Catégories
Articles récents
30/05/2020
AccueilArabie saouditeContre la destruction saoudienne du patrimoine islamique, une initiative anglo-yéménite

Contre la destruction saoudienne du patrimoine islamique, une initiative anglo-yéménite

La destruction de très nombreux sites archéologiques islamiques par les autorités de Riyad ne concerne pas seulement le périmètre du territoire saoudien. La guerre contre le Yémen a aussi provoqué la disparition de pans entiers de la mémoire histoire de l’Islam. Un projet d’archéologie aérienne tente d’endiguer le phénomène. Le focus de Mizane.info.

Pendant des siècles, la Kaaba était entourée par des portiques voûtés érigés il y a trois siècles par les Ottomans – placés au-dessus de colonnes en marbre sculpté datant du 8ème siècle.

En 2014, écrit Joel Day de The Express, ces précieux morceaux d’histoire ont été réduits en ruines, laissant la place au projet d’expansion architectural décrété par le gouvernement saoudien de la Grande Mosquée de La Mecque.

Les autorités ont affirmé qu’il était nécessaire d’accueillir les millions de personnes qui visitent le lieu le plus saint de l’islam – argument que beaucoup admettent comme tout à fait plausible.

Mais d’autres acteurs estiment que le gouvernement a entrepris de nettoyer les sites historiques et religieux à travers tout le royaume.

98 % des sites saoudiens détruits !

À Londres, la Islamic Heritage Research Foundation a déjà annoncé que 98 % des sites historiques et religieux du royaume saoudien ont été détruits depuis 1985, soit entre 400 et 500 sites.

Quelques mois seulement avant que le gouvernement saoudien approuve les démolitions, la BBC, lors de son podcast « Beyond Belief: Archaeology and Religion » de janvier 2014, a révélé à quel point les chercheurs avaient du mal à fouiller et rechercher des morceaux d’histoire dans cette partie du monde.

Ernie Rea, invité du podcast, a posé la question au professeur Tim Insoll, archéologue et professeur d’archéologie africaine et islamique à l’Institut d’études arabes et islamiques (IAIS).

« Je pense que là où la destruction a eu lieu et où nous aurions pu en apprendre énormément, c’est en Arabie saoudite même. En particulier les grands sites de La Mecque et de Médine. Si le travail avait été possible là-bas, nous aurions beaucoup appris. Les archéologues saoudiens et étrangers n’ont pas été en mesure de travailler dans ces deux sites en particulier et plus généralement en Arabie saoudite au cours des 10 dernières années environ. Ces deux sites sont si sensibles à certains égards. Il y a par exemple à La Mecque une immense reconstruction en cours qui doit détruire les archives archéologiques. »

De nombreuses colonnes ottomanes et abbassides de La Mecque étaient gravées d’une calligraphie arabe complexe marquant les noms des compagnons du prophète Muhammad (PBDSL) et des moments clés de sa vie.

Une colonne qui aurait été détruite aurait marqué l’endroit où les musulmans croient que le Prophète a commencé son ascension céleste sur un cheval ailé.

En 2013, le roi Abdallah semblait montrer un certain respect envers les sites historiques après avoir retiré les plans d’expansion de la mosquée an-Nabawi à Médine qui auraient détruit trois des plus anciennes mosquées du monde.

Le nouveau roi, Salman, ne semble cependant pas avoir suivi la même politique, au regard du développement des chantiers de constructions.

Sauver le patrimoine yéménite de l’oubli

Edward Fox a travaillé la question sous l’angle yéménite dans un article de fond publié sur Al Fanar Media.

En mai 2015, écrit-il, le musée régional de Dhamar, dans le sud-ouest du Yémen, a été détruit lors d’une frappe aérienne de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. Le musée contenait plus de 12 000 objets archéologiques, représentant l’histoire d’un ancien centre de la culture arabe et islamique.

Sa perte est emblématique du danger que représente la guerre civile du Yémen, vieille de cinq ans, pour le riche patrimoine historique du pays.

En réponse à cette menace, l’Organisation générale yéménite des antiquités et des musées et les archéologues du Royaume-Uni travaillent ensemble depuis le début de la guerre pour construire une base de données des sites archéologiques au Yémen.

Musée régional de Dhamar avant qu’il ne soit touché par une frappe aérienne.

La base de données fera partie de l’archéologie en voie de disparition au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, un projet ambitieux qui compile des images satellites et d’autres sources dans une base de données Web unique des sites archéologiques de la Mauritanie à l’Iran. Le projet met l’accent sur la collecte d’images prises du ciel – une méthode connue sous le nom d’archéologie aérienne.

