Edit Template
lundi 22 avril 2024

Gaza : Condamnations internationales après les tirs meurtriers d’Israël

Les condamnations internationales et les appels à un cessez-le-feu se sont multipliés hier et aujourd’hui après la mort de plus de 110 Palestiniens à Gaza suite à des tirs de l’armée israélienne pendant une distribution d’aide humanitaire. Plusieurs pays ont dénoncé « des tirs israéliens injustifiables contre des civils ». Zoom.

Les condamnations internationales continuent de se multiplier, ce vendredi, après la mort, jeudi, de plus de 110 Palestiniens à Gaza pendant une distribution d’aide. A l’origine de ces condamnations, des tirs israéliens sur une foule affamée qui a tourné au chaos dans le nord de Gaza.

Israël n’a reconnu que des « tirs limités » par ses soldats israéliens se sentant « menacés ». Les Etats-Unis ont exigé « des réponses immédiates » tandis que plusieurs pays européens dont la France ont condamné « des tirs israéliens injustifiables contre des civils ».

Un « massacre odieux commis par l’occupation israélienne »

Alors qu’une réunion « d’urgence » à huis-clos du Conseil de sécurité était annoncée hier soir sur la demande de l’Algérie. Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déploré « des actes de violences » contre des civils palestiniens « morts dans des circonstances horribles »

A Washington, le porte-parole du Département d’Etat Matthew Miller a indiqué que son pays exigeait « des réponses » de l’enquête en cours après cette tragédie : « Nous suivrons cette enquête de près et nous ferons pression pour obtenir des réponses »

En Turquie, et dans plusieurs pays arabes du Golfe, les autorités ont dénoncé « le massacre odieux commis par l’occupation israélienne contre des civils sans défense ». Le Qatar a rappelé « la nécessité d’une action internationale urgente pour mettre fin immédiatement à cette agression » :

« La poursuite des crimes de l’occupation, dans le cadre de sa guerre brutale contre la bande de Gaza, prouve jour après jour la nécessité d’une action internationale urgente pour mettre fin immédiatement à cette agression sans précédent dans l’histoire récente »

Emmanuel Macron exprime sa « plus ferme réprobation »

En Europe, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a jugé les événements « inacceptables » et souligné « l’urgence d’un cessez-le-feu ». La France a aussi dénoncé, via un communiqué du ministère français des Affaires étrangères, jeudi des « tirs israéliens injustifiables ».

Le président Emmanuel Macron a également fait part, sur son compte X, de sa « plus ferme réprobation envers ces tirs et demande la vérité, la justice et le respect du droit international ». La Grande Mosquée de Paris s’est aussi joint aux condamnations en exprimant, dans un communiqué, « sa profonde indignation face aux événements tragiques survenus dans la bande de Gaza le jeudi 29 février » :

« Ces pertes humaines tragiques mettent en lumière une fois de plus les souffrances endurées par la population de Gaza, déjà éprouvée par quatre mois de bombardements meurtriers (…) Nous nous associons aux nombreuses voix qui se sont élevées pour condamner ces actes criminels et pour réclamer la vérité. »

La grande mosquée de Paris a notamment appelé « toutes les mosquées de France à unir leurs prières lors d’une prière commune de l’absent en ce jour de vendredi afin de témoigner de notre solidarité envers le peuple de Gaza ».

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777