Edit Template
vendredi 01 mars 2024

Frappes américaines contre la force Al Qods en Irak et en Syrie

Washington a bombardé des points stratégiques pro-iraniens en Irak et en Syrie tuant 18 combattants propalestiniens. Une riposte à l’attaque du 28 janvier qui avait coûté la vie à trois soldats américains à proximité de la frontière syrienne, attaque elle-même menée en représailles au génocide israélien à Gaza soutenu par l’armée américaine. Nos explications.

Vendredi 2 février, les Etats-Unis ont militairement frappé des combattants de la force Al-Qods, la branche des opérations étrangères des gardiens de la révolution iraniens, et des groupes pro-iraniens en Irak et en Syrie. Une opération punitive décidée en représailles à la mort de trois soldats américains tués par des drones des brigades engagées dans l’axe de la résistance à l’Etat d’Israël.

Les bombardements américains ont tué dix-huit combattants de la force Al-Qods, dont cinq à Deir ez-Zor, en Syrie et d’autres à l’ouest de l’Irak, selon des informations de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) rapportées par Le Monde.

Des attaqués ciblées en Irak et en Syrie

« Notre riposte a commencé aujourd’hui. Elle continuera selon le calendrier et aux endroits que nous déciderons », a commenté le président Joe Biden, vendredi. La Maison Blanche a assuré que les Etats-Unis avaient « prévenu le gouvernement irakien avant les frappes ». Depuis la mi-octobre, plus de 165 frappes de drones et tirs de roquettes d’Al qods ont visé les forces américaines.

Bagdad a condamné dans un communiqué une « violation de la souveraineté » de son territoire et a ajouté craindre des conséquences « désastreuses pour la sécurité et la stabilité de l’Irak et de la région » par la bouche d’un porte-parole militaire du premier ministre irakien.

Au total, plus de 85 cibles ont été visées sur sept lieux (trois en Irak et quatre en Syrie) par des frappes américaines qui ont mobilisées « plus de 125 munitions de précision », selon le Centcom.

Les cibles concernent des centres de commandement et de renseignement, des infrastructures de stockage de drones et de missiles de la force Al Qods. « Un QG des factions armées dans la zone d’Al-Qaïm a été ciblé, il s’agit d’un entrepôt d’armes légères, selon des informations préliminaires », a déclaré à l’Agence France-Presse un responsable au ministère de l’intérieur irakien. Cette attaque et une autre à Al-Akachat, au sud, ont été confirmées par le Hachd Al-Chaabi, un regroupement d’anciens paramilitaires alliés à l’Iran.

900 soldats américains au Moyen-Orient

Damas n’est pas en reste. Les autorités syriennes ont dénoncé ces opérations de violation de sa souveraineté. « L’occupation de certaines parties du territoire syrien par les forces américaines ne peut plus durer », a déclaré la Syrie ajoutant sa « détermination à libérer l’ensemble du territoire syrien du terrorisme et de l’occupation ».

900 soldats américains sont déployés en Syrie et 2 500 en Irak dans le cadre de la coalition internationale créée pour combattre le groupe Daesh (EI).

Aux Etats-Unis, la campagne pour la prochaine élection présidentielle a également intensifié la pression sur le camp démocrate de Biden. Donald Trump a, à plusieurs reprises, dénoncé la « faiblesse » des démocrates contre Téhéran et l’ensemble des factions engagées dans l’axe de la résistance.

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777