Catégories
Articles récents
23/01/2022
AccueilCitationFutuwah : la chevalerie spirituelle vue par Sulami

Futuwah : la chevalerie spirituelle vue par Sulami

Combat de Rostam et du dragon, page du Shâhnâmeh de Ferdowsi, Ispahan, 1648. Windsor, The Royal Collection Trust.

La futuwah désigne la notion de chevalerie au sens éthique et spirituelle telle qu’elle fut développée dans le monde musulman à l’âge classique. Abû Abd al-Rahman ibn al-Husayn as-Sulamî lui a consacré un traité. Mizane.info publie six des règles constituant cette chevalerie spirituelle assez méconnue en Occident. Extraits.

1)La Futuwah [chevalerie spirituelle], c’est éprouver de la compassion aussi bien envers ceux qui sont obéissants à Dieu qu’envers ceux qui dévient de sa voie.

On nous a rapporté qu’Ibrahim al ’Atrash a dit :

– Nous étions au bord du Tigre avec Ma‘ruf al Karkhi lorsqu’un bateau passa près de nous rempli de jeunes gens ivres et jouant du tambour. L’un des compagnons de Ma‘ruf dit : « Ô Abu Mahfuz, ne vois-tu pas ces gens se sont révoltés contre leur Seigneur, prie pour que celui-ci les maudisse ! »

Ma‘ruf leva ses mains vers le ciel et dit : « Ô mon Dieu et mon Maître, je Te prie de leur donner de la joie dans l’au-delà comme tu leur en as donné dans ce monde ! » « Nous t’avons demandé d’appeler sur eux la malédiction divine ! » dit l’un de ses amis. Ma’ruf répondit : « Ô mes frères, si Dieu leur donne la joie dans l’au-delà c’est qu’Il a accepté leur repentance. » (III, 41, p. 95)

…….

2)La Futuwah [chevalerie spirituelle] est avoir un sens de convivialité et savoir goûter à des relations joyeuses et amicales.

Il nous a été rapporté d’après Husayn Ibn Zayd que celui-ci demanda à Ja‘far Ibn Muhammad :

– Puissé-je donner une vie pour toi ! Le Prophète (paix et bénédictions) avait-il l’habitude de plaisanter amicalement avec les autres ?

Il répondit :

– Dieu l’a pourvu d’un caractère d’une extrême noblesse dans la façon même qu’il avait de plaisanter amicalement avec les autres. Dieu a envoyé Ses Prophètes et il y avait en chacun d’eux une certaine contrition. Puis il a envoyé Muhammad dont l’état était celui de la compassion et de la miséricorde.

Un signe de compassion pour ceux de sa communauté consistait précisément dans le fait qu’il leur parlait d’une manière aimable et plaisante. Il faisait cela afin qu’ils ne s’éloignent pas de lui, par sentiment de crainte révérencielle.

Mon père Muhammad m’a dit que son père ‘Ali avait lui-même appris de son père (Al Husayn) que celui-ci avait entendu l’Envoyé de Dieu dire : « Dieu n’aime pas ceux qui présentent à leurs amis des visages tristes et non-avenants »

…….

3)La Futuwah [chevalerie spirituelle] est aussi la réponse que m’en a donné Abul Husayn Ibn Sam‘un qui dit :

– Elle consiste en certaines qualités dont celle d’éviter les controverses, de se maintenir dans une parfaite droiture, de ne pas chercher à relever les défauts des autres, d’essayer d’interpréter avec bienveillance les vices de leurs comportements, de leur trouver des justifications, d’endurer leurs épreuves, de ne blâmer que soi-même, de se tourner vers autrui, quel que soit son rang, avec un visage ouvert et accueillant, de faire le bien, de le recommander à autrui tout en acceptant soi-même de recevoir leurs conseils, de chercher à fraterniser avec ceux que Dieu a rapprochés de Lui et à adopter un comportement courtois envers ses ennemis.

Ce ne sont pourtant là que ses signes extérieurs, il nous resterait à parler de leurs réalités spirituelles.

…….

4)La Futuwah [chevalerie spirituelle] consiste à aller au-delà des besoins des gens tout en gardant les convenances propres à un état de servitude (il s’agit ici d’abandon spirituel à Dieu, ndlr). Dhu’l-Nûn [Al-Misrî, m. 859] a dit :

– Les sages ont toujours eu trois principes : veiller au secours de tout ce qui est doué de vie, distribuer les bienfaits de Dieu dans les lieux où l’on se réunit pour le mentionner, éveiller les gens à Dieu par des paroles de sagesse.

5)La Futuwah [chevalerie spirituelle] est une excellence de caractère sur le plan extérieur qui s’accompagne, sur le plan intérieur, d’états spirituels authentiques.

On nous a rapporté qu’Abu Muhammad al Jurayri a dit :

– les hommes de la connaissance reconnaissent que l’essence de la religion se résume dans les dix choses suivantes : cinq extérieures et cinq intérieures. Pour ce qui est des premières ce sont : la véracité de la parole, la générosité de l’âme, une apparence modeste, ne point nuire et supporter sans réagir la nuisance des autres.

Quant aux secondes c’est aimer la présence de son Seigneur, craindre Sa séparation et espérer Le connaître. C’est aussi éprouver un respect révérenciel pour Lui et regretter ses propres actions.

…….

6)La Futuwah [chevalerie spirituelle] est de traiter avec indulgence celui qui se montre insolent et de pardonner à celui qui cherche à te nuire.

Muhammad Ibn ‘Isa al Qurashi a dit avoir entendu son père rapporter l’histoire suivante :

– Un sage conseillant son fils lui dit : Ô mon fils, sois indulgent envers l’insolent, pardonne à celui qui t’a causé du tort et laisse toujours en toi-même une disposition à la paix afin que tu puisses conserver tes amis et que tes ennemis eux-mêmes en viennent à éprouver pour toi un sentiment de respect.

Sulami

A lire du même auteur :