Edit Template
mercredi 24 avril 2024

Gaza : l’ONU adopte sa première résolution pour un cessez-le-feu

Lors d’un vote au siège de l’ONU, ce lundi, 14 ambassadeurs ont approuvé une résolution pour un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza. Les États-Unis se sont abstenus, marquant un changement de leur position habituelle depuis le début de la guerre menée par Israël. Focus.

Près de six mois après le début de l’offensive israélienne à Gaza, le Conseil de sécurité de l’ONU a enfin adopté sa première résolution appelant à un « cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza pour la durée du ramadan ainsi que la libération de l’ensemble des otages détenus dans l’enclave.

Les Etats-Unis, qui avaient mis leur veto aux textes précédents, se sont cette fois abstenus, permettant l’adoption, par quatorze voix, de cette résolution.

Une abstention historique des États-Unis

Lundi 25 mars, une résolution appelant à un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza a été adoptée par quatorze ambassadeurs au Conseil de sécurité de l’ONU. Seul les États-Unis se sont abstenus.

Cette abstention, une première depuis le début de la guerre, a suscité la colère d’Israël qui estime qu’elle entrave les efforts leur « offensive » et la libération des otages. Le bureau du Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a qualifié cette abstention de « net recul par rapport à la position constante des Etats-Unis au Conseil de sécurité ».

Cependant, John Kirby, porte-parole américain à l’ONU, a tempéré l’abstention des États-Unis en affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un « changement de cap » vis à vis d’Israël. L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield, a indiqué que tout cessez-le-feu devrait commencer par « la libération d’un premier otage ».

Un échec de cette résolution « serait impardonnable »

La résolution voté lundi « exige un cessez-le-feu immédiat pour le mois du ramadan » qui doit « mener à un cessez-le-feu durable », et « exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages ». L’ambassadeur algérien Amar Bendjama s’est félicité de cette décision :

« Depuis cinq mois, le peuple palestinien souffre terriblement. Ce bain de sang a duré trop longtemps. C’est notre obligation d’y mettre un terme. Enfin, le Conseil de sécurité prend ses responsabilités »,

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné que la non mise en œuvre de cette résolution serait « un échec impardonnable ». Le mouvement Palestinien du Hamas a également « salué l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU à un cessez-le-feu immédiat ».

Malgré le texte adopté au conseil de sécurité de l’ONU, les bombardements israéliens se poursuivaient ce mardi dans la bande de Gaza.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777