Edit Template
dimanche 19 mai 2024

Averroès : la mobilisation sauve le lycée musulman

https://www.mizane.info/des-manifestants-contestent-la-fermeture-du-lycee-averroes Mizane.info

Privé de subventions après la résiliation de son contrat avec l’état, le groupe scolaire Averroès était menacé de fermeture. Une mobilisation financière en faveur de l’établissement en a décidé autrement.

Au cours d’un rassemblement de soutien à Lille, le directeur du groupe scolaire Averroès, Eric Dufour, s’est voulu optimiste, annonçant que la rentrée 2024 serait assurée, malgré la rupture du contrat d’association avec l’État en décembre dernier. « Nous allons pouvoir assurer la rentrée 2024 quoi qu’il arrive »,a-t-il déclaré, cité par le quotidien la Croix.

Grâce à une forte mobilisation financière, notamment à travers une cagnotte en ligne, l’établissement a réussi à collecter plus de 400 000 €, ce qui garantit une bonne partie des fonds nécessaires pour maintenir ses activités.

« Averroès, nous sommes un lycée républicain »

En décembre, la préfecture du Nord a résilié le contrat entre l’État et l’établissement Averroès, mettant fin à ses subventions à partir de la rentrée 2024, vingt ans après sa création. Cette décision a été motivée par des enseignements jugés « contraires aux valeurs de la République ».

En réponse, des enseignants, élèves et parents, soutenus par des syndicats d’enseignants et la Ligue des droits de l’Homme, ont manifesté lors d’un rassemblement. Ils ont exprimé leur désaccord en scandant des slogans tels que « deux poids, deux mesures, ça y est c’est bon on sature », « républicain et excellence, Averroès a été meilleur lycée de France » et « le contrat on veut garder, non à la précarité », tout en brandissant une banderole proclamant « Averroès, nous sommes un lycée républicain ».

Lors du rassemblement à Lille, Eric Dufour a exprimé sa conviction que le contrat entre l’État et le lycée devrait être rétabli, soulignant qu’une absence de rétablissement conduirait à une discrimination flagrante par rapport à d’autres établissements privés sous contrat bénéficiant de moins de contrôle ou de sanctions.

La décision du Conseil d’état en mai

Les enseignants et le personnel ont affirmé leur engagement envers Averroès, malgré la rupture du contrat, mais ont exprimé leur inquiétude. Ils espèrent tous que le Conseil d’État, saisi après la validation en référé de la rupture du contrat par le tribunal administratif de Lille, suspendra la mesure préfectorale.

« Ce lycée, on l’a construit, on en a fait un lycée d’excellence », témoigne Amel Afejjay, professeur d’histoire-géographie.

Eric Dufour a déclaré que la décision du Conseil d’État concernant le rétablissement du contrat avec l’État pourrait être rendue vers la mi-mai, tandis qu’une décision du tribunal administratif sur le fond du dossier pourrait prendre jusqu’à un an ou deux. Le lycée Averroès attend également une autre décision du Conseil d’État, saisi par la région Hauts-de-France qui refuse depuis 2019 de verser les quelque 300 000 € annuels prévus dans le cadre du contrat avec l’État.

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777