Edit Template
lundi 22 avril 2024

Gaza : L’Espagne et l’Irlande demandent à l’UE une enquête sur Israël

Commission européenne

Madrid et Dublin ont envoyé une lettre à à la Commission européenne demandant une enquête « en urgence » sur le respect par Israël des droits humains à Gaza. Les deux pays ont exigé des mesures appropriées si « Israël ne respecte pas les engagements auxquels il a souscrits ». Explication.

Les gouvernements espagnol et irlandais ont adressé une lettre à la Commission européenne pour demander « de manière urgente si Israël remplit ses engagements de respecter les droits humains à Gaza ».

C’est le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, qui a annoncé cette démarche sur son compte X (ex-Twitter) « compte tenu de la situation critique à Rafah ».

Une évaluation de l’accord d’association avec Israël

Publiée sur le site de La Moncloa ( la présidence du gouvernement espagnol ), la lettre adressée à la Commission européenne souligne la situation insoutenable à Gaza et le risque imminent d’une catastrophe humanitaire « en raison de l’intensification de l’opération militaire israélienne contre Rafah ».

Les gouvernements de Dublin et Madrid demandent donc « une évaluation urgente de l’accord d’association » entre l’Union européenne et Israël dont le but serait de vérifier le respect des droits humains :

« Le but de cette évaluation par la Commission, est de vérifier si les points essentiels de la relation en matière de droits humains et principes démocratiques sont respectés »

Les deux pays appellent également le Conseil de l’UE à prendre des mesures appropriées « au cas où il serait conclu qu’Israël ne respecte pas les engagements auxquels il a souscrits ».

La Commission européenne va « étudier » cette lettre

Une porte-parole de la Commission européenne, Arianna Podesta, a confirmé la réception de la lettre et a déclaré que la Commission allait « l’étudier ». Une autre porte-parole, Nabila Massrali, a notamment indiqué que la Commission «[exhortait] toutes les parties, quand il s’agit d’Israël, à respecter le droit international».

Nabila Massrali a aussi souligné « l’importance d’assurer la protection permanente des civils » et soutenu qu’il devait y avoir une responsabilité « pour les violations du droit international ».

La porte-parole a enfin précisé que l’Union européenne transmettait ce message « de manière bilatérale dans ses contacts avec les autorités israéliennes ». Cependant, elle n’a pas commenté la manière dont ce sujet s s’inscrit dans le cadre de l’accord d’association entre l’UE à Israël.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777