quand cela m’est possible, j’y participe également concrètement.

De nombreux projets humanitaires, intellectuels et culturels ont vu ainsi le jour depuis quelques années, et cela fait plaisir de voir que des gens se bougent activement pour faire changer positivement les choses.

Avec plusieurs frères, on a commencé un projet de traduction pour sous-titrer plusieurs documentaires et vidéos comportant un intérêt intellectuel certain pour la communauté francophone.

Avec plusieurs autres personnes, nous essayons de voir les associations qui œuvrent pour l’éducation des enfants, les aides alimentaires et médicales pour les camps de réfugiés un peu partout dans le monde, la prise en charge des orphelins et des veuves, la construction de puits, d’écoles et de cliniques médicales, et nous tentons autant que faire se peut de les aider financièrement, logistiquement ou en faisant leur promotion, une fois que nous nous assurons de leur sérieux, sachant qu’il existe malheureusement des opportunistes et des menteurs qui détournent l’argent destiné aux nobles causes.

Le croyant ne connait pas l’ennui…

Via notre groupe facebook ou via notre association, des gens nous contactent pour en savoir plus sur la religion et l’histoire, avoir un retour critique sur certains livres, une analyse pertinente sur certaines théories scientifiques ou des thèses diverses que l’on peut lire à gauche et à droite.

Parfois, ce sont des messages plus personnels et graves, où des personnes vivent très mal leur situation scolaire ou familiale, engendrant des pensées déprimantes ou suicidaires, et nous tentons donc de leur apporter tout d’abord un soutien moral et psychologique (une écoute sincère attentive leur procure déjà un immense réconfort !), des conseils pour les soulager et leur indiquer des solutions envisageables pour résoudre, – ou au moins atténuer – leurs problèmes, et ensuite si nécessaire, de les orienter vers des services juridiques ou sociaux compétents.

Avec une sœur diplômée dans les sciences sociales et très amoureuse de la spiritualité musulmane, nous comptons, si Allâh nous le permet -, produire quelques vidéos et émissions sur les grands noms de la spiritualité musulmane, telles que Al-Ghazâlî, Ibn ‘Arabî et Rûmî.

Ce ne sont pas les projets qui nous manquent, mais il faut du temps et des moyens pour les mettre en œuvre.

Tout cela dure jusqu’21h00 environ. Lorsque la fatigue me gagne, soit je m’installe et je regarde une série ou un documentaire, soit je réponds à l’appel de certains frères très proches, qui m’invitent à les rejoindre sur un jeu en ligne tout en discutant de tout et de rien dans un cadre fraternel et chaleureux.

Si ce n’est pas le cas, je me connecte alors sur un serveur vocal où sont organisés des débats et des assises sur la société, l’histoire, les religions, la philosophie, les sciences, etc. Depuis le confinement, cela peut durer jusqu’à 3 à 6 heures du matin.

Que ce soit en journée ou en soirée, j’essaie de discuter aussi avec la famille pour savoir si tout va bien, quelles sont les nouvelles, et si quelqu’un a besoin de quelque chose en particulier.

Nous avons un groupe commun sur une application mobile où tous les membres de la famille sont présents, et par ce biais nous avions malheureusement appris que le mari de ma tante, son épouse (ma tante), leurs enfants, ainsi que mon autre tante et sa fille (ma cousine) étaient infectés par le coronavirus.

Le mari de ma tante était dans un état très critique, mais depuis quelques jours, les médecins disent que son état s’est grandement amélioré, et les dernières nouvelles pour les autres membres de la famille sont assez bonnes également, al-Hamduli-Llâh !

Et je tiens à remercier toutes les personnes qui nous ont soutenu et qui ont invoqué le Tout-Puissant en notre faveur, cela est un cadeau inestimable, et source d’un grand réconfort.

Al Hamduli-Llâh, même si je peux avoir l’impression d’être débordé, le fait que ma journée soit ponctuée des prières quotidiennes qui viennent rythmer mon temps et me procurer des moments privilégiés avec le Divin, est un moyen aussi de mieux me recentrer sur moi-même, de me revigorer, de me changer les idées, et de sortir de la monotonie de la journée que l’on pourrait ressentir.

Le croyant et l’ennui sont deux choses incompatibles. Il a toujours une chose à faire pour occuper son temps.

S’il est malade, il invoque Allâh, accomplit la prière selon les positions qui lui sont possibles de faire, fait du dhikr ou d’autres occupations qui sont à sa portée (lire des livres, écouter le Qur’ân ou des chants spirituels, regarder des documentaires, écouter des cours ou des conférences, discuter avec sa famille ou d’autres personnes, …).

S’il est confiné, il médite, écoute le Qur’ân, s’adonne à des activités spirituelles, se recueille auprès du Tout-Puissant, invoque pour ses proches, aide son prochain à distance comme il le peut.

S’il est célibataire, il existe tout un tas d’activités utiles et bénéfiques (dont le fait de voyager, de travailler, de participer à des activités sociales, culturelles ou humanitaires).

S’il est marié, qu’il prenne soin de toutes les personnes composant sa famille, et investi de son temps à les éduquer, à subvenir à leurs besoins, à faire vivre la bonne ambiance et la spiritualité dans son foyer.

Si la fatigue prend le dessus, il peut s’allonger, méditer sur la vie et l’existence, invoquer Allâh et s’adonner au dhikr.

Si la tristesse envahit son être, il se tourne vers Allâh, cherche refuge et apaisement auprès de Lui, et multiplie les invocations.

Si faire constamment des activités profitables et utiles lui est pénible, qu’il se détende par un divertissement ne comportant pas de mal manifeste, afin de lui octroyer une pause qui l’aidera à reprendre plus énergiquement des activités plus bénéfiques et utiles.

Si faire de bonnes œuvres (pour lui-même ou pour les autres) lui est difficile, s’abstenir de causer volontairement du mal aux gens est déjà un acte louable en soi !

Dans son silence comme dans ses paroles, dans son isolement comme dans sa présence sociétale, dans son intimité avec le Divin tout comme dans ses relations avec les gens, il est toujours possible de se comporter avec noblesse et d’agir en bien.

Qu’il cherche donc Ses Bénédictions dans tous les moments de sa vie, et en cas de péchés ou de négligences, qu’il se rappelle l’importance du repentir, la demande de pardon, et l’accomplissement de bonnes œuvres !

Il me faut aussi vous témoigner ma gratitude pour les belles réflexions que vous nous partagez, et tous vos efforts accomplis discrètement pour véhiculer les enseignements de sagesse et de savoir que vous nous transmettez régulièrement, et vos nobles intentions à l’égard de toute la communauté musulmane, et plus particulièrement celle de la sphère francophone.

Puisse le Tout-Puissant vous accorder Ses Bénédictions et Son Soutien, et vous accorder la meilleure issue en toute chose !

Je remercie le Très-Haut pour tous les bienfaits qu’Il m’a accordé, je Lui demande de me pardonner pour mes péchés et mes négligences, L’invoque pour me purifier et me réformer, et me conduire vers la Voie de la Sagesse, de la Droiture, de la Justice, du Beau, du Vrai, de l’Amour, de la Paix, de la Bonté et de la Compassion.

Dawud Salman

A lire aussi :