Catégories
Articles récents
28/05/2022
AccueilActualites150 000 € saisis dans un trafic de fausse mendicité « musulmane »

150 000 € saisis dans un trafic de fausse mendicité « musulmane »

Un réseau de fausse mendicité mis en place en janvier 2020 à Aulnay-sous-Bois a rapporté la coquette somme de 150 000 € à des trafiquants roumains. Les explications sur Mizane.info.

Le fléau de la fausse mendicité ! Nous vous en parlions il y a quelques temps sur Mizane.info au tout début du mois de Ramadan. Le conseil théologique des imams du Rhône avait mis en garde ses fidèles contre le retour en force des réseaux de fausse mendicité.

A l’entrée des mosquées, des femmes roumaines munies d’un voile, et accompagnées de leurs enfants, se font passer pour musulmanes. Et abusent de la générosité des fidèles pour leur soutirer de l’argent.

A Aulnay-sous-Bois, c’est une véritable filière qui a été démantelée par la brigade de protection des familles (BPF) et le parquet de Bobigny, d’après une information de notre confrère Aziz Zemouri du Point. Postés aux carrefours de la ville et devant les mosquées, femmes et enfants « faisaient la manche ».

« 62 000 euros en liquide »

Ils finissent par attirer l’attention de la police qui diligente en mars une enquête et met en place une filature. Les forces de l’ordre observent la même scène quotidienne : « un ballet régulier de véhicules dépose femmes et enfants le matin et les récupère le soir après une journée de près de dix heures à faire la manche. »

Le réseau démantelé avait débuté en janvier 2020. Son activité a connu un pic durant la période du Ramadan.

D’après le témoignage d’un des chefs du réseau, « les femmes sont vêtues comme des musulmanes car les gens donnent encore plus en période de ramadan ».

La fausse mendicité « rapportait entre 300 et 500 euros par jour ». Près de 130 000 euros ont pu être comptabilisés par la police, écrit Aziz Zemouri. « 62 000 euros en liquide ont été saisis lors des interpellations, lundi 2 mai. Dans un coffre se trouvaient, par exemple, 14 000 euros, également en espèces. »

Les meneurs risquent de la prison ferme

Des virements vers la Roumanie via Western Union étaient régulièrement faits. 20 000 euros avaient été expédiés de janvier à mai. D’après les informations de la police, les trafiquants vivaient de la CAF et renvoyait l’argent de la manche dans leur pays où ils possèderaient plusieurs biens immobiliers.

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Bobigny pour « traite d’êtres humains en bande organisée », « association de malfaiteurs criminelle » et « privation de soins par ascendant sur mineur ».

10 personnes ont été déférées et risquent jusqu’à 20 de détention. Le parquet a requis de la prison ferme pour six d’entre eux.

Les enfants contraints à la mendicité ont été placés à l’aide sociale à l’enfance.