Edit Template
jeudi 13 juin 2024

Crise politique en Israël au lendemain d’un nouveau massacre à Gaza

Ce samedi 8 juin, l’armée israélienne a commis un nouveau massacre en tentant de libérer des otages israéliens dans le camp de Nuseirat à Gaza. L’assaut a causé la mort d’au moins 274 Palestiniens. Le lendemain, un membre du cabinet de guerre israélien, Benny Gantz, a annoncé sa démission du gouvernement de Netanyahou. Focus

« L’armée israélienne a commis un nouveau massacre dans la bande de Gaza », témoignait ce samedi un habitant du camp de Nuseirat à Gaza. L’armée israélienne a, en effet, mené une opération commando dans le camp pour libérer quatre otages israéliens, entraînant dans son sillage la mort « de plus de 270 Palestiniens et 698 blessés » selon le ministère de la Santé de Gaza.

Malgré cette action, Benjamin Netanyahou continue de subir une forte pression politique interne alors qu’un membre de son cabinet de guerre, Benny Gantz, a annoncé sa démission dimanche soir.

Un bain de sang dans le camp de Nuseirat

Ce samedi 8 juin, l’armée israélienne a mené une opération spéciale dans le camp de Nuseirat, situé au centre de Gaza, pour libérer quatre otages israéliens. Ce raid a causé la mort d’au moins 274 Palestiniens, suscitant de fortes réactions internationales.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths, a décrit le camp de réfugiés de Nuseirat comme « l’épicentre du traumatisme sismique ». Guillemette Thomas, coordinatrice médicale de MSF France, a expliqué que le bilan du massacre est « extrêmement lourd » du fait de la densité de la population dans cette zone :

« C’est une zone qui est densément peuplée et notamment à la suite des ordres d’évacuation de Rafah, un million de personnes ont dû se répartir sur le reste de la bande de Gaza, c’est-à-dire le centre essentiellement et notamment le camp de Nusseirat. Beaucoup de personnes ont dû se relocaliser là-bas »

Le Haut représentant de l’UE pour les Affaire étrangères, a dénoncé « un bain de sang » qui doit « cesser immédiatement » : « Les informations en provenance de Gaza faisant état d’un nouveau massacre de civils sont effroyablesNous condamnons cela avec la plus grande fermeté ».

Démission du rival de Netanyahou

La pression politique sur Benjamin Netanyahou demeure malgré tout après la démission de Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien, en désaccord avec le Premier ministre sur la conduite de la guerre à Gaza :

« Netanyahou nous empêche d’avancer vers une réelle victoire. C’est pourquoi nous quittons aujourd’hui le gouvernement d’urgence avec le cœur lourd mais sans regret »

Nommé ministre sans portefeuille après l’offensive palestinienne du 7 octobre, Benny Gantz a maintes fois exigé l’adoption par le cabinet de guerre d’un « plan d’action » sur la question de l’après-guerre dans Gaza et déploré son échec sur le sort des otages israéliens toujours captifs.

Sa démission ne devrait, toutefois, pas provoquer de grands bouleversements politiques immédiats. Benjamin Netanyahou, chef du parti de droite Likoud, dispose toujours d’une majorité de 64 députés sur 120 au Parlement israélien, grâce à l’appui de ses alliés d’extrême droite.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777