Le projet, connu sous le nom d’EAMENA, couvre 20 pays et 10 millions de kilomètres carrés, explique Robert Bewley, directeur du projet. « Il enregistre des sites, des paysages et des monuments de toute date et description. » Sur les 252 000 entrées déjà enregistrées dans la base de données, environ 50 000 proviennent du Yémen.

Au Yémen, l’objectif du projet est de créer un dossier aussi complet que possible des sites antiques du pays, mais aussi de soutenir les archéologues et de permettre des décisions éclairées sur le développement économique une fois la guerre terminée. Au musée de Dhamar, touché par la frappe aérienne, les responsables des antiquités n’ont pu récupérer qu’environ 1 500 objets des décombres.

« Il s’agit d’un exercice précieux pour la protection du patrimoine, car un registre des sites anciens permet de les surveiller », a déclaré Robert Fletcher, de l’University College London, Doha. Fletcher est co-fondateur du Crowded Desert et de Origins of Doha and Qatar, projets archéologiques au Qatar.

Avions espions et compagnies pétrolières

La base de données du projet Endangered Archaeology est une compilation d’images prises par des satellites, des avions conventionnels et des avions espions à haute altitude depuis le milieu du siècle dernier.

En plus de soutenir la préservation du patrimoine, explique Fletcher, il est important pour les archéologues d’avoir accès à une grande base de données de photographies aériennes et satellitaires de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, pour permettre de tester les théories.

L’abondance de photographies aériennes de la région représente une ressource inutilisée pour les archéologues, dit Fletcher. Le problème est d’y avoir accès.

«Les sites archéologiques du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord», ont écrit Bewley et d’autres dans un article présentant le projet , « sont menacés par une série de causes diverses : l’intensification de l’agriculture; la croissance démographique et l’expansion concomitante des villages, des villes et des cités; le développements industriel, la construction de barrages et de routes; le pillage et le trafic illicite d’objets; la guerre et la destruction délibérée et ciblée du patrimoine pour des raisons religieuses ou idéologiques. »

Au Yémen, la plus grande menace pour les sites antiques est les dommages causés par une action militaire, comme le montre le musée régional de Dhamar.

Contrairement à la Syrie et à l’Irak, où des extrémistes ont délibérément détruit des sites archéologiques, « au Yémen, nous ne constatons pas la destruction idéologique de sites antiques, ni une forte augmentation des pillages depuis le début de la guerre », explique Michael Fradley, chercheur à l’École d’archéologie de l’Université d’Oxford.

D’un autre côté, dans un pays plus riche comme Oman, le développement économique est la principale menace pour les sites anciens, a déclaré Fradley.

Le développement économique relativement médiocre du Yémen a eu pour effet involontaire de limiter ce type de destruction.

Découvrir de nouveaux sites

La plupart des informations contenues dans la base de données du projet Endangered Archaeology sont des images satellites librement disponibles sur Google Earth.

Les images étaient généralement collectées à l’origine par des satellites espions, désormais déclassifiés.

« Chaque jour, nous parcourons des pages d’images satellites, kilomètre par kilomètre, en regardant des parcelles de terrain et en faisant des interprétations », a déclaré Bewley.

Par exemple, l’un des chercheurs du projet a trouvé dans l’imagerie satellite des preuves d’un fort du 15e ou 16e siècle sur la côte du Yémen près de la frontière avec l’Arabie saoudite qui était auparavant inconnu des archéologues.

Les images montraient clairement un fort carré avec deux tours aux coins opposés.

La photo prise en premier, en 2011, montrait une occupation humaine informelle sur le site.

En 2017, l’imagerie montre le site occupé par les forces militaires et des signes de frappes aériennes. « Pas totalement détruit, mais gravement endommagé », a déclaré Bewley.

La découverte a été faite par un chercheur assis à un bureau en Angleterre, et non par un archéologue travaillant de façon traditionnelle – sur le terrain, sous un soleil brûlant. « Les archéologues n’ont pas été en mesure de travailler au Yémen depuis environ 2011 », a déclaré Fradley.

En plus de constituer une base de données de sites anciens, ce projet forme des professionnels du patrimoine dans les pays arabes à l’utilisation de l’imagerie satellite.

La base de données du projet fonctionne en open source. « Cela signifie que ce n’est pas commercial », explique Bewley.

« Nous ne vendons pas ces informations. Tout étudiant, archéologue, historien ou géographe de bonne foi peut y avoir accès. »

L’internaute informel parcourant le site du projet ne verra qu’une sélection d’images de l’ensemble des données. Pour un accès complet, le chercheur doit postuler au projet.

« Nous sommes sensibles au fait que ces données ne nous appartiennent pas, mais nous voulons également que les gens en soient informés », a déclaré Bewley.

A lire aussi :