Edit Template
lundi 22 avril 2024

Khader Adnan meurt dans les geôles israéliennes

Khader Adnan - Mizane Info

Au terme d’une grève de la faim de 87 jours, pour protester contre sa détention sans jugement ni inculpation, l’emblématique prisonnier palestinien Khader Adnan est décédé aujourd’hui à l’âge de 45 ans derrière les barreaux de l’arbitraire carcéral israélien. Focus.

Le prisonnier palestinien Khader Adnan, âgé de 45 ans, originaire de la ville de Jénine, est mort ce mardi 2 mai 2023 dans une prison israélienne après trois mois de grève de la faim.

Membre important du groupe de résistance palestinien du Jihad islamique. Il avait entamé une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention.

Une grève de la faim de 87 jours

Détenu depuis le 5 février 2023, date à laquelle il fut interpellé à son domicile d’Arraba en Cisjordanie située au sud de Jénine, Khader Adnan avait entamé sa sixième et ultime grève de la faim menée contre sa détention sans charge ni jugement.

Au total, ce père de famille de 9 enfants (âgés de 2 à 24 ans) aura été emprisonné pendant 8 ans (entre 2012 et 2023). Les autorités israéliennes procédèrent à son arrestation plus de 12 fois.

En 2012, il mena une grève de la faim pendant 67 jours ce qui incita une vague de prisonniers palestiniens placés en détention administrative à se joindre à lui. Adnan devint ainsi le porte-parole des prisonniers palestiniens.

Ce membre du Jihad islamique est le premier prisonnier palestinien à décédé des suites d’une grève de la faim depuis 1992.

Après l’annonce de sa mort, et en signe de protestation, trois roquettes ont été lancées depuis la bande de Gaza. Les Palestiniens ont appelé, par ailleurs, à une grève générale en Cisjordanie et à Gaza et des manifestations étaient attendues plus tard dans la journée.

Soutien d'un palestinien au prisonnier Khader Adnan
Soutien d’un palestinien au prisonnier Khader Adnan

Négligence médicale 

La santé d’Adnan s’était dégradée au cours des dernières semaines. Sa famille accuse Israël de négligence médicale et d’avoir refusé de le transférer dans un hôpital civil.

Les autorités israélienne prétendent que Khader Adnan avait refusé de recevoir des soins médicaux et qu’ils l’ont retrouvé « inconscient dans sa cellule » à la prison de Nitzan, près de Ramleh, ce mardi tôt dans la matinée.

Amin Shoman, chef de la Commission suprême des affaires des prisonniers, dénonce « un crime commis par Israël » :

Il s’agit d’un nouveau crime commis par Israël à l’intérieur de ses prisons, qui poursuit délibérément sa politique de négligence médicale à l’égard de milliers de prisonniers, en ne répondant pas à leurs demandes justes et humaines et en tournant le dos à toutes les normes et lois internationales

La présidente du groupe de défense des droits Physicians for Human Rights Israel (PHRI), Lina Qasem-Hasan, soutient qu’elle a maintes fois essayé de convaincre, sans succès, le ministère israélien de la Santé et l’administration pénitentiaire, d’admettre Adnan à l’hôpital suite à la dégradation de sa santé.

Elle a ajouté que les services de sécurité israéliens avaient également rejeté les demandes de visite de la famille d’Adnan.

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777